L'Europe divise (à nouveau) la gauche

Par Hélène Favier

Publié le 30 août 2012 à 17h16 Mis à jour le 2 septembre 2012 à 12h45

François Hollande

François Hollande © REUTERS

La gauche de la gauche demande à Hollande de revoir sa copie sur le traité budgétaire.

L’aile gauche du PS grogne, les écolos s’insurgent et le Front de gauche prépare la riposte. Dossier ultra-sensible de la rentrée, la ratification du traité budgétaire européen décidée par François Hollande et initiée par Nicolas Sarkozy divise les rangs de la gauche. Le gouvernement a beau arguer que le chef de l’Etat a réussi à faire adopter, par ses partenaires, un pacte de croissance pour rééquilibrer le traité, rien n’y fait. Qui s’oppose à gauche au traité et à sa règle budgétaire et pourquoi ? Revue de détails.

• La bronca de l’aile gauche du PS

Qui s’oppose au traité ? - A l'instar du député Razzy Hammadi ou de la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann, plusieurs membres de l'aile gauche du Parti socialiste ont d'ores et déjà indiqué qu'ils ne voteraient pas le traité européen de Bruxelles. Le "non" de Marie-Noëlle Linemann a d’ailleurs été très largement applaudi à l’université d’été de La Rochelle où les militants socialistes étaient très divisés sur la question. "Je ne pense pas que je serai la seule" à ne pas voter ce texte au PS, a d’ailleurs estimé la sénatrice au début du mois sur France Info. "En tout cas on est très nombreux à ne pas vouloir l'approuver"…

Pour quelle raison ? - "Je ne suis pas d'accord, ça n'est pas la renégociation" annoncée par François Hollande durant sa campagne, "il faut l'engager, la renégociation", a argumenté Marie-Noëlle Linemann, jugeant que le "pacte pour la croissance" de François Hollande était insuffisant. "Tout cela me paraît d'un grand danger, c'est l'austérité à vie", a-t-elle redit. "Nous serons bridés dans notre croissance si nous votons cela", a renchéri Jérôme Guedj, député et président socialiste du Conseil général de l'Essonne. "On ne pourra pas mener des politiques de relance économique qui, parfois, sont nécessaires pour relancer la croissance", assure-t-il avant d’ajouter : "Je ne me reconnais pas dans ce traité d'austérité budgétaire, et la règle d'or est une chape de plomb pour la croissance."

• La grogne des partenaires EELV

Qui s’oppose au traité ? - Le traité budgétaire européen était également au menu, la semaine dernière, des journées d'été d'Europe Ecologie-Les Verts à Poitiers. Là encore, le parti est divisé. D’un côté, le sénateur Jean-Vincent Placé et l’ancienne candidate à la présidentielle Eva Joly s’y opposent. Eva Joly propose même la tenue d’un référendum sur ce traité européen. De l’autre côté, Daniel Cohn-Bendit estime que "c’est une erreur". "Etre dans le gouvernement c'est aussi, dans les moments difficiles, accepter les choses qu'on aurait peut-être faites autrement", estime-t-il. Les deux ministres écologistes Cécile Duflot, la ministre du Logement et de l'Egalité des territoires, et Pascal Canfin, le ministre du Développement, se font discrets sur la question.

Pour quelle raison ? - Pour François de Rugy, président du groupe écologiste à l'Assemblée qui n'est pas non plus favorable au traité, ce traité sera "caduque avant même d'être appliqué". Sur le fond, le texte n'est pas bon", renchérit Sergio Coronado député EELV. "Le petit ajout sur la croissance que François Hollande prétend avoir obtenu n'est pas à la mesure des enjeux", assène Eva Joly.

• La riposte du Front de gauche

Qui s’oppose au traité ? - Pour les partisans du Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon, pas de divisions : tous s’accordent pour ne pas ratifier ce traité. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et également porte-parole du FG, estime "impensable de commencer le trimestre en signant le traité budgétaire". Il souhaite que le Front de gauche soit l'animateur d’une manifestation, à la rentrée, contre ce projet. Jean-Luc Mélenchon le soutient. Philippe Poutou, ex-candidat du NPA, se dit également prêt à participer à cette manifestation.

Pour quelle raison ? - "Ne pas voter le traité ne nous enlèvera rien par rapport au reste de l'Europe, sauf qu'on n'aura pas à appliquer la règle de l'austérité en France", résume Jean-Luc Mélenchon, pour qui le traité empêchera toute politique de relance. "Le FG est contre, les écologistes, une partie du PS sont contre. Il reste ceux qui sont pour et qui vont voter avec la droite", s'agace l'ancien candidat à la présidentielle.

La ratification du texte devait être soumise au Parlement dès la fin septembre

  • a a
5

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. Hier

    L'Assemblée donne son feu vert à la France à 13 régions

  2. Hier

    Manif propalestinienne : sans le citer, Valls critique un maire écolo

  3. Hier

    Fillon et ses 300.000 euros de billets d'avion payés par l'UMP

  4. Hier

    Hollande dément les rumeurs de mariage avec Julie Gayet

  5. Hier

    Jean-Marie Le Guen "espère qu'il n'y aura pas de violences" à la manifestation pro-palestinienne

  6. Hier

    Fatigué, Mélenchon va prendre du recul

  7. Hier

    Zone euro : le lapsus de Pierre Moscovici

  8. Hier

    Les pro-ours demandent la démission de Royal

  1. Hier

    Hollande va rencontrer les représentants des cultes

  2. Hier

    Le Maire reproche à Valls sa présence sur le Tour de France

  3. Hier

    A Gaza, "la France doit prendre une initiative", estime Le Maire

  4. Hier

    Emeutes à Sarcelles : "intolérable" pour Valls

  5. Hier

    Réforme territoriale : Valls regrette la "réaction disproportionnée" d'Aubry

  6. Hier

    Hollande : "aucun acte raciste ou antisémite ne sera toléré"

  7. Hier

    UMP : Fillon attaque Sarkozy, Estrosi réplique

  8. Hier

    Pour Fillon, Sarkozy ne devrait pas briguer la présidence de l'UMP

  1. Hier

    Aubry règle ses comptes

  2. Hier

    Cazeneuve : "dans ce pays, la réforme est possible !"

  3. Hier

    TGV-TER : "la maintenance est défaillante" selon Cuvillier

  4. Hier

    Assemblée nationale : la France à 13 régions adoptée

  5. Hier

    Bygmalion serait placée en liquidation judiciaire

  6. Hier

    Ukraine : Hollande fait part "de son immense émotion"

  7. Hier

    Les déclarations d'intérêts des parlementaires bientôt dévoilées

  8. Hier

    Le gouvernement demande aux vols français d'éviter l'espace aérien ukrainien

  1. Hier

    Carcassonne : victime d'un "coup de chaud", Le Foll écourte une visite

  2. Hier

    Quand les Femen perturbent une séance du Sénat

  3. Hier

    La réforme pénale définitivement adoptée

  4. Hier

    Présidence du Sénat : Didier Guillaume candidat

  5. Hier

    Sénatoriales : "Les jeux sont ouverts"

  6. Hier

    Avignon : Filippetti "part en courant" du Off

  7. Hier

    Costa Concordia : Royal mobilise un navire anti-pollution

  8. Hier

    Le doyen de la Cour de cassation tacle les Sarkozystes

  1. Hier

    UMP : trois licenciements pour "faute grave"

  2. Hier

    Hervé Cristiani, le chanteur de "Il est libre Max", est mort

  3. Hier

    Taubira : "l’opposition a des difficultés à accepter l’institution judiciaire"

  4. Hier

    "Le Centre sera tout seul, ce n’est quand même pas la mort"

  5. Hier

    Juppé : "je n’ai jamais dit que je serai candidat à la présidence de l’UMP"

  6. Hier

    Trierweiler a coûté 481.000 euros à l'Etat en 2013

  7. Hier

    Juppé : la réforme de la carte, "c’est en soi une bonne idée"

  8. Hier

    Juppé : "pas d’autre solution que le cessez-le-feu" à Gaza

  1. Hier

    Condamnation pour insultes à Taubira : "une décision politique" pour le FN

  2. Hier

    VIDÉO - D'excellentes bachelières acclamées par les députés

  3. Hier

    La Cour des comptes salue les progrès de l'Elysée

  4. Hier

    Le maire de Bastia redoute le Costa Concordia

  5. Hier

    14-Juillet : 7 millions de téléspectateurs pour Hollande

  6. Hier

    Réforme territoriale : les députés veulent une France à 13 régions

  7. Hier

    François Hollande attendu au Tchad samedi

  8. Hier

    Cambadélis évoque les "lunettes chiraquiennes" de Hollande

  1. Hier

    Popularité : Nicolas Sarkozy dévisse

  2. Hier

    Une tribune contre la GPA adressée à Hollande

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement