Antitrust / Vin : la Chine et l'Europe trouvent un accord à l'amiable

  • A
  • A
Antitrust / Vin : la Chine et l'Europe trouvent un accord à l'amiable
Partagez sur :

Pékin avait lancé une enquête contre l'UE à l'été dernier.

Les organisations viticoles européennes et chinoises sont parvenues à trouver un accord à l'amiable sur l'enquête anti-trust que Pékin avait initié en juillet dernier, a fait savoir la Commission européenne à la mi-journée. "Je salue le fait que l'industrie du vin chinois s'apprête à retirer sa demande de mesures anti-dumping (...) l'affaire va maintenant être résolue de sorte que l'Union européenne puisse reprendre ses exportations vers la Chine, dans un environnement de concurrence loyale", a déclaré le commissaire, Karel De Gucht. Outre le retrait de la plainte, l'accord prévoit une coopération et une assistance technique entre les deux parties pour une période initiale de deux ans. A titre d'exemple, l'UE proposera des séminaires et stages aux viticulteurs chinois alors que Pékin s'engage en contrepartie, à promouvoir la culture du vin européen en Chine et à faciliter l'organisation d'évènements dans le pays. Enquête ouverte à l'été 2013 Pour mémoire, à l'été 2013 la Chine avait annoncé l'ouverture d'une enquête antidumping sur les vins européens, alors que les exportations de l'UE vers Pekin se sont élevées à 764 millions d'euros en 2012, dont 546 millions d'euros rien que pour la France... Pékin avait pris cette décision en signe de représailles. Peu de temps auparavant, la Commission européenne avait en effet annoncé son intention d'imposer des droits de douanes élevés sur les équipements solaires chinois, accusés de casser les prix. Sur ce volet, un accord à l'amiable a également été trouvé avec une partie des industriels du secteur.