Bernard Arnault, décrié en France, décoré en Grande-Bretagne...

  • A
  • A
Bernard Arnault, décrié en France, décoré en Grande-Bretagne...
Partagez sur :

Malmené en France, le patron de LVMH a reçu un des honneurs les plus "selects" du Royaume-Uni...

Très critiqué en France depuis son projet de demander la nationalité belge, Bernard Arnault vient d'être distingué en Grande-Bretagne... La reine Elisabeth II a en effet accordé au patron de LVMH le titre de chevalerie de KBE (Knight Commander of the Most Excellent Order of the British Empire), un des honneurs les plus "selects" du Royaume-Uni. Ainsi, seules quelques personnalités mondiales, dont Bill Gates, Placido Domingo, Alan Greenspan, Simone Veil, Steven Spielberg ou Mstislav Rostropovitch ont obtenu cette distinction !... Très présent en Grande-Bretagne Buckingham a indiqué avoir récompensé Bernard Arnault (qui a aussi été décoré en France de la Légion d'honneur en 2011), en reconnaissance de sa contribution à l'économie britannique. LVMH, dont Bernard Arnault est le principal actionnaire, est en effet très présent outre-Manche, notamment à travers le fabriquant de whiskey Glenmorangie, le chemisier Pink et une participation dans les bijoux De Beers. Le groupe est aussi actif dans le mécénat : le numéro un mondial du luxe soutient ainsi la 'Central Saint Martin's School of Art and Design', qui forme les créateurs de mode, et parraine de nombreuses expositions à la Tate Gallery et au British Museum. Image écornée par la Belgique L'hommage rendu outre-Manche à l'homme le plus riche de France et d'Europe contraste vivement avec l'image écornée du milliardaire dans l'hexagone depuis la révélation de sa demande de double nationalité belge, le mois dernier... Bernard Arnault a cependant démenti vouloir s'exiler fiscalement, malgré les projets du gouvernement d'alourdir la taxation sur les classes les plus aisées. L'homme d'affaires poursuit par ailleurs en justice le quotidien 'Libération', qui l'avait invité sans ménagements à quitter la France, en paraphrasant une "petite phrase" de Nicolas Sarkozy ("casse-toi pauvre con"). Appel du pied ? Le signal amical de Londres à Bernard Arnault vient rappeler l'appel du pied du Premier ministre britannique, David Cameron, aux entrepreneurs français lassés par la fiscalité française. David Cameron avait ainsi promis l'été dernier de "dérouler le tapis rouge" aux patrons tentés de s'exiler en raison du projet de François Hollande de créer une taxe de 75% sur les très hauts salaires (cette taxe frappera ceux supérieurs à 1 Million d'Euros par an)... "Nous déroulerons le tapis rouge, et nous accueillerons plus d'entreprises françaises, qui paieront leurs impôts au Royaume-Uni", avait-il déclaré, en rappelant que la Grande-Bretagne avait au contraire abaissé récemment l'imposition des très hauts revenus. En pleine fronde des "Pigeons" En France, la semaine dernière, le débat sur les patrons a rebondi à travers le mouvement des "Pigeons", un groupe de créateurs de 'start-ups' ulcérés par le projet de taxer à plus de 60% leurs plus-values de cession d'actions. Face au tollé des organisations patronales, le gouvernement Ayrault a battu en retraite en promettant d'aménager la mesure pour ne pas pénaliser l'esprit d'entreprise en France...