Airbus confirme son souhait se sortir de Dassault Aviation

  • A
  • A
Airbus confirme son souhait se sortir de Dassault Aviation
Partagez sur :

Malgré sa participation, d'une valeur de 5,2 milliards d'euros au cours d'actuel, Airbus n'a jamais su peser sur la stratégie de Dassault Aviation

Airbus Group a profité mercredi de la publication de ses résultats trimestriels pour confirmer son souhait de céder sa part de 46,3% dans l'avionneur français Dassault Aviation. Le groupe aéronautique et spatial européen avait déjà fait part de ces intentions en septembre 2013, affirmant que toutes les options étaient sur la table. Malgré sa participation, d'une valeur de 5,15 milliards d'euros au cours d'actuel, Airbus n'a jamais été en mesure de peser sur la stratégie de Dassault Aviation, dont la famille Dassault détient fermement le contrôle avec 50,55% du capital. Par ailleurs, rappelle l'agence de presse Reuters, les deux groupes sont régulièrement concurrents à l'export, en proposant l'un l'avion de combat français Rafale et l'autre l'Eurofighter. et peinent également à coopérer dans le domaine stratégique des drones. Du côté des analystes, cette opération constituerait plutôt une bonne nouvelle : Jefferies estime que l'annonce d'une éventuelle n'est pas anodine et constitue "un signal positif". "Dassault confirme qu'il est étudie toujours diverses options concernant sa participation dans DA, actuellement valorisée 5,15 milliards d'euros. Il est difficile de savoir pour le moment si le produit de la vente prendra la forme d'un dividende exceptionnel", écrit de son côté Kepler Chervreux. Des comptes solides Airbus a dévoilé ce matin des comptes du second trimestre plus solides que prévu en matière de rentabilité et de chiffre d'affaires. Il a confirmé ses projections précédentes, en misant notamment sur un flux de trésorerie disponible équilibré en fin d'année, alors qu'il est très négatif à l'issue du premier semestre. L'A320neo devrait réaliser son premier vol au mois de septembre. Le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de 14,55 milliards d'euros au second trimestre 2014, en hausse de 7%, pour un résultat opérationnel de 1,12 MdE (+26%) et un bénéfice net de 696 ME (+35%). Le consensus était positionné à 14,274 MdsE de chiffre d'affaires, pour un résultat opérationnel courant de 947 ME et un bénéfice net de 566 ME. Sur le semestre, les revenus progressent de 6% à 27,2 milliards d'euros, l'EBIT de 24% à 1,84 MdE (1,77 MdE avant éléments non-récurrents) et le bénéfice net de 50% à 1,13 MdE. Le flux de trésorerie disponible avant financements-clients ressort à -2,27 MdsE. La trésorerie nette a reculé à 5,36 MdsE. Le carnet de commandes est lui stable à 677,45 MdsE, dont 41,22 MdsE dans la défense (-3%).