Alerte info Le vol disparu au-dessus du Mali se serait écrasé > En savoir plus

Le CV de Jacques Cheminade

Par Mathieu David

Publié le 8 mars 2012 à 15h46 Mis à jour le 14 mars 2012 à 14h41

Jacques Cheminade

Jacques Cheminade © Julien Lemaître

A 70 ans, Jacques Cheminade se présente pour la seconde fois à la présidentielle. Il représente le parti Solidarité et progrès.

Nom: Cheminade
Prénom : Jacques
Date et lieu de naissance : 20 août 1941 à Buenos Aires (Argentine)

Origines familiales : sa famille, d’origine auvergnate, s’est installée en Argentine au début du siècle, comme beaucoup d’émigrants de cette époque, pour échapper à un monde difficile pour les fils et les filles de familles modestes. Son père est entrepreneur, sa mère institutrice et universitaire. Il quittera l'Argentine à l'âge de 17 ans pour arriver en France en 1959.

Situation familiale : célibataire, sans enfant

Etudes : en Argentine, il étudie au collège français de Buenos Aires. L’enseignement y est dispensé à la fois en français et en espagnol. En 1960, il entre à HEC à Paris. Il obtient son diplôme en 1963 et également une licence de droit en 1965. Entre 1966 et 1967, il fait son service militaire dans la Coopération à Tegucigalpa (Honduras). Puis en 1967, il entre à l'ENA, dans la promotion Jean Jaurès, dont il sortira en 1969.


Partis Politiques : il intègre et préside le Parti ouvrier européen (POE) en 1982, qui deviendra la Fédération pour une nouvelle solidarité en 1991. Depuis 1996, Jacques Cheminade est à la tête de Solidarité et progrès, une association de la loi 1901 qui lui sert de parti politique. Il a toutefois abandonné le présidence le temps de la campagne.

Parcours politique : après avoir rencontré en 1974 Lyndon LaRouche, figure de proue du parti travailliste américain et plusieurs fois candidat à l'investiture démocrate, Jacques Cheminade s’engage dans la politique. Il est pour la première fois candidat aux élections législatives de 1978, dans la 25e circonscription de Paris, il obtient 0,12 % des voix. Fonctionnaire à la Direction des relations économiques extérieures du ministère de l’Economie et des Finances de 1969 à 1981, il démissionne 6 mois avant de pouvoir toucher la retraite des hauts-fonctionnaires. En 1981, il ne parvient pas à réunir les 500 signatures pour concourir à la présidentielle. Il fonde alors le Parti ouvrier européen l’année suivante, qui deviendra au final le parti Solidarité et progrès. En 2004, sa liste Nouvelle Solidarité recueille 3.130 voix (0,11 %) aux élections européennes en Ile-de-France. En 2005, il fait activement campagne pour le "non" au référendum du 29 mai. En 2012, le retraité Jacques Cheminade est de nouveau candidat à la présidentielle.

Mandats en cours : aucun.

Fonctions politiques passées : aucune.

Précédente candidature à la présidence de la République : en 1995. Il avait obtenu 0,28% des voix.


Signe distinctif : il a la nationalité franco-argentine

Hobbies : la préhistoire, la musique classique, les champignons et les chats.

Anecdote : son parti figure dans le rapport parlementaire sur les sectes de 2005, à cause de ses méthodes de recrutement. La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) avait à l'époque estimé que "Solidarité et progrès, sous l’apparence d’une idéologie politique anti-Bush et avec une image alternative aux mouvements politiques constitués, joue sur la fibre engagée et idéaliste des étudiants". En janvier 2012, le secrétaire général de la Miviludes, Hervé Machi, a toutefois déclaré que "ce dossier qui pour nous aujourd'hui à la Miviludes n’est pas vivant. Les derniers signalements que nous avons reçus remontent à 5 ou 6 ans, donc grosso modo la période de la dernière élection présidentielle. Les personnes qui avaient fait ces signalements avaient été reçues à la Mission et ces témoignages n’ont pas débouché sur une saisine de l’autorité judiciaire par la Mission, sans doute parce qu’à l’époque la Mission a considéré que les critères de la dérive sectaire n’étaient pas caractérisés".

  • a a
0

En ce moment sur Europe 1