Accor : réflexion sur l'organisation, mais pas de scission en vue

  • A
  • A
Accor : réflexion sur l'organisation, mais pas de scission en vue
Partagez sur :

Mais le groupe réfléchit bien à une réorganisation de ses activités de détention immobilière et de gestion hôtelière...

Le groupe Accor a concédé ce lundi réfléchir à mieux séparer de façon opérationnelle ses activités de détention immobilière et de gestion hôtelière, en réponse aux informations du quotidien 'Les Echos' selon lesquelles son actionnaire Colony Capital militerait pour une séparation des deux actifs. En revanche, Accor a démenti que le scenario d'une scission est à l'étude. Le quotidien financier indiquait ce matin que Sébastien Bazin, le patron Europe de Colony Capital (actionnaire principal d'Accor avec Eurazeo), a proposé mi-décembre au conseil d'administration du groupe hôtelier de séparer le parc immobilier hôtelier de l'exploitation en créant une foncière ad hoc. Colony, qui a à coeur de voir se redresser le cours de l'action Accor, en baisse de plus de 40% depuis un an malgré de bons résultats financiers, estime qu'une filialisation des "murs" d'Accor permettrait de mieux valoriser le groupe. Ces "murs" seraient ainsi valorisés à eux seuls environ 3,7 milliards d'Euros, soit près de 80% de la capitalisation boursière actuelle d'Accor, qui plafonne à 4,7 milliards d'euros. Le quotidien économique précise toutefois que le PDG du groupe, Denis Hennequin, serait opposé à une telle scission et se serait exprimé clairement en faveur de l'unicité du groupe, vendredi dernier, devant le personnel, lors d'une réunion du comité de groupe d'Accor France. De plus, le PDG et ses proches estimeraient le moment mal choisi pour réaliser une telle opération, compte tenu de la crise économique actuelle en Europe, où le groupe est très présent.