Angela Merkel espionnée par la NSA pour son rôle clef dans la crise de la zone euro

  • A
  • A
Angela Merkel espionnée par la NSA pour son rôle clef dans la crise de la zone euro
Partagez sur :

D'après la presse allemande, Barack Obama était au courant des pratiques des services secrets américains depuis 2010...

Barack Obama savait-il que les services secrets espionnaient la chancelière allemande ? La NSA (National Security Agency) a assuré dimanche soir que le président américain n'était absolument pas au courant de ces pratiques, mais la presse allemande, elle, affirme le contraire. Selon le journal 'Bild', Barack Obama aurait été informé dès 2010, et aurait même demandé à obtenir davantage d'informations sur Angela Merkel. Fin du programme Selon le quotidien allemand, Barack Obama tenait à en apprendre le maximum sur la dirigeante allemande, qui était alors une actrice-clef dans la crise de la dette en zone euro. Après avoir appris que le téléphone d'Angela Merkel avait été mis sur écoute, Berlin a convoqué l'ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne, un fait inédit entre les deux alliés depuis l'après-Guerre. Le 'Wall Street Journal' a annoncé dimanche que la NSA avait mis fin au programme concernant la chancelière allemande après la découverte de l'opération, à la faveur d'une enquête de l'administration Obama qui a commencé cet été. Le programme concernait aussi 35 autres dirigeants mondiaux,dont certains le sont toujours, écrit le quotidien américain. Délégation à Washington La NSA a commencé à espionner le prédécesseur d'Angela Merkel, Gerhard Schröder, quand ce dernier s'est opposé à la guerre en Irak lancée en 2003 par George W. Bush. Elle a poursuivi cette surveillance lorsque Merkel est devenue chancelière en 2005. Les données étaient recueillies par une cellule de 18 agents de la NSA installée à l'ambassade américaine à Berlin, à environ 800 mètres de la chancellerie. Elles étaient ensuite directement envoyées à la Maison blanche, poursuit le 'Bild am Sonntag'. Seule la ligne fixe d'Angela Merkel dans son bureau n'a pas été piratée. Le Parlement européen doit envoyer ce lundi à Washington une délégation de neuf élus pour recueillir la réponse des autorités américaines aux allégations d'espionnage de citoyens et de gouvernements européens par la NSA. L'Allemagne a fait savoir qu'elle enverrait sa propre délégation aux Etats-Unis.