Bouygues et Numericable candidats officiels à la reprise de SFR

  • A
  • A
Bouygues et Numericable candidats officiels à la reprise de SFR
Partagez sur :

Les deux prétendants se son déclarés officiellement mercredi soir...

Deux prétendants se sont donc déclarés hier soir pour la reprise de SFR... La maison-mère de l'opérateur, Vivendi, a reçu des offres engageantes de prise de contrôle majoritaire de la part d'Altice, la maison-mère de Numericable, et du groupe Bouygues. Toutes deux sont adossées à des engagements de financement. "Le Conseil de surveillance de Vivendi sera saisi pour étudier ces offres. Il évaluera toutes les options qui s'offrent à lui quant à l'avenir de sa filiale et du groupe, dans le meilleur intérêt des salariés et des actionnaires", précise le conglomérat dans un communiqué. Dans la foulée, Bouygues a présenté ce matin les éléments détaillés de son offre visant SFR... Bouygues prévoit pour le moment une fusion entre Bouygues Telecom et SFR. L'opération créerait le numéro un du mobile et le numéro deux du fixe en France. Bouygues promet "un projet sans aucun départ contraint et une redynamisation de l'emploi", et estime les synergies globales à 10 milliards d'euros au niveau des équipes opérationnelles. Le nouvel ensemble serait introduit en bourse dès la réalisation de la fusion. Bouygues a proposé à Vivendi 10,5 milliards d'euros en numéraire et 46% du nouvel ensemble. En tenant compte des synergies, les termes de l'offre valorisent SFR 19 milliards d'euros. La proposition de Bouygues est nettement supérieure à celle de son rival, qui promet 15 milliards d'euros environ. Agitation en bourse En cas de réussite de l'opération d'Altice, Patrick Drahi, le président de la maison-mère de Numericable, s'est engagé mardi dans les colonnes du 'Figaro' "à ne pas licencier, à conserver les 8.500 emplois chez SFR et les 2.400 emplois chez Numericable, et même recruter des commerciaux pour le marché des entreprises". Selon l'offre détaillée dans le quotidien, Altice verserait 11 milliards en numéraire à Vivendi, qui conserverait 32% de la nouvelle entité. "Altice détiendrait lui plus de 50% de l'ensemble SFR-Numericable. L'opération serait financée par une dette apportée par un syndicat bancaire regroupant les principaux noms de la place de Paris et par une augmentation de capital de 3 milliards d'euros de Numericable souscrite à hauteur de 75% par Altice", d'après le schéma dévoilé par Patrick Drahi. A la Bourse de Paris, l'action Bouygues bondit ce matin de 6,8% à 30,75 euros, signe du crédit que les investisseurs donnent à la proposition. Côté Numéricable, c'est la grosse déprime avec une action qui plonge de plus de 7% à 28,40 euros. Orange gagne 5,4% à 9,66 euros, mais plutôt à cause de ses résultats 2013, accompagnés de perspectives rassurantes. Enfin Iliad, un temps pressenti pour entrer dans la bataille du contrôle de SFR mais qui n'a pas déposé d'offre, gagne 1,9% à 175,85 euros.