Après hésitation, la hausse l'emporte sur les marchés asiatiques

  • A
  • A
Après hésitation, la hausse l'emporte sur les marchés asiatiques
Partagez sur :

Avant les annonces de la Fed attendues ce mercredi soir à l'issue de la réunion de son conseil monétaire...

Les Bourses asiatiques progressent ce matin, malgré un début de séance indécis, après des signes de vigueur de l'économie chinoise et avant les annonces de la Fed attendues ce mercredi soir à l'issue de la réunion de son conseil monétaire... A Tokyo, l'indice Nikkei gagne près de 0,3% en clôture, le Shanghai Composite rebondit de 2,5%, Taiwan gagne 0,5% et Séoul grimpe de 1,3%. Sydney progresse de 0,3% de même que Singapour, tandis que la Bourse de Bombay (indice BSE Sensex) est stable (+0,03%). Seule la place de Hong Kong a du mal à résister, en baisse de 0,3%. Hier soir à Wall Street, la prudence l'a emporté, avec un Dow Jones finissant proche de l'équilibre (+0,07%) et un Nasdaq en baisse de 0,8%. Les opérateurs espèrent donc des annonces de la Fed, ce soir, notamment le lancement de l'"opération Twist", qui verrait la Fed rééchelonner son portefeuille d'obligations d'Etat américaines (vente de titres à court terme et achat de titres à long terme) pour maintenir très bas les taux à long terme. L'Euro résiste mieux ce matin sur le marché des changes, autour de 1,37$, malgré la dégradation d'un cran, hier, de la note de l'Italie par Standard & Poor's. Quant au Yen, il s'est hissé une nouvelle fois près de son record face au Dollar, à 76,10Y/$, avant de refluer sur fond de rumeurs d'une intervention imminente de la Banque du Japon pour le faire chuter. Une fois n'est pas coutume, la crise de la dette grecque a été reléguée en arrière plan, les investisseurs préférant saluer les indicateurs avancés de la Chine. L'indice du Conference Board est ainsi ressorti en hausse de 0,6% pour juillet, défiant les pronostics de ceux qui annonçaient un ralentissement. Cette statistique a permis aux marchés d'ignorer la dernière mise en garde du FMI, qui a révisé hier ses prévisions de croissance mondiale, et a prévenu que l'économie mondiale entrait dans une "nouvelle phase dangereuse". La croissance mondiale atteindrait ainsi 4% en 2011 et 2012, contre respectivement 4,3% et 4,5% prévus en juin par le FMI. Toutefois, le ralentissement est surtout prévu aux Etats-Unis en Europe, mais n'affecterait pas beaucoup la Chine, dont le PIB croîtrait de 9,5% cette année, contre 9,6% prévu jusqu'ici... Certains estiment que les marchés ont désormais intégré une bonne partie des mauvaises nouvelles concernant un ralentissement de la croissance. Sur le dossier grec, un léger espoir est revenu depuis 24 heures : les dernières déclarations politiques laissent penser qu'un accord pourrait être trouvé entre Athènes et la troïka sur le versement d'une tranche de 8 Milliards d'Euros en octobre, ce qui permettrait à la Grèce d'éviter le défaut de paiement à court terme. Parmi les valeurs en vue, Rio Tinto gagne 0,5% à Sydney, malgré les propos prudents de son patron publiés par le 'Financial Times' du jour. Tom Albanese évoque ainsi dans un entretien au quotidien financier britannique un ralentissement de la demande mondiale en minerais. De son côté, l'autre géant minier BHP Billiton progresse de 0,3% et le groupe aurifère Newcrest Mining gagne 1%, saluant le retour de l'or au dessus de 1.800$ l'once, à 1.810$ ce matin en Asie. Toyota perd 0,6% à Tokyo après avoir annoncé la fermeture de 11 de ses sites de production japonais à l'approche d'un violent cyclone. Enfin, à Hong Kong, l'action Dongfang Electric, fournisseur chinois d'équipements électriques, bondit de 7,4% après un article du 'China Securities Journal' évoquant une possible reprise, début 2012, des projets de centrales nucléaires gelés depuis la catastrophe de Fukushima, le 11 mars dernier.