Interview de Sarkozy : le verbatim intégral

Par Maud Descamps et Benjamin Bonneau

Publié le 2 juillet 2014 à 20h28 Mis à jour le 2 juillet 2014 à 22h00

Interview de Sarkozy : le verbatim intégral

© MaxPPP

EXCLUSIF - Nicolas Sarkozy était l’invité exceptionnel d’Europe 1 et TF1 mercredi soir. Retrouvez son interview en intégralité.

L'intégralité de l'entretien en vidéo :


Gilles Bouleau : Bonsoir Monsieur le Président

Nicolas Sarkozy : Bonsoir

Jean-Pierre Elkabbach : Bonsoir monsieur le président, bonsoir Nicolas Sarkozy

GB : Depuis plus de deux ans, vous avez quitté l’Elysée et vous n’avez accordé aucune interview. Pourquoi avoir accepté de répondre ce soir aux questions de TF1 et d’Europe 1 ?

Parce que j’ai estimé que la situation était suffisamment grave pour que je dise aux Français ce qu’il en était de l’instrumentalisation politique d’une partie de la justice aujourd’hui.

Dans notre pays, qui est le pays des droits de l’Homme et de l’Etat de droit, il y a des choses qui sont en train d’être organisées et les Français doivent les connaître et, en leur conscience et en toute liberté, doivent juger de ce qu’il en est. Et je veux dire cette vérité.

Et puis il y a une deuxième raison… c’est que tout est fait pour donner de moi, l’image qui n’est pas conforme à la vérité. Je veux dire à ceux qui nous écoutent et qui nous regardent que je n’ai jamais trahi leur confiance… que jamais je n’ai commis un acte contraire au principe républicain ou à l’Etat de droit.

Il était venu le temps pour moi de m’expliquer, de prendre la parole et la nuit dernière, qui me fut réservée, m’a convaincu de la nécessité de le faire ici et maintenant.


JPE : Comment vous réagissez auprincipe et à la longueur de la garde à vue. Elle a été exceptionnelle : 15-16 heures avec les policiers. Vous étiez sans avocat. Quelle est votre réaction ?

C’est très simple : je suis profondément choqué de ce qui s’est passé. Je ne demande aucun privilège. Et si j’ai commis des fautes, j’en assumerai toutes les conséquences. Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités. Mais enfin, j’en appelle à la conscience de chacun, de chacun de nos compatriotes : est-il normal que je sois écouté dans mes conversations les plus intimes depuis le mois de septembre de l’année dernière ?


GB : dans le cadre d’une procédure judiciaire…

Que je sois écouté, que les conversations qui sont les miennes, avec mon avocat, soient écoutées et diffusées en violation de tout secret de l’instruction par des journalistes, des médias.

Est-il normal que je sois placé en garde à vue pendant 15 heures sous la surveillance, d’ailleurs, de policiers qui ont remarquablement fait leur travail, à qui, bien sûr, je n’ai rien à reprocher. Mais ne pouvait-on pas me convoquer pour que je réponde aux questions des juges ? Devais-je absolument avoir rendez-vous avec les deux dames qui m’ont donné rendez-vous à deux heures du matin cette nuit, après 14 heures d’interrogatoire par les policiers ?

JPE : Donc il faut bien expliquer aux Français qu’il y a eu d’abord les 16 heures avec les policiers, et à partir d’une heure, deux heures du matin, pendant deux heures, une interrogation par deux juges…

(Nicolas Sarkozy coupe Jean-Pierre Elkabbach) Il y a eu une volonté de m’humilier en me convoquant sur le statut de la garde à vue qui n’est pas un statut normal. Monsieur Cahuzac, le ministre du Budget de monsieur Hollande, qui était en charge de la lutte contre la fraude fiscale et à qui on a découvert un compte en Suisse, n’a pas fait une seconde de garde à vue.

Je ne le suis… (il se reprend) je ne lui souhaite pas, mais je considère qu’il est anormal que moi, qui ai un casier judiciaire vierge, depuis le temps qu’on cherche des comptes dans tous les pays que j’aurais détenus et qu’on en n’a jamais trouvé, et pour cause… Est-il normal d’être traité comme ça ? Devais-je absolument être emmené sous la conduite de cinq policiers, dans un véhicule de police, pour rencontrer ces deux magistrates à deux heures du matin ? Ne pouvaient-elles pas me convoquer ?

