Affaire Tapie : Perquisition au domicile parisien de Christine Lagarde

  • A
  • A
Affaire Tapie : Perquisition au domicile parisien de Christine Lagarde
Partagez sur :

La patronne du FMI fait l'objet d'une procédure depuis l'été 2011

Le domicile parisien de la directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, fait actuellement l'objet d'une perquisition dans l'affaire Tapie. L'information a été confirmée à l'agence Reuters par son avocat. "Ces perquisitions servent à la manifestation de la vérité, cela contribuera à l'exonération de toute responsabilité pénale de ma cliente", indiqué Me Yves Repiquet. La patronne du FMI fait l'objet d'une procédure depuis l'été 2011, ouverte par la Cour de justice de la République pour "complicité de détournement de fonds publics et de faux". En 2007, alors ministre de l'Economie, elle avait choisi de solder par un arbitrage privé un litige judiciaire concernant la revente en 1993, par le Crédit lyonnais, d'Adidas, contrôlé par Bernard Tapie. L'homme d'affaires s'était vu verser environ 400 millions d'euros, avec les intérêts. Multiplication des perquisitions L'actuelle directrice du FMI a démenti toute malversation et a exclu de démissionner, rappelant même fin janvier qu'elle estime avoir choisi à l'époque "la meilleure solution". Les perquisitions se sont multipliées dans ce dossier ces dernières semaines, notamment au domicile et au cabinet de l'ex-ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant fin février. Avant lui, les domiciles du directeur de cabinet de Christine Lagarde à l'époque, Stéphane Richard, désormais PDG de France Telecom, mais aussi de Bernard Tapie ont également été perquisitionnés fin janvier par la brigade financière.