Air France KLM : 2.600 à 3.000 postes seraient concernés par la nouvelle restructuration

  • A
  • A
Air France KLM : 2.600 à 3.000 postes seraient concernés par la nouvelle restructuration
Partagez sur :

Les nouvelles mesures d'économies et de restructuration devraient être dévoilées mercredi...

De 2.600 à 3.000 postes additionnels devraient disparaître chez Air France KLM, après une première cure d'austérité portant sur 5.100 emplois en 2012, selon les informations du quotidien 'Les Echos'. Le transporteur doit présenter ses projets en comité central d'entreprise mercredi par Frédéric Gagey, qui a succédé à Alexandre de Juniac début juillet à la tête d'Air France. Un plan de départ volontaire devrait constituer l'ossature du programme, alors que la compagnie, en dépit des efforts de restructuration déjà mis en oeuvre, continue à perdre de l'argent. Il lui faut trouver 400 millions d'euros environ, puisque le plan initial, Transform, n'a permis de réaliser que 1,1 des 1,5 milliard d'euros d'économies escomptées. 10.000 postes supprimés en trois ans Outre les réductions d'effectifs, Air France devrait abandonner progressivement l'exploitation de B747, le très gros porteur de Boeing, jugée trop co�"teuse, selon le quotidien financier. Les autres sources d'économies identifiées passent notamment par la sous-traitance de certaines escales ou des efforts accrus dans le fret et sur les lignes intra-européennes. En trois ans, Air France KLM a déjà supprimé 10.000 emplois, dont une baisse de 15% des effectifs de la filiale française et de 8% de la filiale néerlandaise. Le premier semestre 2013 du transporteur s'est soldé par un chiffre d'affaires de 12,3 milliards d'euros, en croissance de 1,3% en glissement annuel, pour un EBITDAR de 865 millions d'euros, en forte progression de 40,2%, mais un résultat d'exploitation courant toujours franchement déficitaire de -451 millions d'euros, même si en données ajustées, la perte se limite à -292 millions d'euros. En revanche, le résultat net de la période affichait -793 millions d'euros, malgré un retour au vert sur le second trimestre.