JPE : Est-ce que vous pensez que les chefs d’accusation contre vous étaient déjà anticipés ? Qu’elles avaient décidé avant de vous voir ?

Ecoutez, ces chefs d’accusations sont grotesques. Et je vais vous en donner la preuve : lorsque je suis arrivé après quatorze heures d’interrogatoire par les policiers, je ne connaissais pas le dossier. J’ai accepté de répondre à toutes les questions, scrupuleusement. Ça a donné 45 pages au procès verbal qui était à la disposition des juges. Je me suis assis dans le fauteuil en face à ces deux dames, juges d’instruction…Elles m’ont signifié, sans même me poser une question, trois motifs de mise en examen, avant même d’avoir répondu à quoi que ce soit.

Est-il normal par ailleurs qu’on choisisse pour instruire une affaire, où mon nom est cité, et j’y reviendrai, un magistrat qui appartient au syndicat de la magistrature ?

GB : comme un tiers des magistrats… comme un tiers des magistrats qui appartiennent au syndicat de la magistrature… Un autre tiers appartient à un syndicat orienté à droite… mais cela ne la disqualifie pas a priori…

Je ne pense pas que 68 millions de justiciables aient reçu la lettre que j’ai reçu le 2 mai 2012, à la veille de l’élection présidentielle, du même syndicat de la magistrature. Je vous en lis un bref extrait. Le syndicat de la magistrature, sous la voix de son président m’écrit : "qui plus que vous monsieur Sarkozy aura davantage violé la séparation des pouvoirs, dégradé la loi, travesti la réalité judiciaire, dénigré le travail des professionnels de la justice ? En réalité, poursuit le syndicat de la magistrature, tout au long de votre double quinquennat, vous n’avez cessé d’affaiblir l’autorité judiciaire et d’attiser la haine de la Justice, du moins êtes-vous parvenu à diffuser la votre". Et conclusion, "nous avons décidé", dit le syndicat de la magistrature… (coupé par Gilles Bouleau)

GB : c’est vous-même qui les aviez traités de petits pois… Vous les aviez traités de petits pois en disant "ils sont quantité négligeable".

JPE : Là on assiste à la revanche des petits pois…

La revanche, lorsqu’on est magistrat et que l’on doit instruire à charge et à décharge, c’est la violation d’un principe du droit fondamental. Tout justiciable a le droit à un juge impartial. Je demande à ceux qui nous écoutent ou nous regardent : qui aimerait, pour avoir à trancher un différent entre lui et la Justice, en face de lui un magistrat dont l’obsession politique est de détruire la personne contre qui il doit instruire à charge et décharge ? (coupé par Jean-Pierre Elkabbach)

JPE : Ce soir est-ce que vous demandez, est-ce que vous réclamez de nouvelles juges, moins militantes selon vous ?

GB : …le dessaisissement de cette femme juge ou de sa consœur, madame Simon ?

Pardon de le dire, mais il est tout à fait invraisemblable qu’il se soit trouvé des magistrats pour nommer, pour s’occuper d’une affaire où mon nom est cité, un magistrat appartenant au Syndicat de la magistrature quand on connait son engagement.

GB : Ceux qui vous ont mis sur écoute, ce ne sont pas ces deux femmes juges. Ce sont d’autres juges qui n’appartiennent pas au Syndicat de la magistrature.

S’agissant de ma mise sur écoute, les Français doivent la comprendre. J’ai été mis sur écoute en septembre 2013, pour des faits supposés d’argent versé par monsieur Kadhafi … absurdes… en 2007, qu’espérait-on recevoir de ces écoutes ? Que monsieur Kadhafi, d’où il est, me téléphonât ?

JPE : Vous n’avez pas répondu, est-ce que vous voulez que de nouveaux juges … (coupé par Nicolas Sarkozy)

Je vais bien sûr répondre. Est-il normal, alors qu’il n’y a aucun indice grave et concordant contre moi… vous pensez-bien monsieur Bouleau que si on avait trouvé un compte ou un virement de monsieur Kadhafi, vous en auriez été informé avant moi. Est-il normal qu’on poursuive les écoutes, sur l’ancien chef de l’Etat, qui pourra demain avoir des responsabilités d’opposition ?

Je vous pose une question à mon tour, avant de répondre à la votre : imaginez qu’à l’époque où je fus président de République, monsieur François Hollande ait fait l’objet des mêmes écoutes ? Vous imaginez le scandale ? Est-ce que c’est parce que c’est moi que tout doit être permis, autorisé ?

Le bâtonnier des avocats de Paris, et les avocats, sont révulsés à l’idée que l’on puisse écouter les conversations entre mon avocat et moi, un peu comme si on écoutait les conversations entre chaque Français et son médecin, par la sécurité sociale…

JPE : A plusieurs reprises, vous avez dit : "on a nommé, on a décidé, on a choisi tel ou tel juge…" Est-ce que le président Hollande et son gouvernement, dans les affaires judiciaires qui vous concernent, sont des spectateurs ou des acteurs ?

Il y a une instrumentalisation de la justice, les choses sont claires. Madame Taubira, garde des Sceaux, sur le plateau de monsieur Bouleau, a été convaincue de mensonge lorsqu’elle a dit : "je n’ai jamais eu connaissance des écoutes des conversations de monsieur Sarkozy". Vous avez prouvé qu’elle avait menti. Vous savez comme moi que monsieur Valls a menti lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. D’ailleurs, je suis très étonné. Ce matin même, monsieur Valls dit : "les faits qui sont reprochés à Nicolas Sarkozy sont très graves". Mais qu’en sait-il ?

GB : Vous pensez qu’il connait le dossier ?

A moi de poser la question ! Qu’en sait-il ? A-t-il eu les juges au téléphone ? Lui a-t-on fait un rapport ? Il aurait dû dire "les faits supposés, reprochés à monsieur Sarkozy". Monsieur Sapin, ministre des Finances, a déclaré dans une interview récente, stupéfiante de sincérité : "Sarkozy, mais on va s’en occuper ! " Quant à monsieur Hollande, ses collaborateurs se sont livrés à une exploitation éhontée de mes archives, en violation de toutes les règles républicaines, qui ont été consultées sans que l’on m’en demande l’autorisation, distribuées à toute personne qui les voulait. Le directeur des services informatiques de l’Elysée a été licencié au motif – a-t-il dit – qu’il refusait d’examiner le disque dur de mon ordinateur.

GB : Demandez-vous le désistement de ces deux magistrates, ou pas ?

J’aurai l’occasion de prendre un certain nombre d’initiatives. Parce que voyez-vous, envers et contre tout, je crois dans l’honnêteté et l’impartialité des magistrats dans notre pays.

JPE : Mais pas celles là ?

Ne confondons pas une minorité militante et les magistrats. J’aurai l’occasion de faire valoir mes droits en la matière. Je ne demande aucun avantage particulier.

JPE : On dit : "il ne veut pas être traité comme un citoyen normal". Êtes-vous traité comme un justiciable normal ?

Avez-vous vu quelqu’un dire ça ? Cela n’a pas de sens monsieur Elkabbach. Je ne demande aucun droit particulier. Je ne veux aucun avantage, mais je vous rappelle que j’ai été interrogé dans le cadre de l’affaire dite Bettencourt, qui a été serinée pendant deux ans, et notamment au moment de la présidentielle, aux oreilles des Français. J’ai eu un non-lieu. J’ai été lavé de toute accusation. Savez-vous que j’ai accepté, et enduré, 22 heures d’interrogatoire. Dans l’affaire dite Karachi, dix ans d’enquête menée par monsieur Van Ruymbecke, aboutissent au fait que mon nom, et tout ce que j’aurais pu faire, est complètement reconnu comme totalement étranger. Qui en parle ? Je ne suis pas un justiciable au-dessus des lois, mais je ne suis pas décidé à accepter être en dessous de la loi.

