Aux Etats-Unis, le débat fait rage sur les pouvoirs sans limites de la CIA !

  • A
  • A
Aux Etats-Unis, le débat fait rage sur les pouvoirs sans limites de la CIA !
Partagez sur :

'The Guardian' a révélé ce week-end le nom de celui qui a fait part de l'existence d'un vaste réseau de surveillance des systèmes d'information...

Les critiques fusent de toutes parts aux Etats-Unis après la révélation d'une surveillance généralisée des réseaux d'information par les services de la CIA et de la NSA (National Security Agency). Ce week-end, le quotidien britannique 'The Guardian', qui avait révélé l'affaire après le 'Washington Post' la semaine dernière, a publié le nom de l'informateur des deux journaux... Un jeune informaticien au centre des révéléations Il s'agit d'un jeune informaticien américain de 29 ans, Edward Snowden, un ex-employé de la CIA, qui a été si choqué de l'ampleur des mesures de surveillance qu'il a décidé de les révéler à la presse. Edward Snowden, qui a souhaité que son identité soit rendue publique, s'est réfugié depuis le 20 mai à Hong Kong, où il espère que les autorités refuseront de l'extrader vers les Etats-Unis en cas de poursuites. Il explique ainsi dans une vidéo diffusée sur le site internet du 'Guardian' qu'il "ne veut pas vivre dans une société qui fait ce genre de choses. Je ne veux pas vivre dans un monde où tout ce que je fais et dit est enregistré". "Big Brother"  Edward Snowden a fourni à la presse des documents prouvant que la NSA et la CIA, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, recueillent depuis 2006 des données d'appels téléphoniques aux Etats-Unis par l'opérateur Verizon. Par ailleurs, les agences ont mis en place un programme baptisé PRISM qui leur permet d'espionner hors des Etats-Unis toutes les données circulant sur les réseaux (emails, photos, vidéos, conversations Skype...), via des accords avec neuf grandes compagnies internet dont Google, Facebook et Microsoft. Embarrassées, ces sociétés ont démenti avoir fourni des informations à l'Etat en dehors d'un mandat judiciaire, mais leurs explications ne semblent pas pour le moment avoir convaincu l'opinion publique américaine, qui s'inquiète de vivre sous l'oeil d'un "Big Brother"... Procès en cours pour une affaire similaire Cette affaire intervient au moment où se déroule aux Etats-Unis le procès d'un autre jeune informaticien, Bradley Manning, 25 ans, qui avait fourni au site internet 'Wikileaks' des centaines de milliers de documents classés secret-défense concernant les activités militaires américaines en Afghanistan et en Irak. Si Manning nie avoir voulu nuire aux Etats-Unis, il risque la prison à perpétuité, notamment pour "collusion avec l'ennemi". Son cas divise l'opinion publique, certains voyant en lui un "juste", et d'autres le considérant comme un "traître". Obama demande des enquêtes approfondies Dans l'affaire Snowden, la révélation d'un programme de surveillance à grande échelle, même si elle concerne a priori des non-Américains se situant hors des Etats-Unis, a choqué le pays, toutes opinions politiques confondues, d'autant que Barack Obama s'était engagé à ne pas recourir aux mêmes méthodes que son prédécesseur George W. Bush. Le président démocrate se retrouve en porte-à-faux par rapport à ses promesses, tandis qu'au Congrès, plusieurs élus démocrates et républicains ont demandé l'ouverture d'enquêtes approfondies sur les prérogatives des services secrets...