Sarkozy redevient un justiciable ordinaire

Par Fabienne Cosnay

Publié le 14 juin 2012 à 19h08 Mis à jour le 4 juillet 2012 à 11h03

Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy. © Max PPP

L'ex-président peut désormais être entendu dans les dossiers Bettencourt et Karachi.

Un justiciable comme les autres, susceptible d'être renvoyé devant le tribunal correctionnel. Depuis samedi, à 00h01, Nicolas Sarkozy n'est plus protégé par son immunité présidentielle. Sur quelles affaires risque t-il d'être convoqué ? Qui pourra le juger ? Europe1.fr fait le point.

Qu'est ce qui change ?

Tout. Nicolas Sarkozy redevient un justiciable ordinaire. Comme n'importe quel citoyen, il peut être placé en garde à vue, convoqué par un juge ou encore être mis en examen. Jusqu'ici, l'ancien chef de l'Etat était protégé par son immunité présidentielle, valable un mois après la cessation de ses fonctions. L’article 67 de la Constitution stipule en effet que le président de la République ne peut durant son mandat "être requis de témoigner" ni "faire l'objet d'une action, d'un acte d'information, d'instruction ou de poursuite".

Nicolas Sarkozy appréhende t-il ce moment ?

"Il est totalement serein par rapport à une éventuelle convocation", assure un proche de l'ancien chef de l'Etat, contacté par Europe1.fr. "Il ne s'y prépare pas particulièrement", ajoute cette source. Durant son mandat, le président n'a cessé de clamer son innocence dans les affaires Bettencourt et Karachi. Regardez dans ce montage vidéo réalisé par Libération différentes déclarations du président, notamment pendant la campagne présidentielle.

Dans quelles affaires peut-il être entendu ?

L'affaire Bettencourt. Le juge Jean-Michel Gentil, en charge de l'affaire Bettencourt, pourrait vouloir entendre l'ancien président rapidement. Notamment sur une visite de Nicolas Sarkozy au domicile des Bettencourt pendant la campagne présidentielle d'entre-deux-tours, en 2007. "Il me parait indispensable que Nicolas Sarkozy soit interrogé dans cette affaire", estime Me Antoine Gillot, l'avocat de Claire Thibout, l'ex-comptable de la milliardaire, interrogé par Europe 1. Témoignages, agendas des protagonistes, traces de retraits d'argent en liquide… Le magistrat a commencé à remonter le fil qui pourrait établir un financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par le couple Bettencourt. Deux protagonistes de l'affaire, Eric Woerth, trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 et Patrice de Maistre, ancien gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, ont été mis en examen dans cette affaire.

L'affaire Karachi. L'instruction est beaucoup moins avancée que dans le dossier Bettencourt. Dans cette affaire Karachi, les juges enquêtent sur un éventuel financement occulte de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, par le biais de rétrocommissions présumées versées dans le cadre de contrats d'armement, mises en lumière dans l'enquête sur l'attentat de Karachi (Pakistan) du 8 mai 2002. Nicolas Sarkozy était alors ministre du Budget et porte-parole de la campagne d'Edouard Balladur. Mais, pour l'heure, le juge Renaud Van Ruymbeke, en charge de l'instruction, n'aurait pas assez d'éléments pour entendre l'ancien président. "Van Ruymbeke m'a dit droit dans les yeux qu'il n'avait pas de quoi accrocher Sarkozy", a confié un avocat au JDD.

Qui peut le juger ?

"Toute la question est de savoir si les fait reprochés par la justice l'ont été pendant l'exercice de ses fonctions ministérielles ou pas", résume le constitutionnaliste Guy Carcassonne, contacté par Europe1.fr. La règle est simple : la Cour de justice de la République (CJR) est compétente pour juger les crimes et délits commis par des ministres dans l'exercice de leurs fonctions. Dans les autres hypothèses, ce sont les tribunaux de droit commun qui sont compétents. Dans l'affaire Bettencourt, Nicolas Sarkozy pourrait être entendu par le juge Jean-Michel Gentil concernant le financement de sa campagne électorale en 2007 - des faits qui ne relèvent pas de ses fonctions ministérielles. En revanche, un des volets de l'affaire Karachi relève clairement de ses fonctions ministérielles. Car c'est en qualité de ministre du Budget de 1993 à 1995 qu'il aurait approuvé la création de structures off-shore au Grand-Duché par lesquelles les commissions auraient transité.

Pourra-il siéger au Conseil Constitutionnel ?

Oui."Légalement, aucun texte n'interdit à un membre du Conseil Constitutionnel de siéger en cas de poursuite ou de condamnation", assure Guy Carcassonne. Pour autant, Nicolas Sarkozy pourrait s'inspirer du précédent Roland Dumas. Renvoyé devant le tribunal correctionnel dans l"'affairer Elf, il avait remis sa démission aux autre Sages de la rue de Montpensier. "Sans aller jusque là, Nicolas Sarkozy pourrait s'abstenir de siéger le temps de la procédure, en cas de poursuites", souligne le professeur de droit public.

  • a a
8

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. 18h15

    NKM à Copé : "T'es une merde"

  2. 12h10

    Transparence : qu'ont déclaré les parlementaires ?

  3. 08h35

    Manif pro-palestinienne de samedi : "les organisateurs seront reçus"

  4. 08h09

    Gaston Flosse va saisir la CEDH

  5. Hier

    L'Assemblée donne son feu vert à la France à 13 régions

  6. Hier

    Manif propalestinienne : sans le citer, Valls critique un maire écolo

  7. Hier

    Fillon et ses 300.000 euros de billets d'avion payés par l'UMP

  8. Hier

    Hollande dément les rumeurs de mariage avec Julie Gayet

  1. Hier

    Jean-Marie Le Guen "espère qu'il n'y aura pas de violences" à la manifestation pro-palestinienne

  2. Hier

    Fatigué, Mélenchon va prendre du recul

  3. Hier

    Zone euro : le lapsus de Pierre Moscovici

  4. Hier

    Les pro-ours demandent la démission de Royal

  5. Hier

    Hollande va rencontrer les représentants des cultes

  6. Hier

    Le Maire reproche à Valls sa présence sur le Tour de France

  7. Hier

    A Gaza, "la France doit prendre une initiative", estime Le Maire

  8. Hier

    Emeutes à Sarcelles : "intolérable" pour Valls

  1. Hier

    Réforme territoriale : Valls regrette la "réaction disproportionnée" d'Aubry

  2. Hier

    Hollande : "aucun acte raciste ou antisémite ne sera toléré"

  3. Hier

    UMP : Fillon attaque Sarkozy, Estrosi réplique

  4. Hier

    Pour Fillon, Sarkozy ne devrait pas briguer la présidence de l'UMP

  5. Hier

    Aubry règle ses comptes

  6. Hier

    Cazeneuve : "dans ce pays, la réforme est possible !"

  7. Hier

    TGV-TER : "la maintenance est défaillante" selon Cuvillier

  8. Hier

    Assemblée nationale : la France à 13 régions adoptée

  1. Hier

    Bygmalion serait placée en liquidation judiciaire

  2. Hier

    Ukraine : Hollande fait part "de son immense émotion"

  3. Hier

    Les déclarations d'intérêts des parlementaires bientôt dévoilées

  4. Hier

    Le gouvernement demande aux vols français d'éviter l'espace aérien ukrainien

  5. Hier

    Carcassonne : victime d'un "coup de chaud", Le Foll écourte une visite

  6. Hier

    Quand les Femen perturbent une séance du Sénat

  7. Hier

    La réforme pénale définitivement adoptée

  8. Hier

    Présidence du Sénat : Didier Guillaume candidat

  1. Hier

    Sénatoriales : "Les jeux sont ouverts"

  2. Hier

    Avignon : Filippetti "part en courant" du Off

  3. Hier

    Costa Concordia : Royal mobilise un navire anti-pollution

  4. Hier

    Le doyen de la Cour de cassation tacle les Sarkozystes

  5. Hier

    UMP : trois licenciements pour "faute grave"

  6. Hier

    Hervé Cristiani, le chanteur de "Il est libre Max", est mort

  7. Hier

    Taubira : "l’opposition a des difficultés à accepter l’institution judiciaire"

  8. Hier

    "Le Centre sera tout seul, ce n’est quand même pas la mort"

  1. Hier

    Juppé : "je n’ai jamais dit que je serai candidat à la présidence de l’UMP"

  2. Hier

    Trierweiler a coûté 481.000 euros à l'Etat en 2013

  3. Hier

    Juppé : la réforme de la carte, "c’est en soi une bonne idée"

  4. Hier

    Juppé : "pas d’autre solution que le cessez-le-feu" à Gaza

  5. Hier

    Condamnation pour insultes à Taubira : "une décision politique" pour le FN

  6. Hier

    VIDÉO - D'excellentes bachelières acclamées par les députés

  7. Hier

    La Cour des comptes salue les progrès de l'Elysée

  8. Hier

    Le maire de Bastia redoute le Costa Concordia

  1. Hier

    14-Juillet : 7 millions de téléspectateurs pour Hollande

  2. Hier

    Réforme territoriale : les députés veulent une France à 13 régions

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement