Bilan mitigé pour le RSA après trois ans d'existence

  • A
  • A
Bilan mitigé pour le RSA après trois ans d'existence
Partagez sur :

Le Crédoc publie une enquête sur le dispositif mis en place en 2008...

Mis en place en 2008 pour pallier les insuffisances du RMI, le RSA peinerait à atteindre ses objectifs... C'est ce qui ressort d'une étude du Crédoc, qui s'est penché sur cette allocation versée en complément des revenus du travail, avec l'objectif d'encourager la reprise ou l'augmentation d'activité. Premier grief, selon le centre de recherche : le mécanisme est mal compris par les bénéficiaires. "La complexité du calcul de l'allocation et le manque d'explications dispensées par les institutions instillent un doute quant à la plus-value du dispositif", note le Crédoc. Ainsi, certains d'entre eux doutent d'être gagnants, et "s'installe l'idée d'un système trompeur qui ne garantit pas nécessairement le soutien à l'effort d'activité". Les familles concernées observent aussi une diminution de la Prime pour l'emploi, qui est de fait "amputée" des sommes reçues au titre du RSA, ce qui augmente l'impression d'être "perdant", avec la disparition du RMI. Par ailleurs, l'accompagnement prévu avec la mise en place du RSA s'avère décevant, note le Crédoc. Le dispositif prévoit en effet d'aider les bénéficiaires à retrouver le chemin du travail, avec une implication de Pôle emploi. Ainsi, les bénéficiaires ne perçoivent "aucun changement lorsqu'ils sont accompagnés par un référent social". Quant aux anciens bénéficiaires du RMI orientés vers un accompagnement professionnel, "seuls ceux qui se sont vus proposer des actions de remobilisation, un bilan de compétence ou une formation jugent positivement l'accompagnement". Le constat est d'ailleurs sévère à l'égard de Pôle emploi : "Quand ils sont accompagnés par Pôle emploi, ils (les bénéficiaires) s'estiment déçus de la nature de l'accompagnement, jugé stérile parce que stéréotypé et inutilement contraignant car obligatoire", écrit le Crédoc. Le centre de recherche note cependant que le "contexte de crise économique apparaît toutefois comme une circonstance atténuante de ce bilan en demi-teinte". En effet, entre juin 2009 et juin 2010, le nombre de bénéficiaires du RSA a progressé d'environ 15%...