Bouygues lance sa guerre dans l'internet fixe mercredi

  • A
  • A
Bouygues lance sa guerre dans l'internet fixe mercredi
Partagez sur :

Le PDG de Bouygues, Martin Bouygues, avait annoncé en décembre dernier ses intentions...

Martin Bouygues avait annoncé en décembre dernier son intention de lancer "la guerre dans l'internet fixe" pour casser les prix et réduire les marges de son concurrent Free, filiale d'Iliad.... Son groupe dévoilera mercredi la nouvelle offre de sa filiale télécoms en la matière. L'annonce a été faite via son compte Twitter avec ce bref message : "Baisse des prix historique sur la box en France : Martin Bouygues s'exprime en direct vidéo le 26 février à 10h30", soit le jour des résultats financiers du groupe. Si les promesses faites dans les colonnes du 'Figaro' au mois de décembre sont tenues, les consommateurs pourraient réaliser 150 euros d'économies par an par rapport aux offres concurrentes du marché. "Qui dit mieux ?" s'interrogeait à l'époque Martin Bouygues dans cet entretien. "Que Xavier Niel (le fondateur de Free) fasse la même chose s'il en est capable!". Le patron de Bouygues expliquait dans cet entretien que les marges de Free "sont supérieures à 40% dans le fixe", alors que celles de Bouygues Telecom sont "inférieures à 20%". "La fête est finie" assurait-il... Actualité riche Bouygues parviendra-t-il à attaquer Free sur son propre terrain ? L'agence Reuters rappelle que les analystes répondaient à cette question par la négative fin janvier, dans une note intitulée "Fixe : la guerre des prix n'aura pas lieu selon nous", car le pouvoir de nuisance de l'opérateur doit être relativisé. La semaine a démarré dans une actualité riche pour le secteur des télécoms, alors que Vivendi a confirmé ce lundi avoir été approché par Altice, maison mère de Numericable, en vue d'un rapprochement entre l'opérateur télécoms SFR et le spécialiste du câble en France. Le quotidien 'Les Echos' indiquait lundi que les deux parties avaient passé le week-end à négocier, après une rencontre entre le président du conseil de Vivendi, Jean-René Fourtou, et le patron d'Altice, Patrick Drahi, mardi dernier, qui s'était soldée par l'ouverture de discussions. Le journal affirme même qu'un accord de principe avait été conclu pour céder la majorité du capital du 2ème opérateur mobile français à la maison mère du cablo-opérateur Numericable.