Air France-KLM : l'Etat n'aurait pas demandé une baisse de salaire pour le PDG

  • A
  • A
Air France-KLM : l'Etat n'aurait pas demandé une baisse de salaire pour le PDG
Partagez sur :

L'Etat a demandé aux dirigeants de "moderer" les salaires des dirigeants d'entreprises publiques.

Alors que l'Etat souhaite que les entreprises dont il est actionnaire minoritaire baissent de 30% le montant des rémunérations de leurs patrons, 'La Tribune' croit savoir que pour celle du PDG d'Air France, Alexandre de Juniac , aucune demande en ce sens n'aurait été formulée. Une rémunération fixe de 600.000 euros brut ? D'après les informations du site internet, les représentants de l'Etat auraient validé la proposition de rémunération faite lors du dernier d'administration qui s'est tenu le 19 février. La rémunération fixe du PDG serait ainsi maintenue à 600.000 euros (brut) assortie d'une part variable pouvant s'élever à 300.000 euros, détaille 'La Tribune' qui précise que selon Bercy, les efforts auraient déjà été réalisés par ses prédécesseurs. Cette proposition devrait être soumise à l'assemblée générale des actionnaires le 20 mai prochain. Les salaires limités dans le public Depuis un décret paru en juillet 2012, le salaire des patrons de sociétés publiques est plafonné à 450.000 euros bruts, soit vingt fois la moyenne des plus bas salaires des principales entreprises publiques. Cette règle s'applique à celles détenues directement ou indirectement par l'Etat, qui souhaiterait donc allait plus loin. " (Il) a fait savoir qu'il verrait d'un bon oeil, au vu du contexte économique difficile, que les dirigeants fassent un gros effort de modération", indiquait en début de semaine 'Le Figaro', citant plusieurs sources concordantes. Interrogé le lendemain sur le sujet par l'agence Reuters, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici a déclaré : "la doctrine, ce n'est pas forcément un chiffre mais c'est une éthique que nous voulons porter partout dans les entreprises où l'Etat est actionnaire, la modération des rémunérations". L'entourage du ministre aurait ensuite fait savoir qu''"une baisse de 30% semble appropriée et conduire à des niveaux de rémunération tout à fait acceptables"...