Compte : Sarkozy connaissait les risques

Par Marc-Antoine Bindler avec AFP

Publié le 7 juillet 2013 à 17h18 Mis à jour le 7 juillet 2013 à 17h45

 Nicolas Sarkozy à la sortie du Conseil constitutionnel.

Nicolas Sarkozy à la sortie du Conseil constitutionnel. © MaxPPP

En pleine campagne, l'ex-président avait été mis en garde sur les risques qu'impliquaient ses pratiques.

L'INFO. Nicolas Sarkozy et son équipe le savaient. En n'inscrivant sur le compte de campagne présidentielle pas un seul euro dépensé avant l'entrée en lice officielle du président-candidat en février 2012, ils s'exposaient à des déconvenues financières. Le candidat UMP et son staff connaissaient parfaitement les risques encourus, selon plusieurs documents consultés par l'AFP. Résultat : le Conseil constitutionnel a rejeté le compte, obligeant l'UMP, au bord de la faillite, a lancé une campagne de souscription nationale.

>> A LIRE AUSSI - Comptes de campagne : comment ça marche

Le seul meeting de Toulon au cœur de la décision. Suivant la décision de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), le Conseil constitutionnel a jugé que les frais (155.715 euros) du meeting de Toulon de Nicolas Sarkozy auraient dû figurer dans son compte de campagne. Cet événement avait eu lieu le 1er décembre 2011, soit deux mois et demi avant la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy, le 15 février 2012.

>> A LIRE AUSSI : L’UMP contrainte de compter ses sous

Or, selon la décision de CNCCFP, "le compte de campagne déposé par M. Nicolas Sarkozy ne contient aucune dépense se rattachant à une manifestation ou à une action de propagande antérieure" à la date de sa déclaration de candidature. Au final, parmi les huit manifestations auxquelles a participé Nicolas Sarkozy en tant que chef de l'Etat et épinglées par la CNCCFP, le Conseil constitutionnel n'en retient qu'une seule: le meeting de Toulon.

Toulon : Sarkozy a-t-il tenu parole ?

© REUTERS

Une campagne avant d'être candidat. Le Conseil constitutionnel a rappelé que la législation sur le financement des campagnes électorales "n'a ni pour objet ni pour effet de limiter les déplacements du président de la République non plus que sa participation à des manifestations publiques" dans le cadre de l'exercice de ses fonctions. Ainsi, les dépenses concernant les manifestations auxquelles le chef de l’État participe entrent dans le compte de campagne "que s'il apparaît que celles-ci ont revêtu un caractère manifestement électoral", ajoute la haute juridiction.

>> A LIRE AUSSI : Sarkozy, bel et bien de retour ?

Peu importe que Nicolas Sarkozy n'était pas candidat déclaré lors du meeting de Toulon. Dans sa décision, la CNCCFP considère que même si, en principe, la déclaration de candidature ou l'investiture constitue l'entrée en campagne et "le début des opérations qui devront être retracées dans le compte", dans le cas de Nicolas Sarkozy, ces opérations ont pu commencer avant : "le candidat a pu notamment engager effectivement des dépenses destinées à obtenir les suffrages des électeurs", écrit-elle dans sa décision.

Nicolas Sarkozy "ulcéré et choqué"

© MaxPPP

Un cas de figure envisagé par le code électoral. Pour toutes ces raisons, le Code électoral prévoit que le compte de campagne doit retracer "l'ensemble des dépenses engagées ou effectuées en vue de l'élection (...) dans l'année précédant le mois de l'élection". Autrement dit, à partir d'avril 2011 s'agissant de l'élection présidentielle 2012. La commission rappelle aussi "que les décisions antérieures du Conseil constitutionnel ou, en 2007", les siennes, "ont admis comme dépenses électorales et, le cas échéant, réintégré dans les comptes de campagne, des dépenses réalisées avant la déclaration publique de candidature ou l'investiture du candidat".

Une pratique à la loupe dès décembre 2011. Ce même rappel figure dans une réponse de la CNCCFP au mandataire de François Hollande, le député Daniel Vaillant, qui avait saisi la commission pendant la campagne en invoquant l'utilisation des "moyens de l'Etat" à des fins électorales par le président Sarkozy. Or, cette lettre est datée du 13 décembre 2011. Avant de répondre, la CNCCFP avait "sollicité les observations du candidat" Sarkozy, précise sa décision. L'équipe de campagne ne pouvait donc pas n'ignorer les règles détaillées de financement politique.

>> A LIRE AUSSI - UMP: les dons flirtent avec le million d'euros

"Nous avons reçu le président et les personnes de ses équipes de campagne, et nous les avons mis en garde", assurait samedi le président de la commission, François Logerot. Il relève aussi "l'absence de sincérité" du compte. Pour les huit manifestations litigieuses, la commission dit avoir été "empêchée par l'absence de réponse aux questions de ses rapporteurs" d'établir la nature et l'importance des dépenses engagées. Elle note aussi "l'impossibilité d'accéder par elle-même à toute information sur les dépenses de la présidence de la République".

  • a a
17

Et aussi

> Suivez l'info Europe 1 en continu sur , et réagissez sur

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. Hier

    Hollande "souhaite un plein succès" à Bouteflika

  2. Hier

    Valérie Fourneyron est sortie de l'hôpital

  3. Hier

    Hollande déclare n'avoir "aucune raison d'être candidat" si le chômage ne baisse pas

  4. Hier

    Hollande : Aquilino Morelle a "pris la seule décision qui convienne"

  5. Hier

    Présidence de Lille Métropole : Castelain succède à Aubry

  6. Hier

    Aquilino Morelle annonce sa démission

  7. Hier

    Non, Morelle n’avait pas demandé l’autorisation à l’Igas

  8. Hier

    EELV "ne votera pas en l'état" le plan d'économies de Valls

  1. Hier

    La visite de Hollande en Auvergne, "c'est râpé"

  2. Hier

    "Affaire Morelle" : Cambadélis monte au créneau

  3. Hier

    "A. Morelle doit démissionner", tweete un député PS

  4. Hier

    Le PS va lever sa tutelle sur les fédérations des Bouches-du-Rhône et du Pas-de-Calais

  5. Hier

    Jean-Marie Le Pen : en 2002, "nous n'étions pas prêts"

  6. Hier

    Liens avec les labos : la réponse d'Aquilino Morelle

  7. Hier

    Pour Valandrey, Trierweiler a été "humiliée"

  8. Hier

    RSA : Cambadélis demande "un petit coup de pouce"

  1. Hier

    Cambadélis : "Valls a pris le taureau par les cornes"

  2. Hier

    Cohn-Bendit : "Je laisse la place aux générations montantes"

  3. Hier

    Voynet nommée à l'Igas, Bartolone voit rouge

  4. Hier

    Catherine Deneuve tacle Sophie Marceau et défend Hollande

  5. Hier

    En fait, Noël Mamère va cumuler

  6. Hier

    Gérard Collomb réélu président du Grand Lyon

  7. Hier

    Bruno Le Roux tente d'étouffer la fronde des députés PS

  8. Hier

    Une partie du PS "atterrée" par les annonces de Valls

  1. Hier

    Les vibrants adieux de Cohn-Bendit au Parlement européen

  2. Hier

    Tarifs d’EDF : Royal laisse les experts sceptiques

  3. Hier

    Salaires des fonctionnaires : Valls confirme "le gel du point d'indice"

  4. Hier

    Valls : pas de remise en cause "du Smic"

  5. Hier

    Valls détaille son plan d'économies de 50 milliards

  6. Hier

    Bayrou sur le "Smic jeunes" : "Nous avons le devoir de dire non"

  7. Hier

    Bayrou : "les débuts de Valls sont réussis"

  8. Hier

    Oui, les animaux sont "doués de sensibilité"

  1. Hier

    Mariton : sur Valls, l'UMP a fait "une erreur d'appréciation"

  2. Hier

    Cambadélis officiellement élu premier secrétaire du PS

  3. Hier

    Cambadélis propose des "Etats généraux des socialistes"

  4. Hier

    Le microparti de Marine Le Pen dans le viseur de la justice

  5. Hier

    Didier Guillaume élu patron des sénateurs PS

  6. Hier

    Valérie Fourneyron hospitalisée pour un "syndrome méningé"

  7. Hier

    Un regroupement Haute-Normandie-Picardie ?

  8. Hier

    Laguiole : pour le maire, "on marche sur la tête"

  1. Hier

    Jean-Vincent Placé porte plainte pour diffamation

  2. Hier

    FN : Le Pen et Coûteaux, c'est fini

  3. Hier

    Affaire Gayet : Sophie Marceau traite Hollande de "goujat"

  4. Hier

    David Assouline ne veut plus être le porte-parole du PS

  5. Hier

    Manuel Valls en visite à Berlin

  6. Hier

    Bosser pour Ayrault, ça rapportait combien ?

  7. Hier

    Mélenchon : Hollande et Valls "comme deux olives dans un pressoir"

  8. Hier

    Jean-Vincent Placé sur Canal+ : "je me tire"

  1. Hier

    VIDÉO - Ukraine : Paris n'écarte pas de nouvelles sanctions

  2. Hier

    Hollande chute de 5 points, Valls populaire à 58%

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement