Syrie : Fabius refuse d'armer les opposants

Par Rémi Duchemin

Publié le 17 août 2012 à 10h11 Mis à jour le 17 août 2012 à 10h25

Laurent Fabius a rappelé que l’Europe avait décidé d’un embargo sur les armes en Syrie.

Laurent Fabius a rappelé que l’Europe avait décidé d’un embargo sur les armes en Syrie. © Capture Europe 1

Ces armes "pourraient se retourner contre nous", a expliqué le chef de la diplomatie française.

Les appels d’intellectuels ou les suppliques des rebelles syriens n’y feront rien. Laurent Fabius a répété vendredi sur Europe 1 qu’il n’était pas question d’intervenir militairement en Syrie. Ni directement sur le terrain, ni en armant les rebelles face au pouvoir répressif et sanglant de Bachar al-Assad, a insisté le ministre français des Affaires étrangères depuis Beyrouth, au Liban, où il poursuit une tournée dans les pays limitrophes de la Syrie.

"Empêcher la contagion"

Ainsi, à BHL et à certains ténors de la droite, qui appellent de leurs vœux une intervention comparable à celle qui avait eu lieu en Libye, Laurent Fabius a répondu : "la règle de la France, qui a toujours été respectée, c’est qu’il n’y a pas d’intervention sans qu’il y ait une légalité internationale. La grande différence avec la Libye, c’est que les Nations-Unies avaient autorisé l’intervention", a rappelé le ministre.

"Deuxième point, la situation géostratégique et militaire n’a pas grand-chose à voir avec la Libye", a-t-il aussi estimé. "Il y a la crainte qu’on exporte au Liban, qui est un pays fragile, les tensions qu’il y a en Syrie. Il faut absolument empêcher cette contagion", a prévenu Laurent Fabius qui, au passage, s’en prend à l’attitude de Moscou, soutien indéfectible de Bachar al-Assad. "La situation du Liban rend complètement vaine la thèse développée par les Russes consistant à dire que l’ONU ne peut pas prendre de décision car c’est une affaire intérieure à la Syrie. Ça n’est plus une affaire intérieure. Ça devient une affaire internationale", a jugé le chef de la diplomatie française.

"Un embargo sur les armes"

Pas d’intervention directe, donc, mais pas non plus d’armement des forces rebelles. "D’abord, il y a une certain nombre de pays qui donnent des armes aux rebelles. Le Qatar, l’Arabie Saoudite et d’autres font passer des armes", a rappelé le ministre des Affaires étrangères. "Nous, les Européens, nous avons décidé d’un embargo sur les armes. On ne va pas contredire nos positions", a-t-il argué.

Laurent Fabius a également pointé les dangers d'un tel armement. "En ce qui concerne les armes puissantes, notamment pour détruire les avions, il y a un problème massif : on ne peut pas livrer des armes à des personnes dans des conditions qui risqueraient de se retourner ensuite contre nous", a poursuivi Laurent Fabius. "Je prends l’exemple libyen : il y a des armes qui ont été livrées. Aujourd’hui, on retrouve une grande partie de ces armes au Sahel, au Nord du Mali, pour, le cas échéant, atteindre des objectifs qui seraient européens", a rappelé le ministre.

  • a a
12

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. 11h03

    Pour Valandrey, Trierweiler "a été humiliée"

  2. 08h36

    RSA : Cambadélis demande "un petit coup de pouce"

  3. 08h24

    Cambadélis : "Valls a pris le taureau par les cornes"

  4. 08h18

    Cohn-Bendit : "Je laisse la place aux générations montantes"

  5. 06h25

    Voynet nommée à l'Igas, Bartolone voit rouge

  6. Hier

    Catherine Deneuve tacle Sophie Marceau et défend Hollande

  7. Hier

    En fait, Noël Mamère va cumuler

  8. Hier

    Gérard Collomb réélu président du Grand Lyon

  1. Hier

    Bruno Le Roux tente d'étouffer la fronde des députés PS

  2. Hier

    Une partie du PS "atterrée" par les annonces de Valls

  3. Hier

    Les vibrants adieux de Cohn-Bendit au Parlement européen

  4. Hier

    Tarifs d’EDF : Royal laisse les experts sceptiques

  5. Hier

    Salaires des fonctionnaires : Valls confirme "le gel du point d'indice"

  6. Hier

    Valls : pas de remise en cause "du Smic"

  7. Hier

    Valls détaille son plan d'économies de 50 milliards

  8. Hier

    Bayrou sur le "Smic jeunes" : "Nous avons le devoir de dire non"

  1. Hier

    Bayrou : "les débuts de Valls sont réussis"

  2. Hier

    Oui, les animaux sont "doués de sensibilité"

  3. Hier

    Mariton : sur Valls, l'UMP a fait "une erreur d'appréciation"

  4. Hier

    Cambadélis officiellement élu premier secrétaire du PS

  5. Hier

    Cambadélis propose des "Etats généraux des socialistes"

  6. Hier

    Le microparti de Marine Le Pen dans le viseur de la justice

  7. Hier

    Didier Guillaume élu patron des sénateurs PS

  8. Hier

    Valérie Fourneyron hospitalisée pour un "syndrome méningé"

  1. Hier

    Un regroupement Haute-Normandie-Picardie ?

  2. Hier

    Laguiole : pour le maire, "on marche sur la tête"

  3. Hier

    Jean-Vincent Placé porte plainte pour diffamation

  4. Hier

    FN : Le Pen et Coûteaux, c'est fini

  5. Hier

    Affaire Gayet : Sophie Marceau traite Hollande de "goujat"

  6. Hier

    David Assouline ne veut plus être le porte-parole du PS

  7. Hier

    Manuel Valls en visite à Berlin

  8. Hier

    Bosser pour Ayrault, ça rapportait combien ?

  1. Hier

    Mélenchon : Hollande et Valls "comme deux olives dans un pressoir"

  2. Hier

    Jean-Vincent Placé sur Canal+ : "je me tire"

  3. Hier

    VIDÉO - Ukraine : Paris n'écarte pas de nouvelles sanctions

  4. Hier

    Hollande chute de 5 points, Valls populaire à 58%

  5. Hier

    Rocard a "sous-estimé le talent" de Valls

  6. Hier

    Delapierre : "Il faut résister à l’austérité"

  7. Hier

    60% des Français prêts au "big bang territorial"

  8. Hier

    55% des Français convaincus par le discours de Valls

  1. Hier

    Candidature de Paris aux JO 2014 : "il faut que ça ait un sens"

  2. Hier

    Homosexualité : Boutin reconnaît des "propos maladroits"

  3. Hier

    Marseille : le maire FN Stéphane Ravier chahuté

  4. Hier

    L’homosexualité, "une abomination" : une plainte contre Boutin

  5. Hier

    Harlem Désir est "totalement concentré sur sa tâche"

  6. Hier

    Le Pen : la réponse de Schulz, la mise au point de France 2

  7. Hier

    Clermont-Ferrand : le passé d'un élu embarrasse le FN

  8. Hier

    Le maire de Grenoble propose de vendre les caméras de sa ville

  1. Hier

    Dominique Baudis disait sa "fierté" de s'être battu contre la calomnie

  2. Hier

    Dominique Baudis, mort d'un hyperactif

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement