Fuites avant 20h : le pavé dans la mare de Sarkozy

Par Hélène Favier

Publié le 19 avril 2012 à 18h18 Mis à jour le 19 avril 2012 à 21h03

Présidentielle : Le parquet de Paris menace de poursuites

Présidentielle : Le parquet de Paris menace de poursuites © REUTERS

Sur Europe1, Sarkozy a ravivé la polémique sur la publication des résultats avant 20h.

"Cette sortie est quand même étonnante à trois jours du scrutin !" Bernard Cazeneuve, porte-parole de François Hollande, a été pour le moins surpris par les déclarations de Nicolas Sarkozy assurant, jeudi matin sur Europe 1, qu’il ne serait "pas choqué" par la diffusion via Internet ou les réseaux sociaux d'estimations des résultats du premier tour de l'élection présidentielle.

"Non, franchement, ça ne me choque pas, parce que le monde est devenu un village", a alors assuré le président-candidat : "Ne recréons pas une ligne Maginot. Nous avons des règles qui parfois sont datées, tout le monde le sait, c'est une forme d'hypocrisie".




"Un président qui appelle à ne pas respecter la loi"

Le code électoral interdit pourtant, sous peine de sanctions pouvant aller jusqu'à 75.000 euros, la diffusion de tout résultat d'élection, "partiel ou définitif, par tout moyen de communication au public par voie électronique". C’est cette règle que le candidat serait prêt à réformer, a confié à Europe1.fr un membre de son équipe de campagne : "Il faut prendre en compte l'émergence des nouveaux médias. Tous les partis politiques pourraient se réunir pour en parler".

A trois jours d’un scrutin, cette prise de position est tout de même "surprenante", commente-on du côté de Libération. Le journal a affirmé, mercredi, se réserver le droit" de publier sur son site Internet les estimations de résultats du premier tour de la présidentielle dès 18h30. "Il s’agit tout de même d’un président de la République qui appelle au non respect des lois", a constaté Sylvain Bourmeau, éditorialiste du quotidien, joint par Europe1.fr. "La positon de Nicolas Sarkozy est d’autant plus surprenant que François Hollande appelle à respecter cette lois", a-t-il ajouté.

Hollande prend le contre-pied de Sarkozy

Prenant le contre-pied de son adversaire, le candidat socialiste a, en effet, appelé à la fermeté sur ce dossier. "Je pense qu'il faut être sévère à l'égard de ceux qui publieraient avant l'heure des informations qui pourraient -non pas fausser le scrutin parce que je ne pense pas que ça ait des conséquences- mais rendre presque inutile le vote", a insisté François Hollande, qui se dit "favorable" à ce qu'à l'avenir la clôture des scrutins se fasse partout en France à 19 heures.

"Il doit y avoir une raison" à la prise de position de Nicolas Sarkozy, a renchéri son porte-parole Bernard Cazeneuve, avant de préciser : "ne serait-ce pas pour que ses électeurs se précipitent dans les bureaux vote entre 18h30 et 20h ? [dans le cas où ses résultats seraient mauvais]"

Une déclaration qui pourrait "affaiblir l’action du parquet"

Par ailleurs, "il est totalement possible que la déclaration de Nicolas Sarkozy fragilise, maintenant, juridiquement, le travail du parquet", a encore expliqué Sylvain Bourmeau. "C’est un cas d’école", a insisté le bloggeur et chroniqueur d’Europe 1 Guy Birenbaum : "Si dimanche soir je brise l’embargo sur les réseaux sociaux, je pourrais prendre le meilleur avocat de Paris et l’enregistrement de Nicolas Sarkozy sur Europe 1, pour essayer d’échapper à une sanction…".

Dans tous les cas, "ce n'est pas au président-candidat de donner un blanc-seing à la violation de la loi", a également déploré Didier Maus, constitutionnaliste, jugeant "scandaleux" un tel positionnement alors que "le président de la République est théoriquement gardien du respect des lois au titre de l'article 5 de la Constitution".

Pour Dominique Rousseau, professeur de droit public à la Sorbonne, "ces déclarations sont soit une faute constitutionnelle si elles sont tenues par le président, soit le signe d'un désarroi politique si elles sont tenues par le candidat."

Autre expert juriste, Guy Carcassonne a lui balayé tout commentaire: "La loi l'interdit, donc cette déclaration ne change rien". Nicolas Sarkozy "n'a aucun pouvoir ni d'autoriser, ni d'interdire la diffusion des résultats. Il peut éventuellement songer à proposer de changer la loi mais c'est tout".

  • a a
13

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. Hier

    Hollande "souhaite un plein succès" à Bouteflika

  2. Hier

    Valérie Fourneyron est sortie de l'hôpital

  3. Hier

    Hollande déclare n'avoir "aucune raison d'être candidat" si le chômage ne baisse pas

  4. Hier

    Hollande : Aquilino Morelle a "pris la seule décision qui convienne"

  5. Hier

    Présidence de Lille Métropole : Castelain succède à Aubry

  6. Hier

    Aquilino Morelle annonce sa démission

  7. Hier

    Non, Morelle n’avait pas demandé l’autorisation à l’Igas

  8. Hier

    EELV "ne votera pas en l'état" le plan d'économies de Valls

  1. Hier

    La visite de Hollande en Auvergne, "c'est râpé"

  2. Hier

    "Affaire Morelle" : Cambadélis monte au créneau

  3. Hier

    "A. Morelle doit démissionner", tweete un député PS

  4. Hier

    Le PS va lever sa tutelle sur les fédérations des Bouches-du-Rhône et du Pas-de-Calais

  5. Hier

    Jean-Marie Le Pen : en 2002, "nous n'étions pas prêts"

  6. Hier

    Liens avec les labos : la réponse d'Aquilino Morelle

  7. Hier

    Pour Valandrey, Trierweiler a été "humiliée"

  8. Hier

    RSA : Cambadélis demande "un petit coup de pouce"

  1. Hier

    Cambadélis : "Valls a pris le taureau par les cornes"

  2. Hier

    Cohn-Bendit : "Je laisse la place aux générations montantes"

  3. Hier

    Voynet nommée à l'Igas, Bartolone voit rouge

  4. Hier

    Catherine Deneuve tacle Sophie Marceau et défend Hollande

  5. Hier

    En fait, Noël Mamère va cumuler

  6. Hier

    Gérard Collomb réélu président du Grand Lyon

  7. Hier

    Bruno Le Roux tente d'étouffer la fronde des députés PS

  8. Hier

    Une partie du PS "atterrée" par les annonces de Valls

  1. Hier

    Les vibrants adieux de Cohn-Bendit au Parlement européen

  2. Hier

    Tarifs d’EDF : Royal laisse les experts sceptiques

  3. Hier

    Salaires des fonctionnaires : Valls confirme "le gel du point d'indice"

  4. Hier

    Valls : pas de remise en cause "du Smic"

  5. Hier

    Valls détaille son plan d'économies de 50 milliards

  6. Hier

    Bayrou sur le "Smic jeunes" : "Nous avons le devoir de dire non"

  7. Hier

    Bayrou : "les débuts de Valls sont réussis"

  8. Hier

    Oui, les animaux sont "doués de sensibilité"

  1. Hier

    Mariton : sur Valls, l'UMP a fait "une erreur d'appréciation"

  2. Hier

    Cambadélis officiellement élu premier secrétaire du PS

  3. Hier

    Cambadélis propose des "Etats généraux des socialistes"

  4. Hier

    Le microparti de Marine Le Pen dans le viseur de la justice

  5. Hier

    Didier Guillaume élu patron des sénateurs PS

  6. Hier

    Valérie Fourneyron hospitalisée pour un "syndrome méningé"

  7. Hier

    Un regroupement Haute-Normandie-Picardie ?

  8. Hier

    Laguiole : pour le maire, "on marche sur la tête"

  1. Hier

    Jean-Vincent Placé porte plainte pour diffamation

  2. Hier

    FN : Le Pen et Coûteaux, c'est fini

  3. Hier

    Affaire Gayet : Sophie Marceau traite Hollande de "goujat"

  4. Hier

    David Assouline ne veut plus être le porte-parole du PS

  5. Hier

    Manuel Valls en visite à Berlin

  6. Hier

    Bosser pour Ayrault, ça rapportait combien ?

  7. Hier

    Mélenchon : Hollande et Valls "comme deux olives dans un pressoir"

  8. Hier

    Jean-Vincent Placé sur Canal+ : "je me tire"

  1. Hier

    VIDÉO - Ukraine : Paris n'écarte pas de nouvelles sanctions

  2. Hier

    Hollande chute de 5 points, Valls populaire à 58%

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement