4G: bataille de "tweets" entre le patron de Free Mobile et Arnaud Montebourg !

  • A
  • A
4G: bataille de "tweets" entre le patron de Free Mobile et Arnaud Montebourg !
Partagez sur :

Les deux hommes se sont affrontés sur le réseau social...

Tout a commencé par un "tweet" un peu taquin ce mardi matin de la part du patron de Free Mobile, adressé au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg... "Toujours plus pour le pouvoir d'achat : la 4G pour 2 euros grâce à Free Mobile", a écrit Xavier Niel sur son compte Twitter, suite à cette nouvelle offensive de l'opérateur sur le marché de la quatrième génération. Quand Arnaud Montebourg remerciait Xavier Niel... Ce "tweet" faisait référence à un message posté par Arnaud Montebourg en janvier 2012, au moment de l'arrivée de l'opérateur sur le marché. "Xavier Niel vient de faire avec son nouveau forfait illimité plus pour le pouvoir d'achat des Français que Nicolas Sarkozy en 5 ans", écrivait-il alors. Depuis, les relations se sont électrisées entre les deux hommes, Arnaud Montebourg ayant revêtu entre-temps son costume de ministre... "Toujours plus de destruction d'emplois dans les télécoms grâce aux excès low-cost de FreeMobile :-(", a ainsi rétorqué le ministre... Avant que Xavier Niel ne réponde une dernière fois: "124.000 emplois directs en 2009, 129.000 en 2012 + 5.000 emplois créés grâce à FreeMobile. Et votre bilan M. le Ministre ? :-)". L'emploi, au coeur de la bataille Cette bataille des chiffres sur l'emploi est récurrente depuis que Free Mobile a débarqué sur le marché. D'après le rapport annuel de l'Autorité de régulation des Télécoms (Arcep), cette arrivée n'aurait pas eu d'impact. Le secteur aurait en effet compté 129.000 emplois direct en 2012, comme en 2011, après 127.000 et 124.000 les deux années précédentes. SFR et Bouygues Télécom ont toutefois annoncé des plans de départs volontaires fin 2012. Par ailleurs, une étude, qui avait fait grand bruit et émanant de l'économiste Bruno Deffains, estimait le nombre de destruction de postes lié à l'arrivée de Free mobile à 55.000 au cours des deux années suivant son entrée sur le marché. Xavier Niel avait d'ailleurs porté plainte contre lui, sans succès.