Affaire Cahuzac : "ce n'est pas la fin de l'histoire", prévient Philippe Marini

  • A
  • A
Affaire Cahuzac : "ce n'est pas la fin de l'histoire", prévient Philippe Marini
Partagez sur :

Le président de la Commission des Finances a interrogé Bercy jeudi...

"Rien de décisif" n'a été trouvé au ministère de l'Economie, "mais ce n'est pas la fin de l'histoire" a déclaré le Président de la commission des Finances au Sénat, Philippe Marini (UMP) ce vendredi matin, au micro d'Europe 1. Suite à l'article paru dans 'Valeurs Actuelles', selon lequel Pierrre Moscovici était au courant dès le mois de décembre, de la détention par Jérôme Cahuzac d'un compte en Suisse, Philippe Marini et son homologue à l'Assemblée, Gilles Carrez, ont interrogé jeudi la direction des Finances Publiques. Pas de preuve concrète Si aucun élément concret n'a été retrouvé, "il me semble peu vraisemblable que l'on est pas pris contact avec la Suisse avant le 23 janvier (...) "ils pouvaient aller plus vite (Pierre Moscovici et ses collaborateurs, ndlr) (...) mais ils ne l'ont pas fait", a estimé Philippe Marini, ajoutant que "l'administration est très fidèle à son ministre et se comporte comme son bouclier (...) ce que je ne saurais contesté (...) mais elle a aussi une mission de service public". Procédure judiciaire "J'ai demandé une liste de documents très précis (...) si nous ne sommes pas satisfaits nous interrogerons à ce moment là, la mémoire des ordinateurs", a expliqué le sénateur, rappelant qu'il y a également une procédure judiciaire en cours.  "Ceux qui auront menti, s'ils ont menti seront très mal, et sous le coup de sanctions pénales très lourdes", a-t-il encore martelé. Démenti de Pierre Moscovici  Jeudi, le ministre de l'Economie a formellement démenti les informations de 'Valeurs Actuelles', selon lesquelles il aurait envoyé une mission secrète en Suisse pour obtenir confirmation de l'existence d'un compte en Suisse. "Une telle démarche n'aurait pas été conforme au droit international et aux principes de l'administration française", a souligné Pierre Moscovici...