Axa pense que la France perd de son attractivité dans l'immobilier

  • A
  • A
Axa pense que la France perd de son attractivité dans l'immobilier
Partagez sur :

Le premier assureur français prévoit de réduire ses positions dans l'Hexagone...

Pour Axa Real Estate, la France devient une économie de milieu de peloton et perd de son attractivité pour les investisseurs immobiliers. Le premier assureur français, qui gère le plus grand parc privé d'actifs immobiliers en France, prévoit ainsi de réduire ses positions dans l'Hexagone, affirme ce matin Pierre Vaquier, le directeur général d'Axa Real Estate, dans un entretien publié par le 'Financial Times'. Axa RE va procéder à des cessions dans les deux prochaines années, et négocie déjà la vente de certains biens, a précisé Pierre Vaquier. A l'inverse, le groupe français investira davantage en Allemagne, en Grande-Bretagne et en Scandinavie dans les prochaines années, ajoute-t-il, tout en affirmant que la France restera un marché essentiel pour Axa. "Moins attractive" La France souffre actuellement d'une conjonction de problèmes qui rendent cette destination moins attractive pour les investissements immobiliers, estime le dirigeant. Il juge que les fondamentaux de l'économie françaises sont mauvais, et le pays n'a pas mis en place un programme complet de réformes contrairement à d'autres pays européens. La France est en train de devenir une économie de milieu de peloton. Mesures dissuasives Pour Pierre Vaquier, la hausse de la fiscalité sur les plus-values immobilières, introduite par François Hollande sera notamment dissuasive à moyen-long terme pour les investisseurs, et risque d'entraîner un plus faible taux d'occupation et de limiter les hausses de loyers. A l'heure actuelle, Axa RE gère des immeubles de bureaux, des commerces et des sites industriels d'une valeur estimée à 42 milliards d'euros, dont près d'un tiers se situent en France.