Automobile : le comité des constructeurs français un peu plus optimiste pour 2014

  • A
  • A
Automobile : le comité des constructeurs français un peu plus optimiste pour 2014
Partagez sur :

Les immatriculations de voitures neuves ont de nouveau progressé en juin. Le CCF vise une croissance de 2% du marché cette année

Le marché automobile français se reprend en France. Les immatriculations de voitures neuves ont encore progressé en juin, enregistrant une hausse de 3,7% en juin par rapport à la même période de l'an dernier, d'après les données publiées par le Comité des constructeurs français (CCFA). Sur la première moitié de l'année 2014, le marché français des véhicules légers compte ainsi près de 1,15 millions d'immatriculations, 2,7% de mieux que l'an dernier à la même période. En outre, 958.776 voitures particulières (+2,9%) et 190.828 véhicules utilitaires légers (+1,7%) ont été immatriculées. Dacia booste les ventes de Renault En juin, la performance des constructeurs français a toutefois été contrastée, PSA concédant une baisse de ses immatriculations de 1,5% - due à un recul de 6,6% pour la marque Citro�"n - pendant que Renault poursuit son rattrapage avec une hausse de 23%. De janvier à juin 2014, PSA voit ses immatriculations augmenter de 4% et Renault de 12,5%, dont +9,2% pour la marque au losange et +28,8% pour Dacia. Il faut dire que les segments économiques et inférieurs continuent de gagner du terrain en France (54% du marché sur les six premiers mois de l'année, contre une moyenne européenne de 42% sur cinq mois), alors que le segment supérieur ne représente plus que 4% du marché. Perspectives légèrement rehaussées Sur la première moitié de l'année, la Renault Clio IV, la Peugeot 208 et le Renault Captur constitue le trio des meilleures ventes de véhicules particuliers. Viennent ensuite la Citro�"n C3 II et la Peugeot 308 II. Compte tenu de l'accélération des ventes de voitures neuves, le CCFA a révisé en légère hausse ses perspectives 2014. Il table désormais sur une hausse d'environ 2% cette année contre 0% à 1% prévu jusqu'ici. "En tenant compte des réalités économiques actuelles (...), on conserve une certaine prudence sur le marché des véhicules particuliers de 2014", a toutefois déclaré en conférence de presse le président du comité, Patrick Blain, d'après les propos rapportés par Reuters.