Municipales : le "sans étiquette", la nouvelle la mode ?

Par Gaétan Supertino

Publié le 14 novembre 2013 à 18h31 Mis à jour le 17 novembre 2013 à 09h55

De nombreux candidats aux municipales décident de ne pas se revendiquer d'un parti et choisissent la mention "divers gauche" ou "divers droite".

De nombreux candidats aux municipales décident de ne pas se revendiquer d'un parti et choisissent la mention "divers gauche" ou "divers droite". © MaxPPP

De nombreux candidats décident de ne pas se revendiquer d'un parti. Une mode pérenne ?

Le phénomène. Quel est le point commun entre David Derrouet, Patrick Maugard, Michel Amiel ou encore Claude Vulpian ? Peu connus du grand public, ils ont tous la particularité d'être maire… et d'avoir quitté le Parti socialiste au cours des six derniers mois. En vue des municipales, ils ont estimé préférable de ne pas se revendiquer d'un parti présidentiel incapable d'arrêter la chute dans les sondages de son président. Ils se représenteront donc sans étiquette, sous l'appellation "divers gauche".

>> Le phénomène est ancré dans la tradition des municipales, surtout lorsqu'un parti va mal. Mais il est amené à se développer. Et il ne concerne pas que la gauche. Décryptage.

Municipales : le "sans étiquette", la nouvelle la mode ?

David Derrouet, maire de Fleury-Merogis © MaxPPP

Les raisons du désamour. "Sortir du PS après 40 ans de bons et loyaux services est une déchirure", regrette Claude Vulpian, maire de la petite commune de Saint-Martin-de-Crau, dans les Bouches-du-Rhône. Mais il assène : "face au chômage, à l'insécurité, à la fausse pause des augmentations d'impôts et face aux inégalités qui ne cesse de croître, j'ai la conviction qu'un pays qui n'est dirigé que par des énarques et technocrates autour d'un président indécis, va droit dans le mur." "Je n’ai pas le sentiment de trahir le parti. C’est le parti qui me trahit", renchérit Michel Amiel, premier magistrat de la commune des Pennes-Mirabeau, près de Marseille. "Toutes les promesses ont été reniées", assène encore David Derrouet, maire de Fleury-Mérogis, dans l'Essonne.

Le PS nie un mouvement d'ampleur. Contacté par Europe1.fr, le parti socialiste assure de son côté ne pas avoir de chiffre précis sur le phénomène. Phénomène il n'y a pas, d'ailleurs, selon Solferino. "Il s’agit de contextes locaux. Si ces cas avaient été suivis d’une vaguelette de démissions… Mais cela n’a pas été le cas", assure Christophe Borgel, secrétaire national PS aux élections, cité par 20 Minutes.


L'UMP "pas dans une meilleure forme". À l'UMP, sans donner davantage de chiffres, on assure ne pas "du tout connaître ce phénomène". Or, s'il n'y a pas eu de défections récentes, certains maires ou candidats aux municipales se gardent bien de se revendiquer haut et fort d'un parti meurtri par la guerre Copé-Fillon. C'est ce que raconte l'Express dans son édition du 30 octobre. En effet, plusieurs candidats de l'UMP refusent, dont Arnaud Robinet, à Reims, de faire campagne aux côtés des leaders de leur parti. "Si je fais venir François Fillon, les copéistes vont râler, et vice versa. En plus, je ne veux pas politiser l'élection", témoigne Arnaud Robinet. Et de poursuivre : "rien ne dit que l'UMP est dans une meilleure forme que la gauche".


À Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet n'affiche même pas le logo de son parti dans ses tracts et meetings. "Cette campagne c’est l’occasion d’inventer une majorité qui va au delà des camps", se défend la candidate. En outre, comme le rappelle 20 Minutes, en 2011, alors que Nicolas Sarkozy s’enfonçait dans les sondages, des centaines de candidats UMP aux élections cantonales avaient gommé le logo UMP de leurs documents de campagne (remplacé par l'Union pour la Loire, Corrèze demain, etc).


Le "sans étiquette", une vieille tradition… En réalité, le phénomène n'est pas nouveau, surtout dans les petites communes. En 2008, le ministère de l'Intérieur a ainsi recensé près de 24.000 maires sans étiquette. Il y avait 7.700 "divers gauche", contre 3.100 socialistes, et pas moins de 16.000 "divers droite", contre… 2.600 UMP! "Dans les petites communes, les maires sortants mettent traditionnellement en avant leur bilan et leur image plutôt que celle d'un parti", décrypte pour Europe1.fr Paul Bacot, professeur de science politique et spécialiste des noms en politique.

La méthode NKM pour nationaliser sa campagne

… Amené à se développer? "Le nombre de sans étiquette va s'accroître, c'est certain. La désaffection envers François Hollande, la guerre des chefs à l'UMP et le manque de leadership doit assez logiquement conduire à ce que certains candidats se désolidarisent de leurs partis", prévoit, pour sa part, Jean Garrigues, politologue et historien de la Ve République, contacté par Europe1.fr. "On peut s'attendre à un phénomène inhabituel de candidats sans étiquette. L'alliance UDI/Modem peut aussi en profiter", estime-t-il. "Lorsqu'un parti est mal en point et mal situé dans les sondages, on peut être tenté de le quitter. En 1983 et 1989, en raison de la dégringolade de François Mitterrand, il y avait eu une période de ce type", poursuit Paul Bacot.

Se présenter sans étiquette, ça fonctionne ? "L'efficacité est prouvée dans les petites communes. Les partisans n'y sont pas attendus, les électeurs recherchent des bons gestionnaires. Cela permet au candidat d'échapper à cette identification à des partis contestés", estime Jean Garrigues. "En plus de cet avantage d'image, cela permet de rallier sur les listes des candidats de plusieurs camps, et d'établir le socle d'un programme de consensus", décrypte ce spécialiste. Toutefois, la manœuvre est à double tranchant. Et elle pourrait freiner la course de certains candidats. "Il faut arriver à faire passer le nouveau message. Il peut y avoir un problème de cohérence", avance Paul Bacot. Et de poursuivre : "il faut faire attention à ne pas braquer son électorat d'origine".

  • a a
29

Et aussi

> Suivez l'info Europe 1 en continu sur , et réagissez sur

29 Commentaires

  1. Par Mash63 à 15:25 le 12/12/2013

    Sans étiquette, mais bien connus!

    Aux dernières municipales, la liste sortie s'est présentée"sans étiquette", certains se sont fait avoir, en fait ce sont tous des extréme gauches, communistes avérés ou troskistes reconnus,en quelques années,ils ont endetté le village par des achats inutiles de bâtiments et terrains,ils n'aiment pas les propriétaires, seul le bâtiment social compte, du coup les gens vont construire ailleurs

  2. Par benolore à 22:20 le 17/11/2013

    Pas fous

    Pas fous. Par les temps qui courent, mieux vaut être prudent.

  3. Par TRUITE43 à 15:19 le 17/11/2013

    le ans etiquette etc....................

    il est plus facile de se faire élire sans étiquette SURTOUT POUR L'UMP ET LE PS PLUTÔT QUE D'ASSUMER LEUR DÉFAITE en effet un sans étiquette pourra être élu tout en faisant parti d'un parti politique CECI AFIN DE MASQUER LEUR CONVICTION ET NE pas PÉNALISER LEUR PARTI RESPECTIF ET D'ENDORMIR L’ÉLECTEUR BON RÊVE A TOUS.

Tous les commentaires

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. Hier

    NKM à Copé : "T'es une merde"

  2. Hier

    Transparence : qu'ont déclaré les parlementaires ?

