UMP : dans la tête d'un scénariste

Par Fabienne Cosnay

Publié le 28 novembre 2012 à 19h31 Mis à jour le 17 septembre 2013 à 13h08

A l'UMP, un vote pour ou contre le revote

© REUTERS

POLITIQUE FICTION - Héctor Cabello Reyes a imaginé la fin de l'histoire. Décoiffant.

Le défi. Alors que le psychodrame de l'UMP ressemble à une histoire sans fin, Europe1.fr a mis la réalité sur pause et a demandé à Héctor Cabello Reyes d'imaginer quel pourrait être l'épilogue de ce feuilleton à rebondissements. Le scénariste du Concert, nommé au César 2010 pour "le meilleur scénario original", s'est prêté avec gourmandise à l'exercice de la fiction. Trahisons, manigances, coup de bluff : qui remportera la partie ? Bienvenue dans Au coin de la rue Cambronne.

UMP : dans la tête d'un scénariste

Le pitch. Les deux frères ennemis Jean-François Copé et François Fillon se disputent la présidence du parti. Ni l'un ni l'autre ne sont prêts à céder. Mais, en coulisses, Nicolas Sarkozy est à la manœuvre. Pour le scénariste Héctor Cabello Reyes, cela ne fait aucun doute. L'ancien président tient le rôle principal dans Au coin de la rue Cambronne.

>>> Le scénario imaginaire d'Héctor Cabello Reyes

• Scène 1. Les hommes de l'ombre s'agitent

[Au 77, rue de Miromesnil, dans les bureaux de Nicolas Sarkozy] L'ancien président réunit ses conseillers de l'ombre. Brice Hortefeux et David Douillet sont de la partie. A l'ordre du jour : la zizanie à l'UMP qu'il faut entretenir. Encore et toujours. L'ancien chef de l'Etat donne ses consignes à ses lieutenants : ostraciser Jean-François Copé qualifié d'"autiste" et François Fillon, qui vire "anarchiste". Entre les deux hommes, les clashs s'intensifient. Les paroles irréparables aussi. Renvoyés dos à dos, les deux rivaux sont mis à l'écart du parti. Nicolas Sarkozy, dans le rôle du messie, met en place une instance collégiale à l'UMP. Avant de reprendre les rênes du parti, comme au bon vieux temps. "Dans le scénario, il faut entretenir l'idée de complot dans lequel Copé et Fillon sont enfermés. Sarkozy est le méchant, celui à qui profite le crime", insiste Héctor Cabello Reyes.

• Scène 2. Fillon et l'étrange conseiller de l'hôpital

[Dans la chambre où François Fillon est hospitalisé] L'ancien Premier ministre doit subir de nouveaux examens médicaux, après sa cheville cassée en Italie, l'été dernier. Monsieur S. vient alors à la rencontre de François Fillon. Les deux hommes ont, a priori, peu d'affinités. Opposé à la ligne du parti, ce conseiller de l'ombre a été écarté pendant la campagne de l'UMP. A sa sortie du centre hospitalier, Monsieur S. attend le député de Paris et lui propose de partager son taxi. C'est alors qu'il lui dévoile comment Nicolas Sarkozy a tiré les ficelles pour semer la discorde entre lui et Jean-François Copé.

• Scène 3. Une réunion secrète entre Copé et Fillon

La guerre Copé-Fillon expliquée aux enfants

[Dans une maison de campagne, isolée de tout] Après les confidences de Monsieur S., François Fillon décide de provoquer une rencontre avec son frère ennemi, Jean-François Copé. "Dans une situation où l'on ne connaît pas les cartes de l'adversaire, la meilleure façon de clarifier le débat, c'est le coup de bluff", souligne le scénariste Héctor Cabello Reyes. Bien entendu, le lieu est gardé ultra-secret. Rendez-vous est pris dans une maison de campagne sans prétentions, isolée de tout. Les deux hommes arrivent chacun dans leur berline, sans chauffeur. Parce qu'il n'a plus rien à perdre, François Fillon "balance" les infos qu'il a récoltées à Jean-François Copé. Les deux rivaux d'hier décident alors de s'unir pour détrôner Nicolas Sarkozy. Sans succès.

• Scène 4 : le retour de Villepin

Villepin, un réel soutien pour Copé ?

© MAXPPP

Des fuites dans la presse sont alors organisées pour dévoiler le rôle de Nicolas Sarkozy. L'ancien chef de l'Etat, redevenu président de l'UMP, se retrouve à son tour discrédité. L'implosion menace. Tel le Comte de Monte-Cristo, Dominique de Villepin réapparaît sur le devant de la scène et prend le parti. Il tient là sa revanche sur celui qui voulait le pendre à "un croc de boucher".

• Scène 5 : Dati veut la place de son amant Villepin

C'était sans compter sur Rachida Dati, qui entretient une liaison avec Dominique de Villepin. L'ancienne garde des Sceaux, amie d"hier de Nicolas Sarkozy, devient la principale conseillère du nouveau président de l'UMP. Rachida Dati n'a rien perdu de ses ambitions, elle vise déjà la tête du parti. Y arrivera-t-elle ? Réponse dans Au coin de la rue Cambronne II.

  • a a
5

Et aussi

> Suivez l'info Europe 1 en continu sur , et réagissez sur

5 Commentaires

  1. Par papijean à 06:21 le 29/11/2012

    du temps....

    pour rien......

  2. Par MacMurphy à 20:47 le 28/11/2012

    Quel intérêt ?

    Ce genre d'article à deux balles va considérablement renforcer le lien des citoyens avec leurs hommes politiques. Comme si ils ne se discréditaient pas assez eux-mêmes...

  3. Par bob63 à 20:34 le 28/11/2012

    On s'en moque complètement

    Pour l'immense majorité des français ce n'est pas important. On en a marre de ce téléfilm de sarko. Qu'ils se taisent , point barre.

Tous les commentaires

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. Hier

    L'Assemblée valide la France à 13 régions

  2. Hier

    Manif propalestinienne : sans le citer, Valls critique un maire écolo

  3. Hier

    Fillon et ses 300.000 euros de billets d'avion payés par l'UMP

  4. Hier

    Hollande dément les rumeurs de mariage avec Julie Gayet

  5. Hier

    Jean-Marie Le Guen "espère qu'il n'y aura pas de violences" à la manifestation pro-palestinienne

  6. Hier

    Fatigué, Mélenchon va prendre du recul

  7. Hier

    Zone euro : le lapsus de Pierre Moscovici

  8. Hier

    Les pro-ours demandent la démission de Royal

  1. Hier

    Hollande va rencontrer les représentants des cultes

  2. Hier

    Le Maire reproche à Valls sa présence sur le Tour de France

  3. Hier

    A Gaza, "la France doit prendre une initiative", estime Le Maire

  4. Hier

    Emeutes à Sarcelles : "intolérable" pour Valls

  5. Hier

    Réforme territoriale : Valls regrette la "réaction disproportionnée" d'Aubry

  6. Hier

    Hollande : "aucun acte raciste ou antisémite ne sera toléré"

  7. Hier

    UMP : Fillon attaque Sarkozy, Estrosi réplique

  8. Hier

    Pour Fillon, Sarkozy ne devrait pas briguer la présidence de l'UMP

  1. Hier

    Aubry règle ses comptes

  2. Hier

    Cazeneuve : "dans ce pays, la réforme est possible !"

  3. Hier

    TGV-TER : "la maintenance est défaillante" selon Cuvillier

  4. Hier

    Assemblée nationale : la France à 13 régions adoptée

  5. Hier

    Bygmalion serait placée en liquidation judiciaire

  6. Hier

    Ukraine : Hollande fait part "de son immense émotion"

  7. Hier

    Les déclarations d'intérêts des parlementaires bientôt dévoilées

  8. Hier

    Le gouvernement demande aux vols français d'éviter l'espace aérien ukrainien

  1. Hier

    Carcassonne : victime d'un "coup de chaud", Le Foll écourte une visite

  2. Hier

    Quand les Femen perturbent une séance du Sénat

  3. Hier

    La réforme pénale définitivement adoptée

  4. Hier

    Présidence du Sénat : Didier Guillaume candidat

  5. Hier

    Sénatoriales : "Les jeux sont ouverts"

  6. Hier

    Avignon : Filippetti "part en courant" du Off

  7. Hier

    Costa Concordia : Royal mobilise un navire anti-pollution

  8. Hier

    Le doyen de la Cour de cassation tacle les Sarkozystes

  1. Hier

    UMP : trois licenciements pour "faute grave"

  2. Hier

    Hervé Cristiani, le chanteur de "Il est libre Max", est mort

  3. Hier

    Taubira : "l’opposition a des difficultés à accepter l’institution judiciaire"

  4. Hier

    "Le Centre sera tout seul, ce n’est quand même pas la mort"

  5. Hier

    Juppé : "je n’ai jamais dit que je serai candidat à la présidence de l’UMP"

  6. Hier

    Trierweiler a coûté 481.000 euros à l'Etat en 2013

  7. Hier

    Juppé : la réforme de la carte, "c’est en soi une bonne idée"

  8. Hier

    Juppé : "pas d’autre solution que le cessez-le-feu" à Gaza

  1. Hier

    Condamnation pour insultes à Taubira : "une décision politique" pour le FN

  2. Hier

    VIDÉO - D'excellentes bachelières acclamées par les députés

  3. Hier

    La Cour des comptes salue les progrès de l'Elysée

  4. Hier

    Le maire de Bastia redoute le Costa Concordia

  5. Hier

    14-Juillet : 7 millions de téléspectateurs pour Hollande

  6. Hier

    Réforme territoriale : les députés veulent une France à 13 régions

  7. Hier

    François Hollande attendu au Tchad samedi

  8. Hier

    Cambadélis évoque les "lunettes chiraquiennes" de Hollande

  1. Hier

    Popularité : Nicolas Sarkozy dévisse

  2. Hier

    Une tribune contre la GPA adressée à Hollande

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement