L’écologie pragmatique de Corinne Lepage

Par Benoît Vittek

Publié le 16 février 2012 à 15h14 Mis à jour le 7 mars 2012 à 13h17

Corinne Lepage lors du Congrès de France Nature Environnement en janvier 2012.

Corinne Lepage lors du Congrès de France Nature Environnement en janvier 2012. © Maxppp

Corinne Lepage veut une réorientation de la société reposant sur la transparence et une meilleure prise en compte des problématiques environnementales.

EDUCATION : REDEPLOIEMENT DES MOYENS

Couplée à la Santé, l’Education fait partie des trois grands pôles avancés par l’équipe de campagne de Corinne Lepage.

Audit et redéploiement. L’équipe de Corinne Lepage entend procéder à un audit précis des moyens à disposition de l’Education nationale pour une utilisation plus efficiente. "Certains fonctionnaires sont usés à force de ne rien faire. Ils peuvent être utiles" autre part, défend Richard Hasselmann, directeur de campagne.

Priorité à la petite enfance. "Parce qu’il est le seul moyen d’assurer une égalité des chances dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, l’enseignement dans les petites classes devra retrouver l’excellence qui a fait sa réputation." Les investissements seront notamment concentrés sur l’enseignement en maternelle et en primaire pour doter chacun du socle de connaissances nécessaire à son épanouissement et corriger les inégalités à la racine.

Accompagnement des élèves en difficulté. Deuxième priorité, les zones sensibles et les élèves en difficulté bénéficieront du redéploiement des moyens de l’Education nationale.

Enfin, la réforme de l’université sera "menée jusqu’à son terme", avec une valorisation du tutorat pour la transmission des savoirs et savoir-faire.

EMPLOI : ACTIVITES NOUVELLES ET PME

Autre "axe majeur" d’un quinquennat Lepage, la réduction du chômage et son traitement social avec le développement de nouvelles filières liées à l’environnement et une réorientation de la finance en faveur des PME.

Réindustrialisation. La transition énergétique souhaitée par Corinne Lepage, avec la sortie du nucléaire, doit permettre de nombreuses créations de postes dans d’autres filières d'excellence : énergies renouvelables, sobriété énergétique, dépollution…

Ces nouvelles filières doivent permettre de produire local. Corinne Lepage mise sur l’agriculture, l’artisanat, le bâtiment ou encore la production décentralisée d’énergie.

Régulation financière. La traçabilité des produits d’épargne et des actifs bancaires doit permettre le financement des PME et la lutte contre la spéculation court-termiste avec une fiscalité éco-modulée : surtaxation des actifs spéculatifs et du financement d’activités polluantes, incitation au financement de l’économie réelle et aux investissements écologique et de long terme. Les subventions d’Etat seront également réorientées en faveur des PME, notamment avec une nouvelle répartition du Grand emprunt.

La simplification des réglementations, "sans pour autant déréguler", doit permettre de soutenir les initiatives nouvelles. Les créations de sociétés coopératives et la reprise d’une entreprise par ses salariés seront simplifiées.

Nouvelles formes d’organisation du travail. Corinne Lepage entend accompagner la formation professionnelle et développer de nouveaux rapports sociaux au sein des entreprises, en faveur d’une représentation plus forte des citoyens.

Un grand programme "solidarité jeunesse" sera initié pour aider les jeunes diplômés à trouver un premier emploi, entre autres. Les 15-25 ans seront incités à l’éco-volontariat, le volontariat solidaire et les stages en entreprise ou en association.

ENERGIE : SORTIE DU NUCLEAIRE ET TRANSITION

Opposante de longue date au nucléaire, Corinne Lepage avance le programme Soleil (Solutions énergétiques d’investissements de long terme) pour mener la transition énergétique de la France.

Sortie du nucléaire. Corinne Lepage a écrit plusieurs livres sur ce sujet, dont Sans le nucléaire on s'éclairerait à la bougie : Et autres tartes à la crème du discours techno-scientifique. Elle veut affranchir la France de sa dépendance à l’atome, "par intérêt pour les Français". La candidate écologiste ne veut plus de nouvelles centrales. L’arrêt de celles existantes dépendra des questions de sécurité et de la rapidité du développement des énergies renouvelables. Corinne Lepage prône pour cela "un débat sur des bases honnêtes", avec une expertise indépendante sur les coûts de la filière nucléaire et de son démantèlement.

La sortie du nucléaire serait compensée par le développement de filières françaises du renouvelable. Un fonds dédié, alimenté par "une partie des subventions aujourd’hui allouées au pétrole, une partie de la rente nucléaire et l’épargne de tous ceux de nos concitoyens qui souhaiteront investir pour leurs enfants", doit permettre, notamment, "le financement de grands projets de Solaire à concentration, de stockage de l’électricité ou d’énergies marines".

Egalement encouragées, les start-up favorisant la sobriété énergétique : nouveaux matériaux, compteurs et réseaux intelligents…

Corinne Lepage s’est également engagée pour "la fin de notre dépendance au pétrole".

EUROPE : RECENTRAGE ET HARMONISATION

Européenne "convaincue", l’eurodéputée veut revenir à un socle commun solide et redéfinir le rôle de la Banque centrale européenne (BCE). Des orientations présentées comme nécessaires à la survie de l’euro.

Harmonisation fiscale et sociale. Avec les pays fondateurs de l’Union européenne (France, Allemagne, Belgique, Italie, Luxembourg et Pays-Bas), Corinne Lepage entend définir un "plus grand dénominateur commun" autour des taux de TVA, de prélèvement obligatoire ou encore de douane pour lutter contre le dumping, au sein et à l’extérieur de la zone euro.

Cette harmonisation entraînera un gel des adhésions pour définir ensuite les critères auxquels devront se soumettre les nouveaux prétendants.

Faire de la BCE une "vraie" banque centrale. L’institution de Francfort serait soumise au contrôle du Parlement européen et autorisée à prêter directement aux Etats plutôt que de racheter des créances "douteuses" sur le marché secondaire de la dette européenne.

IMPOTS : UNE FISCALITE ECO-MODULABLE

Corinne Lepage veut "simplifier et verdir" la fiscalité pour participer à la réorientation de la société.

Basculement de la fiscalité des entreprises sur les "coûts externes". Le niveau de taxation dépendra des conséquences des activités de l’entreprise : pollutions, spéculation, destruction du tissu économique local… Cette nouvelle assiette entraînera la suppression des niches fiscales.

Eco-modularité de la fiscalité des revenus de l’épargne et des banques. Un nouveau barème d’imposition favorisera "le financement des PME et les investissements écologique et de long terme, et surtaxera les actifs spéculatifs et le financement d’activités polluantes contraires aux objectifs publics".

Réforme de la fiscalité des ménages. Le prélèvement sera opéré à la source, après fusion de l’IRPP (impôt sur le revenu des personnes physiques) et de la CSG (contribution sociale généralisée).

Indexation des allocations familiales sur les revenus et le nombre d’enfants à charge pour assurer la solidarité familiale.

Révision du partage des dépenses sociales pour "éviter que le public n’assume que les missions les plus coûteuses".

INSTITUTIONS : PLACE A LA VIe REPUBLIQUE

La réforme des institutions est un acte majeur dans l’instauration d’une nouvelle société pour Corinne Lepage, qui a publié un projet de réforme de la Constitution dont s’inspire le programme présidentiel.

Intégration de la société civile. Corinne Lepage veut créer un Conseil de la Société civile et des générations futures pour servir de relai institutionnel. Les citoyens pourront notamment le saisir à travers des pétitions et solliciter l’organisation de référendums.

Représentation. Le non cumul des mandats, la représentation proportionnelle et la reconnaissance du vote blanc seront instaurés. La désignation et le fonctionnement des parlementaires seront également revus avec, notamment, la limitation à deux mandats consécutifs de sénateur ou de député.

Indépendance et autonomie de la Justice. Le pouvoir judiciaire sera élevé au niveau des pouvoirs exécutif et législatif, avec une indépendance stricte. Un procureur de la Nation sera élu par les trois cinquièmes du Parlement tandis que les systèmes de nomination au Conseil supérieur de la magistrature, Conseil supérieur de l’audiovisuel et Conseil constitutionnel seront révisés.

Statut du chef de l’Etat. Avec une justice indépendante, c’est l’ensemble des élus, à commencer par le président de la République, qui se retrouvent soumis au droit pénal après une réforme du fonctionnement de la Cour de Justice de la République (CJR). Le président est pénalement responsable de toutes les actions extérieures à sa fonction. Si la CJR n’autorise pas les poursuites contre le chef de l’Etat ou un ministre, la prescription est suspendue le temps du mandat.

Contrer l’inflation législative. De "vraies" études d’impact appliquées à l’emploi, la santé, l’environnement et le coût à long terme pour les finances publiques de nouvelles dispositions législatives seront soumises au Conseil de la Société civile qui devra se prononcer avant examen au Parlement. Toute nouvelle loi votée entraînera la suppression, au minimum, de deux lois préexistantes et de leurs textes d’application.

Transparence. Des commissions indépendantes seront créées pour contrôler l’action publique et assurer la publicité des données afférentes. Le secret-défense fera également l’objet d’une réforme et la commission de déontologie sera renforcée.

LOGEMENT : MOBILISATION DES MOYENS EXISTANTS

L’équipe de Corinne Lepage estime que la crise du logement est une question transversale, à résoudre par une approche systémique sur laquelle elle continue de travailler. Rejetant toute "solution miracle", elle entend développer un ensemble de mesures, pour favoriser la mixité sociale et l’accès à un toit.

Récupérer les espaces inutilisés. Un travail de réhabilitation des friches industrielles (récupérées par préemption) et des établissements possédés par les collectivités locales mais non-exploités doit permettre de nourrir l’offre de logement.

Logement social d’urgence. Les nouveaux espaces seront dévolus à la création de logements peu coûteux et rapides à construire, sur le modèle des containers transformés en habitation aux Pays-Bas. Corinne Lepage entend développer des solutions rapides et écolo-compatibles pour répondre aux crises quantitative et qualitative du logement. De nouvelles formes de partenariats public-privé participeraient à cette orientation.

Un encadrement des loyers sera mis en place pour des situations très spécifiques : petites superficies et situations d’abus flagrant notamment.

Mixité. Les quartiers et immeubles intergénérationnels seront "démultipliés". La réhabilitation d’immeubles en plein centre-ville doit permettre la mixité sociale.

SECURITE : PREVENTION ET PRESENCE VISIBLE

Pour remonter la "situation dégradée laissée par les gouvernements précédents", le programme mise sur un travail au plus près de la délinquance, à travers l’éducation et une présence accrue sur le terrain.

Retour des îlotiers. Comme pour l’Education nationale, la réforme de la sécurité publique s’appuie en premier lieu sur un redéploiement des moyens humains existants. Richard Hasselmann, directeur de campagne, promet "un service visible de proximité des représentants de la loi".

Education. La baisse de la délinquance passe également par un meilleur encadrement, dès le plus jeune âge.

Transparence. Le projet présidentiel prévoit la disparition de toute organisation de la police politique.

Investigations financières. Les vrais commanditaires et patrons des réseaux de drogue, mafias et trafics seront traqués.

Violences faites aux femmes. Un programme spécifique de soutien sera mis en place avec des fonctionnaires spécialisés pour recevoir les plaintes et veiller sur la sécurité.

  • a a
0

Et aussi

En ce moment sur Europe 1