  3. Hier

    Manif pro-palestinienne de samedi : "les organisateurs seront reçus"

  4. Hier

    Gaston Flosse va saisir la CEDH

  5. Hier

    L'Assemblée donne son feu vert à la France à 13 régions

  6. Hier

    Manif propalestinienne : sans le citer, Valls critique un maire écolo

  7. Hier

    Fillon et ses 300.000 euros de billets d'avion payés par l'UMP

  8. Hier

    Hollande dément les rumeurs de mariage avec Julie Gayet

  1. Hier

    Jean-Marie Le Guen "espère qu'il n'y aura pas de violences" à la manifestation pro-palestinienne

  2. Hier

    Fatigué, Mélenchon va prendre du recul

  3. Hier

    Zone euro : le lapsus de Pierre Moscovici

  4. Hier

    Les pro-ours demandent la démission de Royal

  5. Hier

    Hollande va rencontrer les représentants des cultes

  6. Hier

    Le Maire reproche à Valls sa présence sur le Tour de France

  7. Hier

    A Gaza, "la France doit prendre une initiative", estime Le Maire

  8. Hier

    Emeutes à Sarcelles : "intolérable" pour Valls

  1. Hier

    Réforme territoriale : Valls regrette la "réaction disproportionnée" d'Aubry

  2. Hier

    Hollande : "aucun acte raciste ou antisémite ne sera toléré"

  3. Hier

    UMP : Fillon attaque Sarkozy, Estrosi réplique

  4. Hier

    Pour Fillon, Sarkozy ne devrait pas briguer la présidence de l'UMP

  5. Hier

    Aubry règle ses comptes

  6. Hier

    Cazeneuve : "dans ce pays, la réforme est possible !"

  7. Hier

    TGV-TER : "la maintenance est défaillante" selon Cuvillier

  8. Hier

    Assemblée nationale : la France à 13 régions adoptée

  1. Hier

    Bygmalion serait placée en liquidation judiciaire

  2. Hier

    Ukraine : Hollande fait part "de son immense émotion"

  3. Hier

    Les déclarations d'intérêts des parlementaires bientôt dévoilées

  4. Hier

    Le gouvernement demande aux vols français d'éviter l'espace aérien ukrainien

  5. Hier

    Carcassonne : victime d'un "coup de chaud", Le Foll écourte une visite

  6. Hier

    Quand les Femen perturbent une séance du Sénat

  7. Hier

    La réforme pénale définitivement adoptée

  8. Hier

    Présidence du Sénat : Didier Guillaume candidat

  1. Hier

    Sénatoriales : "Les jeux sont ouverts"

  2. Hier

    Avignon : Filippetti "part en courant" du Off

  3. Hier

    Costa Concordia : Royal mobilise un navire anti-pollution

  4. Hier

    Le doyen de la Cour de cassation tacle les Sarkozystes

  5. Hier

    UMP : trois licenciements pour "faute grave"

  6. Hier

    Hervé Cristiani, le chanteur de "Il est libre Max", est mort

  7. Hier

    Taubira : "l’opposition a des difficultés à accepter l’institution judiciaire"

  8. Hier

    "Le Centre sera tout seul, ce n’est quand même pas la mort"

  1. Hier

    Juppé : "je n’ai jamais dit que je serai candidat à la présidence de l’UMP"

  2. Hier

    Trierweiler a coûté 481.000 euros à l'Etat en 2013

  3. Hier

    Juppé : la réforme de la carte, "c’est en soi une bonne idée"

  4. Hier

    Juppé : "pas d’autre solution que le cessez-le-feu" à Gaza

  5. Hier

    Condamnation pour insultes à Taubira : "une décision politique" pour le FN

  6. Hier

    VIDÉO - D'excellentes bachelières acclamées par les députés

  7. Hier

    La Cour des comptes salue les progrès de l'Elysée

  8. Hier

    Le maire de Bastia redoute le Costa Concordia

  1. Hier

    14-Juillet : 7 millions de téléspectateurs pour Hollande

  2. Hier

    Réforme territoriale : les députés veulent une France à 13 régions

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement