Alcatel-Lucent va supprimer moins d'emplois que prévu, grâce au "patriotisme économique"

  • A
  • A
Alcatel-Lucent va supprimer moins d'emplois que prévu, grâce au "patriotisme économique"
Partagez sur :

Le groupe a signé plusieurs contrats avec les opérateurs télécoms, lui permettant de ramener les suppressions d'emplois prévues par son plan de 900 à moins de 700...

Alcatel-Lucent a ramené de 900 à "moins de 700" le nombre d'emplois touchés par son plan social en France, a fait savoir le président de l'équipementier Michel Combes dans un entretien accordé au quotidien 'Le Monde'. "Les partenaires sociaux ont fait des commentaires et nous avons pris en compte nombre de leurs propositions", explique-t-il. Vendredi dernier, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg avait demandé à la direction de "faire un effort supplémentaire sur l'emploi". Meilleures perspectives "Cette évolution tient compte des meilleures perspectives du groupe en France. Notamment grâce aux accords conclus récemment avec les opérateurs français. Mais c'est aussi un pari sur le regain d'activité en Europe", ajoute Michel Combes. Arnaud Montebourg avait en effet appelé les opérateurs français au "patriotisme économique". Le président du groupe cite ainsi le partenariat signé avec Orange sur les "small cells", mais aussi la construction du réseau de fibre optique de SFR. "Nous sommes aussi en pourparlers avec Bouygues Telecom, Numericable et Outremer Telecom pour la signature de contrats dans le mobile et le fixe", a-t-il ajouté. Enfin, concernant Iliad, aucun contrat n'a été conclu mais il n'exclut pas d'y arriver. Partenariat avec Altran Interrogé plus précisément sur les sites visés par le plan,Michel Combes a fait savoir que l'implantation d'Orvault, près de Nantes, sortira bien du périmètre mais qu'un partenariat industriel avec la société de conseil Altran va permettre la reprise de 170 des 250 employés de la R&D. Les deux groupes ont en effet annoncé ce mercredi matin un partenariat en vue de créer "un centre d'expertise et de services télécom" sur le bassin d'emplois nantais. Pour mémoire, le plan initial de restructuration d'Alcatel-Lucent prévoit la fermeture des sites de Toulouse et Rennes, qui emploient respectivement 100 et 110 personnes. Les implantations de Eu (Seine-Maritime), Ormes (Loiret) et Orvault (Loire-Atlantique) ont également vocation à être cédées d'ici 2015. Alcatel-Lucent a pour objectif de réaliser un milliard d'euros d'économies.