Chevènement candidat à la présidentielle

Par Europe1.fr avec AFP

Publié le 5 novembre 2011 à 20h48 Mis à jour le 5 novembre 2011 à 23h11

Jean-Pierre Chevènement avait recueilli 5,3% des suffrages en 2002.

Jean-Pierre Chevènement avait recueilli 5,3% des suffrages en 2002. © REUTERS

Le président d’honneur du MRC a officialisé sa candidature à la présidentielle samedi sur France 2.

Dix ans après, Jean-Pierre Chevènement repart au combat. Le président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen, déjà candidat en 2002, a officialisé samedi soir sur France 2 sa candidature à l’échéance suprême, l’élection présidentielle de 2012.

"J'ai beaucoup réfléchi et j'ai décidé de me porter candidat pour faire bouger les lignes, comme je l'avais dit, c'est-à-dire pour mettre la gauche et la France à la hauteur des défis qui sont devant nous", a déclaré l'ancien ministre de l’Intérieur, qui avait donc déjà tenté sa chance en 2002, quand il avait recueilli 5,3% des suffrages exprimés.

"Le tort d'avoir raison contre tous les autres"

Cette candidature s’ajoute à celles du socialiste François Hollande, de l’écologiste Eva Joly, de Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche), de Nathalie Arthaud (LO) et de Philippe Poutou (NPA) à gauche. Cela fait beaucoup, alors que Jean-Pierre Chevènement avait été pointé du doigt en 2002 pour avoir fait le jeu de Jean-Marie Le Pen, finalement qualifié pour le second tour, au détriment de Lionel Jospin.

"J'avais le tort en 2002 d'avoir raison contre tous les autres et je n'accepte pas que ceux qui ont fait le lit du Front National en se ralliant au néolibéralisme puissent me transformer en bouc émissaire", a-t-il répondu. "Le problème est de savoir ce qu'ont dit les candidats. Moi j'ai mis en garde contre l'omnipotence des marchés financiers, j'ai proposé de redresser l'Europe (...), de fixer des repères clairs dans la sécurité, l'école", a poursuivi le sénateur du Territoire-de-Belfort.

Une candidature de plus à gauche

Cette annonce est une demi-surprise, dans la mesure où Jean-Pierre Chevènement avait multiplié les signes dans ce sens depuis plusieurs semaines, comme la sortie d'un livre et une campagne d'affichage, Mais pour beaucoup, elle paraissait peu crédible. Jean-Pierre Chevènement est en effet plutôt discret sur la scène politique depuis plusieurs années, et les instituts de sondages ne testaient même pas sa candidature jusqu’alors. Certains doutent même de sa capacité à recueillir les 500 parrainages de maires nécessaires à sa candidature.

A 72 ans, Jean-Pierre Chevènement possède une solide expérience du pouvoir. Il a été ministre sous François Mitterrand, successivement à l'Industrie, l'Education puis à la Défense, où il finit par démissionner en 1991 en raison d'un désaccord avec le président de la République sur la participation à la Première guerre du Golfe. Il fut ensuite ministre de l'Intérieur sous Lionel Jospin, entre 1997 et 2000. Auteur à ce poste d'une formule restée célèbre sur les "sauvageons", il démissionna là encore suite à un différend, sur la gestion du dossier corse cette fois.

Avant le référendum sur Maastricht, en 1992, cet énarque avait quitté le Parti socialiste afin de faire campagne pour le non. Il avait ensuite fondé le Mouvement des Citoyens, devenu le Mouvement républicain et citoyen (MRC). Il avait été frappé, fin 1998, par un grave accident d'anesthésie qui l'avait plongé dans le coma. Il en était ressorti sans dommage. Exploitant son goût pour la formule et son humour pince-sans-rire, Jean-Pierre Chevènement avait qualifié cette épisode de "miracle républicain".

