Après le solaire, Bruxelles vise les équipementiers télécoms chinois

  • A
  • A
Après le solaire, Bruxelles vise les équipementiers télécoms chinois
Partagez sur :

Les géants chinois ZTE et Huawei dans le viseur ?

Bruxelles n'en a pas fini avec la Chine, accusée de dumping dans de nombreux secteurs... Après avoir imposé de lourdes taxes sur les équipements solaires, il y a quelques jours, la Commission européenne s'apprêterait à mettre en garde les deux géants chinois de l'équipement télécoms, ZTE et Huawei contre la vente à perte. Selon 'Les Echos' du jour, la Commission compte adresser une lettre officielle au nouveau gouvernement chinois pour l'avertir que des taxes pourraient être appliquées à l'avenir sur ces entreprises si elles ne changent pas de comportement commercial... Arme de la dissuasion Depuis des mois, Karel De Gucht, le commissaire chargé du Commerce soupçonne ces deux groupes de vendre à perte et de bénéficier de subventions publiques de la part de Pékin. Mais, pour l'instant, aucun concurrent européen (Nokia, Alcatel-Lucent, Ericsson) ne s'est lancé dans une procédure judiciaire, de peur de voir se fermer les portes de l'immense marché chinois... Pour l'instant donc, Bruxelles a opté pour l'arme de la dissuasion, en ne lançant pas de procédure formelle à ce stade. "L'objectif est d'envoyer à Pékin un signal politique fort qui signifie que nous ne plaisantons pas dans cette affaire et que des négociations doivent être rapidement engagées", commente une source européenne citée par le quotidien économique.