8% des travailleurs employés au noir dans le BTP

  • A
  • A
8% des travailleurs employés au noir dans le BTP
Partagez sur :

Près d'une entreprise sur sept a recours au travail dissimulé dans le secteur de la construction, selon un rapport des Urssaf.

Près d'une entreprise sur sept a recours au travail dissimulé dans le secteur de la construction, selon un rapport des Urssaf dévoilé par 'Les Echos' mercredi. "Près d'une entreprise sur sept (13,7?%) dans le BTP a recours au travail au noir, soit en ne déclarant pas un employé, soit en dissimulant une partie des heures de travail qu'il effectue", écrit le quotidien, précisant qu'un salarié sur huit est concerné. Et ces chiffres pourraient même être plus élevés, puisque l'Acoss, la caisse nationale du réseau des Urssaf, estime que la détection "est délicate et ne peut être totale".  Ces travailleurs non déclarés seraient surtout présents sur les chantiers très tôt le matin ou le weekend, et les plus âgés seraient aussi les plus concernés, avec un taux de 18,5?% des salariés de plus de 60 ans contrôlés employés illégalement. Autre information apportée par ce document : la peinture et la vitrerie sont les plus concernées par le travail dissimulé, puisque près d'une entreprise sur quatre y a recours, devant la construction.  Entre 20 et 25 milliards par an Enfin, ce sont surtout les petites entreprises qui sont en première ligne, puisqu'un taux de fraude limité à 4% a été détecté dans les entreprises contrôlées de plus de 20 salariés. C'est en Ile-de-France que les Urssaf ont enregistré le plus de travail au noir (près de 25%), devant l'Est de la France (17,9%). Tous secteurs confondus, il co�"terait entre 20 et 25 milliards d'euros par an en France. Selon un récent rapport du Conseil économique et social (Cese), en 2012, l'économie souterraine aurait en effet représenté 10,8% de l'activité française. Et pour cause, selon l'Urssaf, 7% des entreprises auraient recours au travail dissimulé.