Bernard Tapie réactive son offre sur les journaux Hersant

  • A
  • A
Bernard Tapie réactive son offre sur les journaux Hersant
Partagez sur :

Le retour !

Huit jours après avoir retiré son offre sur les journaux Hersant, l'homme d'affaires Bernard Tapie revient sur ce dossier. Il a annoncé hier soir à l'AFP qu'il réactivait son offre de reprise des derniers titres du Groupe Hersant Médias (GHM), dans les mêmes termes que celle qu'il avait retirée le 7 décembre... Il ajoute que sa décision a été prise "à la demande expresse de Philippe Hersant, du conciliateur Christophe Thévenot et du Ciri" (comité interministériel de restructuration industrielle). Bernard Tapie a précisé qu'il retirerait à nouveau sa proposition si une autre offre "satisfaisante pour l'entreprise" se manifestait d'ici la fin de la nouvelle période de conciliation... Celle-ci a été reportée au lundi 24 décembre par le tribunal de commerce de Paris après l'annonce, le 10 décembre dernier, du dépôt d'une offre concurrente de la part du groupe belge Rossel, qui aurait reçu le soutien financier de BNP Paribas et les encouragements du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. Soutien de Montebourg ? En réaction, Bernard Tapie avait retiré son offre et réagi vivement en accusant Arnaud Montebourg d'avoir "une vision nord-coréenne de l'économie". Dans un entretien publié par 'Le Parisien', il avait affirmé avoir assisté à une conversation téléphonique au cours de laquelle le directeur général de Rossel a déclaré au DG d'Hersant : "je n'étais pas intéressé, le cabinet de Montebourg m'a harcelé pour me convaincre... Quand je leur ai dit que je n'avais pas d'argent, ils m'ont dit que la BNP paierait 100%". Selon M. Tapie, cette conversation téléphonique a été diffusée sur haut-parleurs en sa présence et devant "une dizaine d'avocats et de banquiers". Licence exempte de royalties Le groupe Hersant Medias comprend 'La Provence', 'Nice Matin', 'Var Matin', 'Corse Matin', 'France-Antilles' et les 'Nouvelles Calédoniennes'. Selon certains observateurs, son contrôle pourrait donner un atout à Bernard Tapie s'il se portait candidat à la Mairie de Marseille en 2014. Mais jusqu'à présent, l'homme d'affaire a toujours démenti vouloir devenir le premier magistrat de la cité phocéenne...