Rachida Dati de retour en Sarkozie

Par Alcyone Wemaere

Publié le 24 février 2012 à 14h18 Mis à jour le 24 février 2012 à 14h24

Rachida Dati lors du meeting de Nicolas Sarkozy à Lille jeudi soir.

Rachida Dati lors du meeting de Nicolas Sarkozy à Lille jeudi soir. © REUTERS

Vedette de la campagne 2007, l'ex-ministre en disgrâce a fait le show lors du meeting de Lille.

A bord du TGV à destination Lille jeudi, elle était à la droite de Nicolas Sarkozy. Tout un symbole pour celle que l'on n'avait plus ou peu vue aux côtés des ténors du camp présidentiel depuis sa sortie du gouvernement à l'été 2009 et qui se bat toujours pour une place aux législatives.

En vedette américaine au meeting de Lille

Toute de noire vêtue mais chaussée de rouge vif, Rachida Dati aura été, sur la scène du Grand Palais de Lille, la "guest star" du second grand meeting du président-candidat.

Chauffant la salle avant le discours de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati a "fait le job" avec mordant : "la France n'a pas besoin d'un homme qui hésite, la France n'a pas besoin d'un homme qui craint la critique", a-t-elle déclaré à la tribune en se payant François Hollande sous les acclamations de l'assistance.

"La France a besoin d'un homme qui défend son pays", s'est ensuite enflammée l'ancienne Garde des Sceaux à propos du candidat à sa propre succession.

"Pas de place pour elle dans le dispositif de campagne"

Un bis repetita de la campagne de 2007 dont elle fût l'une des égéries ? En apparence seulement, car cette fois Rachida Dati n'est pas porte-parole du candidat Sarkozy.

Jeudi soir, devant quelques journalistes à bord du train qui le ramenait vers Paris après son meeting nordiste, Nicolas Sarkozy n'a pas ménagé le suspense sur le rôle qu'il réservait à son ancienne protégée : "je suis content qu'elle soit là mais il n'y a pas de place, pas de poste dans le dispositif de campagne".

Difficile à la lumière de ces déclarations de parler de réhabilitation. Moins un retour en grâce que la fin d'une disgrâce... liée à l'impératif de rassemblement du camp UMP pour la bataille présidentielle ? Peut être un peu des deux.

L'une des premières reçues au QG de Sarkozy

Si Nicolas Sarkozy confie à l'envi que celle qui fût, en début de quinquennat, son symbole d'ouverture et de diversité l'a déçu, lundi, elle a été l'une des premières à être reçues par le président-candidat à son QG.

Le climat avec son ancien mentor a beau sembler apaisé, la députée européenne compte encore des ennemis de poids à l'UMP : Brice Hortefeux et, surtout, François Fillon. Et pour cause : la maire du 7ème arrondissement de Paris compte défier le Premier ministre dans la 2ème circonscription de Paris lors des législatives de juin prochain. Jeudi, Rachida Dati aurait d'ailleurs, à nouveau, touché un mot de ses ambitions parisiennes à Nicolas Sarkozy... qui n'aurait pas bronché.

  • a a
3

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. Hier

    Hollande "souhaite un plein succès" à Bouteflika

  2. Hier

    Valérie Fourneyron est sortie de l'hôpital

  3. Hier

    Hollande déclare n'avoir "aucune raison d'être candidat" si le chômage ne baisse pas

  4. Hier

    Hollande : Aquilino Morelle a "pris la seule décision qui convienne"

  5. Hier

    Présidence de Lille Métropole : Castelain succède à Aubry

  6. Hier

    Aquilino Morelle annonce sa démission

  7. Hier

    Non, Morelle n’avait pas demandé l’autorisation à l’Igas

  8. Hier

    EELV "ne votera pas en l'état" le plan d'économies de Valls

  1. Hier

    La visite de Hollande en Auvergne, "c'est râpé"

  2. Hier

    "Affaire Morelle" : Cambadélis monte au créneau

  3. Hier

    "A. Morelle doit démissionner", tweete un député PS

  4. Hier

    Le PS va lever sa tutelle sur les fédérations des Bouches-du-Rhône et du Pas-de-Calais

  5. Hier

    Jean-Marie Le Pen : en 2002, "nous n'étions pas prêts"

  6. Hier

    Liens avec les labos : la réponse d'Aquilino Morelle

  7. Hier

    Pour Valandrey, Trierweiler a été "humiliée"

  8. Hier

    RSA : Cambadélis demande "un petit coup de pouce"

  1. Hier

    Cambadélis : "Valls a pris le taureau par les cornes"

  2. Hier

    Cohn-Bendit : "Je laisse la place aux générations montantes"

  3. Hier

    Voynet nommée à l'Igas, Bartolone voit rouge

  4. Hier

    Catherine Deneuve tacle Sophie Marceau et défend Hollande

  5. Hier

    En fait, Noël Mamère va cumuler

  6. Hier

    Gérard Collomb réélu président du Grand Lyon

  7. Hier

    Bruno Le Roux tente d'étouffer la fronde des députés PS

  8. Hier

    Une partie du PS "atterrée" par les annonces de Valls

  1. Hier

    Les vibrants adieux de Cohn-Bendit au Parlement européen

  2. Hier

    Tarifs d’EDF : Royal laisse les experts sceptiques

  3. Hier

    Salaires des fonctionnaires : Valls confirme "le gel du point d'indice"

  4. Hier

    Valls : pas de remise en cause "du Smic"

  5. Hier

    Valls détaille son plan d'économies de 50 milliards

  6. Hier

    Bayrou sur le "Smic jeunes" : "Nous avons le devoir de dire non"

  7. Hier

    Bayrou : "les débuts de Valls sont réussis"

  8. Hier

    Oui, les animaux sont "doués de sensibilité"

  1. Hier

    Mariton : sur Valls, l'UMP a fait "une erreur d'appréciation"

  2. Hier

    Cambadélis officiellement élu premier secrétaire du PS

  3. Hier

    Cambadélis propose des "Etats généraux des socialistes"

  4. Hier

    Le microparti de Marine Le Pen dans le viseur de la justice

  5. Hier

    Didier Guillaume élu patron des sénateurs PS

  6. Hier

    Valérie Fourneyron hospitalisée pour un "syndrome méningé"

  7. Hier

    Un regroupement Haute-Normandie-Picardie ?

  8. Hier

    Laguiole : pour le maire, "on marche sur la tête"

  1. Hier

    Jean-Vincent Placé porte plainte pour diffamation

  2. Hier

    FN : Le Pen et Coûteaux, c'est fini

  3. Hier

    Affaire Gayet : Sophie Marceau traite Hollande de "goujat"

  4. Hier

    David Assouline ne veut plus être le porte-parole du PS

  5. Hier

    Manuel Valls en visite à Berlin

  6. Hier

    Bosser pour Ayrault, ça rapportait combien ?

  7. Hier

    Mélenchon : Hollande et Valls "comme deux olives dans un pressoir"

  8. Hier

    Jean-Vincent Placé sur Canal+ : "je me tire"

  1. Hier

    VIDÉO - Ukraine : Paris n'écarte pas de nouvelles sanctions

  2. Hier

    Hollande chute de 5 points, Valls populaire à 58%

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement