Automobile : la sanction pour défaut de possession d'éthylotest est supprimée

  • A
  • A
Automobile : la sanction pour défaut de possession d'éthylotest est supprimée
Partagez sur :

Les automobilistes sont toutefois "tenus" d'en posséder un...

Comme annoncé il y a une dizaine de jours par le ministre de l'Intérieur, Emmanuel Valls, un décret paru au Journal Officiel ce vendredi supprime "la sanction pour défaut de possession d'un éthylotest par le conducteur d'un véhicule terrestre à moteur". Il prend effet immédiatement. "On ne peut faire reculer l'alcool au volant en sanctionnant les conducteurs d'une contravention à 11 euros pour non détection d'un éthylotest. Je ne retiendrais donc pas l'idée de l'éthylotest obligatoire", avait expliqué le ministre, dans une interview accordée au 'Parisien', assurant qu'il ne baisserait pas la garde pour autant. Les automobilistes "tenus de posséder" un éthylotest Le décret précise que, même si les sanctions ne s'appliquent plus "tout automobiliste est tenu de posséder un éthylotest à bord de son véhicule". Le gouvernement a donc suivi les recommandations du Conseil national de la sécurité routière, qui a plaidé le mois dernier pour ce compromis.  Les fabricants redoutent les suppressions d'emplois Cette semaine, les fabricants d'éthylotests ont alerté le gouvernement sur les conséquences néfastes de ces décisions, notamment sur l'emploi. Ils redoutent la suppression de 1.500 emplois. "Les atermoiements (du gouvernement) qui durent depuis plusieurs semaines (...) ont conduit à de nombreuses annulations de commandes, et en conséquence, à la suppression, dans un premier temps, de 150 postes temps plein", a alerté Contralco, l'un des principaux fabricant, au début du mois. L'entreprise qui fait du "100% made in France" avait réalisé l'an dernier d'importants investissements à la demande de l'Etat...