Asie : pas de tendance claire sur les marchés

  • A
  • A
Asie : pas de tendance claire sur les marchés
Partagez sur :

Ils sont partagés entre les mauvaises statistiques japonaises et les bonnes nouvelles en provenance de la Chine...

La semaine débute sur une note indécise du côté des marchés asiatiques... L'annonce d'une baisse du PIB du Japon au troisième trimestre a entraîné un recul de 0,93% de l'indice Nikkei à la clôture de Tokyo ce lundi. En revanche, les marchés chinois pointent en légère hausse après des signes de redressement des exportations locales. A Hong Kong, l'indice Hang Seng gagne 0,2% en séance, tandis que le Shanghai Composite avance de 0,3%, mais Taiwan cède 0,3% et Séoul perd 0,2%. Enfin, Sydney se replie de 0,3%, Singapour est stable et Bombay (indice BCE Sensex) cède 0,1%. Chute du PIB japonais au troisième trimestre Au Japon, le PIB a donc chuté de 0,9% en troisième trimestre par rapport au 2ème trimestre, et de 3,5% en rythme annuel... Il s'agit de sa plus forte contraction depuis celle qui a suivi le séisme et le tsunami de mars 2011. Les économiste prévoient la poursuite du recul du PIB nippon au 4ème trimestre, ce qui devrait faire retomber la troisième économie mondiale en récession pour la 3ème fois depuis le début de la crise mondiale en 2008. Bond des exportations chinoises ! En Chine, les services des douanes ont fait savoir ce matin que les exportations chinoises avaient augmenté de 11,6% en octobre sur un an, un rythme plus élevé que les 10% attendus par le consensus... Les importations ont grimpé de 2,4% et l'excédent de la balance commerciale s'est accru à 32 Mds$, au plus haut depuis près de 4 ans ! Ces statistiques sont venues confirmer que le passage à vide de l'économie chinoise semble avoir pris fin, après que le PIB eut affiché une progression limitée à 7,4% au troisième trimestre, contre 10,7% en moyenne au cours de la dernière décennie. Dernière statistique significative de la matinée en Asie : la production industrielle de l'Inde s'est contractée de 0,4% en septembre sur un an, alors que les économistes s'attendaient à une hausse de 2,8% !