Asie : pas de tendance claire avec le FMI

  • A
  • A
Asie : pas de tendance claire avec le FMI
Partagez sur :

Le FMI estime qu'il existe un risque sévère de récession mondiale...

La mise en garde du FMI a semé le doute sur les marchés asiatiques ce mardi matin... A Tokyo, l'indice Nikkei cède 1% peu avant la clôture, tandis qu'à l'inverse, Hong Kong gagne environ 1% et le Shanghai Composite rebondit de 2% dans l'espoir de mesures de soutien à l'économie chinoise... De son côté, Taiwan cède 0,3%, Séoul perd 0,1%, Sydney gagne 0,5%, Singapour recule de 0,2% et Bombay (indice BSE Sensex) gagne 0,8% en début de séance. Hier à Wall Street, le Dow Jones a finalement cédé 0,2% et le Nasdaq a reculé de 0,7%, sur fond d'inquiétude sur la croissance mondiale et concernant la saison des résultats du 3ème trimestre, qui démarre aujourd'hui avec le géant de l'aluminium Alcoa. "Sévère risque de récession mondiale", selon le FMI Après la Banque Mondiale et la Banque asiatique de développement, le FMI a publié à son tour ses nouvelles prévisions sur l'économie mondiale, revues à la baisse. Les marchés anticipaient le contenu ce rapport, mais peut-être pas la sévérité de la mise en garde qui accompagne les chiffres... Le FMI a ainsi estimé que "les risques d'une récession mondiale sévère sont à un niveau élevé alarmant"... La crainte principale des experts internationaux est que la crise de la zone Euro s'exacerbe, et que les interventions promises par la BCE ne suffisent pas à rassurer les marchés sur la survie de l'Euro. Zone euro : contraction de 0,4% cette année Pour le FMI, l'économie mondiale dans son ensemble devrait progresser de 3,3% cette année et de 3,6% l'an prochain contre respectivement 3,5% et 3,9% prévus en juillet dernier... La zone Euro devrait connaître une contraction de 0,4% cette année, puis une petite reprise de 0,2% en 2013... Aux Etats-Unis, la croissance est anticipée à un peu plus de 2% cette année et l'an prochain. Enfin, en Asie, la Chine devrait connaître une croissance de 7,8% en 2012 et de 8,2% en 2013 (contre 8% et 8,5% précédemment prévu). Ce diagnostic n'a pas étonné les investisseurs en Chine, qui spéculent surtout sur de nouvelles mesures de stimulation de la part des autorités chinoises dans les prochaines semaines...