Apple : Angela Ahrendts, un peu de douceur dans un monde de geeks ?

  • A
  • A
Apple : Angela Ahrendts, un peu de douceur dans un monde de geeks ?
Partagez sur :

La nouvelle patronne des Apple Store se dévoile sur LinkedIn

Apple a débauché récemment la patronne de Burberry, Angela Ahrendts, pour diriger sa branche vente de détail (Apple Stores). Le fabricant de l'iPhone espère que la dirigeante, qui a su développer rapidement la marque de luxe Burberry en Asie, saura répliquer l'exploit pour la firme à la pomme, qui a fait de la conquête de la Chine une de ses priorités. En attendant les premiers résultats commerciaux, Mme Ahrendt vient de poster un message sur le réseau social professionnel LinkeIn, où elle dévoile sa personnalité émotionnelle, très éloignée du profil froid et hyper-technologique que Steve Jobs avait imposé à Apple pendant des décennies. Mme Ahrendts avoue même entre les lignes qu'elle n'est pas une spécialiste de la "techno" et affirme "ressentir la Silicon Valley comme un pays en lui-même" dont elle ne connaîtrait pas encore toutes les règles. Elle affiche même une certaine vulnérabilité en soulignant qu'il est "dans la nature humaine de manquer de confiance en soi", ajoutant qu'il faut "éviter de se mettre trop de pression en essayant de tout apprendre dès le premier jour". "Les gens n'oublieront jamais ce que vous leur avez fait ressentir". S'adressant à ses nouveaux collaborateurs, Mme Ahrendts estime que "construire une relation est le premier pas vers l'instauration de la confiance, qui elle-même mène aux actions synchronisées et à l'unité" d'une équipe. Elle cite aussi la poétesse américaine Maya Angelou, récemment décédée, qui a écrit : "les gens oublieront ce que vous avez dit, les gens oublieront ce que vous avez fait, mais il n'oublieront jamais ce que vous leur avez fait ressentir". Comme on imagine mal que Mme Arendts ait publié ce texte sans aucune concertation avec la direction d'Apple, son entrée en matière dans la firme de Cupertino paraît traduire la volonté du directeur général, Tim Cook, de s'éloigner un peu plus le groupe du style du fondateur du groupe, Steve Jobs. Au-delà de son génie créatif incontesté, Jobs était en effet connu pour la rudesse de ses exigences vis-à-vis de ses collaborateurs, allant jusqu'à en faire fondre certains en larmes...