  • a a
27

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. 22h01

    VIDEO - Européennes : passe d’armes Morano-Philippot

  2. 19h58

    L'Elysée nomme Gaspard Gantzer chef du pôle communication

  3. 19h54

    Morano : "je ne me représenterai pas aux législatives de 2017"

  4. 19h37

    Philippot : "embaucher des Français sur des chantiers français, cela me semble logique"

  5. 18h56

    Pour Morano, Philippot "angoisse même au sein de son propre parti"

  6. 18h04

    Une mairie FN refuse de commémorer l'abolition de l'esclavage

  7. 15h19

    Hollande hué : "Jaurès, il parlait pas comme vous"

  8. 15h00

    A Mantes-la-Ville, un comité pour mettre le FN "sous surveillance"

  1. 13h50

    Le Parlement siègera en session extraordinaire en juillet

  2. 08h48

    Wauquiez : "il faut une Europe à plusieurs vitesses"

  3. Hier

    Cahuzac : "le prix de la vérité était trop lourd"

  4. Hier

    Manifestation des Femen contre le FN

  5. Hier

    Fabius prône l’ouverture des magasins le dimanche

  6. Hier

    Apparu riposte au canular qui a dévoilé son numéro de téléphone

  7. Hier

    Les eurosceptiques anglais rejettent la main tendue du FN

  8. Hier

    Légion d'honneur : Me Kiejman et Renaud Lavillenie

  1. Hier

    Cambadélis : le PS "touché mais pas coulé"

  2. Hier

    Hollande "souhaite un plein succès" à Bouteflika

  3. Hier

    Valérie Fourneyron est sortie de l'hôpital

  4. Hier

    Hollande déclare n'avoir "aucune raison d'être candidat" si le chômage ne baisse pas

  5. Hier

    Hollande : Aquilino Morelle a "pris la seule décision qui convienne"

  6. Hier

    Présidence de Lille Métropole : Castelain succède à Aubry

  7. Hier

    Aquilino Morelle annonce sa démission

  8. Hier

    Non, Morelle n’avait pas demandé l’autorisation à l’Igas

  1. Hier

    EELV "ne votera pas en l'état" le plan d'économies de Valls

  2. Hier

    La visite de Hollande en Auvergne, "c'est râpé"

  3. Hier

    "Affaire Morelle" : Cambadélis monte au créneau

  4. Hier

    "A. Morelle doit démissionner", tweete un député PS

  5. Hier

    Le PS va lever sa tutelle sur les fédérations des Bouches-du-Rhône et du Pas-de-Calais

  6. Hier

    Jean-Marie Le Pen : en 2002, "nous n'étions pas prêts"

  7. Hier

    Liens avec les labos : la réponse d'Aquilino Morelle

  8. Hier

    Pour Valandrey, Trierweiler a été "humiliée"

  1. Hier

    RSA : Cambadélis demande "un petit coup de pouce"

  2. Hier

    Cambadélis : "Valls a pris le taureau par les cornes"

  3. Hier

    Cohn-Bendit : "Je laisse la place aux générations montantes"

  4. Hier

    Voynet nommée à l'Igas, Bartolone voit rouge

  5. Hier

    Catherine Deneuve tacle Sophie Marceau et défend Hollande

  6. Hier

    En fait, Noël Mamère va cumuler

  7. Hier

    Gérard Collomb réélu président du Grand Lyon

  8. Hier

    Bruno Le Roux tente d'étouffer la fronde des députés PS

  1. Hier

    Une partie du PS "atterrée" par les annonces de Valls

  2. Hier

    Les vibrants adieux de Cohn-Bendit au Parlement européen

  3. Hier

    Tarifs d’EDF : Royal laisse les experts sceptiques

  4. Hier

    Salaires des fonctionnaires : Valls confirme "le gel du point d'indice"

  5. Hier

    Valls : pas de remise en cause "du Smic"

  6. Hier

    Valls détaille son plan d'économies de 50 milliards

  7. Hier

    Bayrou sur le "Smic jeunes" : "Nous avons le devoir de dire non"

  8. Hier

    Bayrou : "les débuts de Valls sont réussis"

  1. Hier

    Oui, les animaux sont "doués de sensibilité"

  2. Hier

    Mariton : sur Valls, l'UMP a fait "une erreur d'appréciation"

L'actu politique
Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement