Bercy d'accord avec le FMI pour privilégier les économies de dépenses

  • A
  • A
Bercy d'accord avec le FMI pour privilégier les économies de dépenses
Partagez sur :

Pierre Moscovici répond aux préconisations du Fonds monétaire international...

Bercy est en accord avec les dernières préconisations du FMI. Dans les conclusions de sa revue annuelle de l'économie française, le Fonds monétaire international a estimé lundi que la France devrait ralentir le rythme d'assainissement de ses finances publiques en 2014. Sa recette : concentrer les efforts sur les seules dépenses et renoncer à de nouvelles hausses d'impôts. Dans un communiqué publié à la mi-journée, le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici "rappelle à cet égard que le projet de loi de finances pour 2014, qui sera présenté en septembre, poursuivra l'effort de remise en ordre des finances publiques tout en soutenant la croissance. Il privilégiera les économies de dépenses par rapport aux hausses de prélèvements obligatoires". "Priorité à la croissance" Pierre Moscovici relève "une grande convergence de vues avec le FMI sur le diagnostic et l'analyse des risques qui pèsent sur l'activité en Europe et en France", poursuit ce document. "Il est en plein accord sur la nécessité de donner désormais la priorité à la croissance, ce qui passe par un rythme d'ajustement de finances publiques raisonné et la mise en oeuvre de réformes ambitieuses en faveur de l'emploi et de la compétitivité." "Depuis l'élection de François Hollande, la France n'a cessé de plaider pour une réorientation  des politiques européennes en faveur de la croissance et contre les politiques d'austérité  généralisée. C'est pourquoi Pierre Moscovici se félicite de l'évolution dans cette direction des débats académique, politique, ainsi qu'au sein des institutions européennes et internationales", peut-on encore lire dans ce document. Le projet de loi de finances pour 2014 sera présenté en septembre. Il devrait inclure des hausses d'impôts pour un montant de 6 milliards d'euros, sur un effort total de 20 milliards d'euros.