GB : Dans ces écoutes, on entend clairement votre avocat, Me Herzog, être en contact avec un haut magistrat de la cour de Cassation. Vous le saviez, ne vous êtes-vous pas dit : "on a franchi la ligne jaune, ce que je fais relève du droit pénal" ?

Si je comprends bien, dans notre pays aujourd’hui, sous le mandat de monsieur Hollande, être magistrat et de gauche, c’est un élément parfaitement démocratique. Etre comme monsieur Azibert, un haut magistrat de la cour de Cassation, partageant les idées politiques de la droite, c’est le premier indice de la corruption.

GB : Mais il ne parlait pas de dîners en ville, il parlait de votre dossier monsieur le président !

C’est scandaleux ! Parlons du fond du dossier. Monsieur Azibert était candidat à un poste à Monaco. Il ne l’a pas eu. Mon avocat, Thierry Herzog, m’a demandé si je pouvais me renseigner pour faire une démarche auprès de Monaco. Je n’ai pas fait cette démarche, c’est dans le dossier, c’est prouvé. Le palais de Monaco a indiqué qu’il n’y a eu aucune démarche en faveur de monsieur Azibert. Et par ailleurs, il existe une écoute - qui elle n’a pas fuité dans la presse, on se demande bien pourquoi… - où je dis à Thierry Herzog : "non, je ne ferai pas l’intervention". Et enfin, la décision de la cour de Cassation, que j’attendais positive, fût négative. Résumons le dossier sur le fond : monsieur Azibert n’a rien obtenu, je n’ai pas fait de démarche et j’ai été débouté par la cour de Cassation. Où est le trafic d’influence ? Où est la corruption ? Qui a corrompu, et pour quel objet ? C’est scandaleux, et d’ailleurs ces motifs ont été retenus dans le seul souci de la continuation d’humilier, de m’impressionner, de m’empêcher, de me diffamer.

JPE : Vous demandez leur nullité ?

Bien sûr, je ne demande pas leur confirmation.

JPE : Vous prenez les Français à témoin. Voulez-vous passer pour une victime d’un système qui ne fonctionne pas en matière de justice, et même politique ?

Je suis seul, avec le soutien – fort heureusement et je les en remercie ce soir – de millions de gens qui ont voté – ou pas – pour moi et qui sont scandalisés de ce qui s’est passé. Que puis-je faire, si ce n’est prendre les Français à témoin ? Je vous le dis bien dans les yeux : je n’ai rien à me reprocher ! Vous m’entendez ? Rien !

JPE : Ni là ni dans d’autres affaires ?

Ni là ni dans d’autres affaires. Cela fait 35 ans que je fais de la politique. Jamais aucun responsable politique n’a été autant examiné par des magistrats, des policiers. Aujourd’hui, il y a peut être une vingtaine de magistrats qui s’occupent de moi, des dizaines de policiers, et je suis écouté dans tous mes téléphones depuis plusieurs mois. On ne trouve rien. On ne trouvera rien.


JPE : Est-ce qu’on ne trouvera rien dans l’affaire Bygmalion ?

Je vais vous répondre. Je prends les Français à témoin parce que quand on n’a rien à se reprocher, quand on a son innocence et la certitude de son innocence, on n’a pas peur de s’expliquer. Cette campagne a été vérifiée dans tous les sens, avec un soin qui n’avait rien d’amical, par la commission des comptes de campagne et par le Conseil constitutionnel. Les Français doivent savoir que lorsque le Conseil constitutionnel, pendant plusieurs mois, a examiné les comptes de ma campagne, quand mon équipe de campagne a oublié d’inscrire le plateau-repas d’un chauffeur d’une des voitures, il l’a réintroduit. Ils ont conclu que nous avions dépassé, sur un budget de 21 millions, de 400.000 euros. En vertu de quoi, pour la première fois dans l’histoire de la République, alors que j’avais rassemblé sur mon nom près de 19 millions d’électeurs, nous n’avons pas eu un centime de remboursement !

GB : Sauf que ces comptes étaient faux. Monsieur Lavrilleux a dit : "j’ai fait des fausses factures".

JPE : Est-ce que de l’argent a été détourné ?

De ma campagne ? Certainement pas ! Voulez-vous que je réponde ? Ce n’est pas la peine d’avoir de l’agressivité, j’ai eu ce qu’il fallait hier avec ces deux dames. Le conseil constitutionnel a examiné ma campagne et a dit : "sur 21 millions d’euros, il a dépassé de 400.000 euros". En conséquence de quoi, zéro centime de remboursement. Madame Le Pen fut remboursée. Monsieur Hollande fut remboursé. Monsieur Cheminade fut remboursé. Le seul candidat, avec 19 millions d’électeurs, qui ne fut remboursé de rien…. Ma campagne n’a pas couté un centime au contribuable ! Mais je voudrais en appeler à votre réflexion. Croyez-vous que les rapporteurs du Conseil constitutionnel ont laissé passer 17 millions d’euros de dépenses sur une campagne de 21 millions sans s’en rendre compte ? Je veux poser une question. Ma campagne sera-t-elle à nouveau réexaminée ? Elle ne l’a pas déjà été assez ? J’ai eu le même nombre de meetings que monsieur Hollande. J’ai déclaré que ces meetings avaient couté 13,6 millions, un peu moins de 14 millions. Pour le même nombre de meetings, monsieur Hollande déclare 9,6 millions. A lui, on ne lui pose aucune question, à moi oui. Si la société Bygmalion a fait des systèmes de fausses factures avec l’UMP.

JPE : Si ou sûrement ? A partir du moment où vous voyez les chiffres…

Avez-vous des problèmes avec la présomption d’innocence ?

JPE : Si c’est le cas, porterez-vous plainte vous-même ?

Si la justice avérait que la société Bygmalion a prélevé de l’argent à l’UMP alors qu’il n’y avait aucune raison, les dirigeants de l’UMP seraient alors en droit de porter plainte. Il ne s’agit pas de ma campagne. En ce qui concerne ma campagne, je le dis à tous ceux qui m’ont soutenu, il n’y a jamais eu le moindre système de double facturation. Que les 17 millions qu’on prétend dépendre de ma campagne qui auraient été cachés, c’est une folie. Personne, jamais, ne peut imaginer que les enquêteurs du Conseil constitutionnel ou de la commission des comptes de campagne soient passés au travers.

GB : Donc monsieur Lavrilleux, qui s’occupait de votre campagne, ne dit pas la vérité quand il parle de fausses factures

Monsieur Lavrilleux aura à répondre devant la justice, et la justice fera son travail. J’ai des convictions concernant l’état de droit. Je suis moi-même avocat. Je ne vais pas faire aux autres ce qu’on me fait. Parce que je considère que lorsqu’on emploie des méthodes indignes, c’est plus humiliant pour celui qui est l’auteur de ces méthodes que pour celui qui en subit les conséquences


JPE : Qu’est-ce qui pourrait vous faire renoncer ? Vous aviez tout un schéma, un plan, un programme… Avez-vous encore envie de vous battre ?

GB : Et serez-vous candidat à la présidence de l’UMP en septembre prochain ?

J’ai longuement réfléchi à ces questions. La question de savoir si on renonce ne se pose pour moi. Pourquoi ? Parce que vis-à-vis de son pays, on a des devoirs, on n’a pas des droits. Je regarde avec consternation la situation de la France, l’état de la France, et je connais l’inquiétude des Français et leurs souffrances. J’aurai à décider, après un temps de réflexion, à la fin du mois d’août, au début du mois de septembre, de ce que je devrais faire.

JPE : Vous pensez que les Français ont besoin de vous ?

Le fait que vous me posez la question monsieur Elkabbach, comme je ne peux pas imaginer que cela dissimule une espérance, montre que la question se pose…

JPE : Mais vous êtes prêt à relever le défi ?

N’anticipez pas la décision que je serais amené à prendre. J’aime passionnément mon pays, et je ne suis pas un homme qui se décourage devant les vilénies et les manipulations politiques.

  • a a

> Suivez l'info Europe 1 en continu sur , et réagissez sur

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. 11h05

    Hollande : "La France doit faire entendre sa voix"

  2. 08h46

    Mariton : "A l'UMP, gardons nos nerfs !"

  3. 08h08

    Autoroute A831 : non, Valls n'a pas désavoué Royal

  4. Hier

    Hollande, dix jours de vacances à la Lanterne

  5. Hier

    L'autoroute A9 rouverte après un nouvel incendie

  6. Hier

    La loi pour l'égalité hommes-femmes définitivement validée

  7. Hier

    Paul-Jean Ortiz, conseiller diplomatique de Hollande, est mort

  8. Hier

    Hulot : Fessenheim, "je m’en fiche"

  1. Hier

    Hulot "très enthousiaste sur cette loi" de transition énergétique

  2. Hier

    LCI : l'UMP dénonce des connivences entre le CSA et la gauche

  3. Hier

    Le Journal officiel bientôt plus imprimé ?

  4. Hier

    Goasguen : "Sarkozy est l’ennemi public numéro 1"

  5. Hier

    Hollande propose Moscovici comme commissaire européen

  6. Hier

    Autoroute A831 : Royal dénonce les attaques "brutales et misogynes"

  7. Hier

    Quand Juppé redressait fiscalement Estrosi

  8. Hier

    Moscovici candidat pour un poste de commissaire européen

  1. Hier

    La nouvelle affaire Sarkozy ? "Cela commence à faire beaucoup !" (UMP)

  2. Hier

    Le FN censuré dans L’amour est dans le pré

  3. Hier

    Sarkozy visé par une nouvelle enquête sur la campagne de 2007

  4. Hier

    Lutte contre l'antisémitisme et le racisme : vers une mission interministérielle

  5. Hier

    Chelles : le portrait de Sarkozy trône toujours

  6. Hier

    Hayange : un maire FN repeint une œuvre d'art, l'artiste fâché

  7. Hier

    Vallaud-Belkacem : "Les colonies de vacances sont extrêmement surveillées"

  8. Hier

    Les studieuses vacances du président Hollande

  1. Hier

    Vallaud-Belkacem : "L'UMP a donné à voir une image qui n'est pas à son honneur"

  2. Hier

    Sarkozy au Congo pour une conférence

  3. Hier

    Air Algérie : "se donner du temps pour y voir plus clair"

  4. Hier

    Quand NKM traite Copé de "merde"

  5. Hier

    Transparence : qu'ont déclaré les parlementaires ?

  6. Hier

    Manif pro-palestinienne de samedi : "les organisateurs seront reçus"

  7. Hier

    Gaston Flosse va saisir la CEDH

  8. Hier

    L'Assemblée donne son feu vert à la France à 13 régions

  1. Hier

    Manif propalestinienne : sans le citer, Valls critique un maire écolo

  2. Hier

    Fillon et ses 300.000 euros de billets d'avion payés par l'UMP

  3. Hier

    Hollande dément les rumeurs de mariage avec Julie Gayet

  4. Hier

    Jean-Marie Le Guen "espère qu'il n'y aura pas de violences" à la manifestation pro-palestinienne

  5. Hier

    Fatigué, Mélenchon va prendre du recul

  6. Hier

    Zone euro : le lapsus de Pierre Moscovici

  7. Hier

    Les pro-ours demandent la démission de Royal

  8. Hier

    Hollande va rencontrer les représentants des cultes

  1. Hier

    Le Maire reproche à Valls sa présence sur le Tour de France

  2. Hier

    A Gaza, "la France doit prendre une initiative", estime Le Maire

  3. Hier

    Emeutes à Sarcelles : "intolérable" pour Valls

  4. Hier

    Réforme territoriale : Valls regrette la "réaction disproportionnée" d'Aubry

  5. Hier

    Hollande : "aucun acte raciste ou antisémite ne sera toléré"

  6. Hier

    UMP : Fillon attaque Sarkozy, Estrosi réplique

  7. Hier

    Pour Fillon, Sarkozy ne devrait pas briguer la présidence de l'UMP

  8. Hier

    Aubry règle ses comptes

  1. Hier

    Cazeneuve : "dans ce pays, la réforme est possible !"

  2. Hier

    TGV-TER : "la maintenance est défaillante" selon Cuvillier

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement