11ème jour de grève chez Total, trois raffineries toujours à l'arrêt

  • A
  • A
11ème jour de grève chez Total, trois raffineries toujours à l'arrêt
Partagez sur :

Les raffineries concernées, qui produisent essentiellement de l'essence et du gasoil pour automobiles, se situent à Gonfreville (Manche), La Mede (Bouches-du-Rhône) et Feyzin (Rhône).

Le mouvement social se poursuit chez Total, avec trois des cinq raffineries du groupe pétrolier toujours en grève lundi, pour le 11ème jour consécutif, selon des responsables de la CGT cités par l'agence Reuters. Les raffineries concernées, qui produisent essentiellement de l'essence et du gasoil pour automobiles, se situent à Gonfreville (Manche), La Mede (Bouches-du-Rhône) et Feyzin (Rhône). Ces trois sites produisent 339.000 barils par jour, 155.000 bpj et 119.000 bpj respectivement. Un responsable syndical a précisé que la production sur le site de Donges (Loire-Atlantique), qui produit 230.000 bpj, était en train de reprendre, la grève ayant été levée au cours du week-end. "Total réaffirme que la situation actuelle n'entraîne pas de problème majeur pour l'approvisionnement en carburant. Toutes les mesures ont été prises pour assurer les livraisons pendant les fêtes", a de son côté déclaré une porte-parole du groupe pétrolier. Hausses de salaires Le conflit oppose la direction du groupe et les syndicats qui jugent trop faibles les propositions de Total en matière de revalorisations salariales. Dans un communiqué publié la semaine dernière, la CGT explique que ce mouvement porte sur des revendications salariales. Elle estime que "la direction du groupe n'a en effet pas l'intention de faire profiter les salariés des excellents résultats qui, cette année encore, vont enrichir très grassement les actionnaires". Le syndicat juge qu'avec des augmentations garanties comprises entre 1,2 et 1,5%, "la direction se moque ouvertement des salariés qui sont les vrais créateurs de richesses". Elle lui demande donc de revoir sa copie et de rouvrir dans les plus brefs délais les négociations afin que les augmentations garanties soient au niveau et compensent réellement les pertes de pouvoir d'achat".