Le Pen se lance et ignore Mélenchon

Par Gaétan Supertino

Publié le 14 mai 2012 à 18h03 Mis à jour le 14 mai 2012 à 18h56

La présidente du FN Marine Le Pen assure que son "principal adversaire" à Hénin-Beaumont, dans le Pas de Calais, est le candidat socialiste Philippe Kemel.

La présidente du FN Marine Le Pen assure que son "principal adversaire" à Hénin-Beaumont, dans le Pas de Calais, est le candidat socialiste Philippe Kemel. © MAX PPP

La présidente du Front national a officialisé sa candidature aux législatives à Hénin-Beaumont.

"J'affronterai tous les candidats que la démocratie m'a donnés." La présidente du FN Marine Le Pen a lancé publiquement sa campagne pour les élections législatives, lundi à Hénin-Beaumont. Et elle n’a pas cité une seul fois de tout son discours (jusqu’aux questions des journalistes) le nom de celui qui se présente comme son adversaire principal dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais, Jean-Luc Mélenchon.

"Mon principal adversité est le socialiste"

Sa stratégie : ne pas recentrer le débat sur le candidat du Front de gauche. Dès lors, tout le monde en prend pour son grade. Et particulièrement le député socialiste sortant Philippe Kemel. "Mon principal adversaire sera dans cette circonscription socialiste, le candidat socialiste. Il est le représentant d'un système féodal, anachronique, corrompu et clientéliste, que nous combattons sans relâche et que nous sommes en train de faire tomber" a-t-elle lancé lundi.

Plus largement, elle appelle à ne pas donner de majorité à François Hollande. "Le nouveau président de la république n’a pas bénéficié d’un vote adhésion. Il a été élu sans liesse. La gauche est portée par des technocrates, elle est terne et habitée par des partis pris idéologiques qui ne provoquent même plus d’illusion, a-t-elle assené aux socialistes. Leur angélisme serait sympathique s’il n’était pas dangereux pour la sécurité."

Quant à l’UMP, "il a conduit le pays à la ruine et entrainé la gauche au pouvoir."

"J’ai le souci des Français, pas des caméras"

Mais le candidat du Front de gauche n’était jamais bien loin non plus. "Une élection législative ne peut pas être un cirque politique, médiatique. J’ai le souci des Français alors que certains politiques ont le souci des caméras a-t-elle lancé. Je ne fais pas campagne dans un esprit de batailles d'ego, d'esprit de vengeance."

Jean-Luc Mélenchon est en effet candidat dans cette circonscription depuis vendredi soir. "Je représente la République et l'idée qui est née ici dans ce bassin minier, du mouvement ouvrier qui a trouvé un nouveau prolongement dans le programme que je présente, 'l'humain d'abord'. Voilà qu'elle est ma légitimité et c'est celle de tout Français qui est partout chez lui sur le territoire de la République."

Mais pour beaucoup de commentateurs, il est mû par un désir de revanche. Le cofondateur du Parti de gauche, qui avait fait de passer devant Marine le Pen à la présidentielle une priorité, aurait mal accepté de se retrouver derrière elle à 11% contre 18.

Et contrairement à Marine le Pen qui tire sur tous ses adversaires à Hénin-Beaumont, Jean-Luc Mélenchon concentre toutes ses attaques sur elle depuis vendredi. "J’estime que le responsable de la crise est le banquier et non l’immigré", a-t-il assené tout le weekend.

"Ses voix viennent des bobos et des immigrés"

Interrogé sur la dimension symbolique de l'affrontement, il a toutefois écarté toute bataille de personne. "Avec Mme Le Pen, c'est une grande discussion, ce n’est pas une discussion artificielle ni surtout personnelle, ce n'est pas une bataille de personnes ni une revanche, a-t-il lancé. Dès qu’elle peut, elle rappelle d’ailleurs qu’elle m’a battu à la présidentielle. C’est elle qui fait une obsession."

Le duel risque d’être serré. Lors de la présidentielle, Marine le Pen est arrivée en tête au premier tour, avec 35% des voix à Hénin-Beaumont. Jean-Luc Mélenchon était quatrième avec près de 12%. Mais au deuxième tour, François Hollande l’a largement emporté avec près de 58%. Et le PS local est affaibli par de nombreuses affaires de corruption.

Marine le Pen s’est en tout cas montrée confiante lundi. Suite à une question d’un journaliste, elle a assuré que "toutes les voix de M. Mélenchon dans cette circonscription viennent des bobos et des immigrés", ce qui ne fait pas plus de 11% selon ses propres calculs.

  • a a
7

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. Hier

    Mariton : sur Valls, l'UMP a fait "une erreur d'appréciation"

  2. Hier

    Cambadélis officiellement élu premier secrétaire du PS

  3. Hier

    Cambadélis propose des "Etats généraux des socialistes"

  4. Hier

    Le microparti de Marine Le Pen dans le viseur de la justice

  5. Hier

    Didier Guillaume élu patron des sénateurs PS

  6. Hier

    Valérie Fourneyron hospitalisée pour un "syndrome méningé"

  7. Hier

    Un regroupement Haute-Normandie-Picardie ?

  8. Hier

    Laguiole : pour le maire, "on marche sur la tête"

  1. Hier

    Jean-Vincent Placé porte plainte pour diffamation

  2. Hier

    FN : Le Pen et Coûteaux, c'est fini

  3. Hier

    Affaire Gayet : Sophie Marceau traite Hollande de "goujat"

  4. Hier

    David Assouline ne veut plus être le porte-parole du PS

  5. Hier

    Manuel Valls en visite à Berlin

  6. Hier

    Bosser pour Ayrault, ça rapportait combien ?

  7. Hier

    Mélenchon : Hollande et Valls "comme deux olives dans un pressoir"

  8. Hier

    Jean-Vincent Placé sur Canal+ : "je me tire"

  1. Hier

    VIDÉO - Ukraine : Paris n'écarte pas de nouvelles sanctions

  2. Hier

    Hollande chute de 5 points, Valls populaire à 58%

  3. Hier

    Rocard a "sous-estimé le talent" de Valls

  4. Hier

    Delapierre : "Il faut résister à l’austérité"

  5. Hier

    60% des Français prêts au "big bang territorial"

  6. Hier

    55% des Français convaincus par le discours de Valls

  7. Hier

    Candidature de Paris aux JO 2014 : "il faut que ça ait un sens"

  8. Hier

    Homosexualité : Boutin reconnaît des "propos maladroits"

  1. Hier

    Marseille : le maire FN Stéphane Ravier chahuté

  2. Hier

    L’homosexualité, "une abomination" : une plainte contre Boutin

  3. Hier

    Harlem Désir est "totalement concentré sur sa tâche"

  4. Hier

    Le Pen : la réponse de Schulz, la mise au point de France 2

  5. Hier

    Clermont-Ferrand : le passé d'un élu embarrasse le FN

  6. Hier

    Le maire de Grenoble propose de vendre les caméras de sa ville

  7. Hier

    Dominique Baudis disait sa "fierté" de s'être battu contre la calomnie

  8. Hier

    Dominique Baudis, mort d'un hyperactif

  1. Hier

    Montebourg tape sur la méthode Ayrault

  2. Hier

    Popularité : Valls débute dans les hautes sphères

  3. Hier

    Cambadélis admet que Désir "n’a pas réussi" à la tête du PS

  4. Hier

    Carla Bruni : l'affaire Gayet "ne peut pas être privée"

  5. Hier

    Création d'une commission d'enquête sur "l'exil des forces vives"

  6. Hier

    Qui sont les nouveaux secrétaires d’État ?

  7. Hier

    Marseille : Ravier, maire FN, débutera par un mariage gay

  8. Hier

    Les ministres privés de portable

  1. Hier

    UMP : accusé de détournements, Fillon riposte

  2. Hier

    La chômeuse qui avait interpellé Copé se lance pour les européennes

  3. Hier

    Béziers : Ménard débarque le chef de la police municipale

  4. Hier

    Marine Le Pen refuse le débat, France 2 accepte

  5. Hier

    Jean-Pierre Jouyet, nouveau secrétaire général de l’Elysée

  6. Hier

    Valls va nommer "une douzaine" de secrétaires d'Etat

  7. Hier

    Le Maire : "Valls s'est métamorphosé en François Hollande"

  8. Hier

    Tête du PS : Désir a proposé Cambadélis

  1. Hier

    Bouches-du-Rhône : Guérini va créer son propre parti

  2. Hier

    Les députés accordent leur confiance à Valls

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement