Bayrou joue son avenir politique

Par Europe1.fr avec AFP

Publié le 10 juin 2012 à 23h59 Mis à jour le 11 juin 2012 à 00h31

"Une partie importante de mon électorat traditionnel n'a pas compris, pas accepté ma décision de voter François Hollande au deuxième tour de la présidentielle", a-t-il déclaré.

"Une partie importante de mon électorat traditionnel n'a pas compris, pas accepté ma décision de voter François Hollande au deuxième tour de la présidentielle", a-t-il déclaré. © Max PPP

Le score du leader centriste, en ballotage défavorable dans sa circonscription, fragilise le MoDem.

La partie s'annonce très délicate pour le leader centriste. François Bayrou, arrivé dimanche derrière la candidate PS dans sa circonscription béarnaise, jouera son avenir politique lors du second tour des législatives où il devra également affronter un candidat UMP dans une triangulaire.

"Les résultats de ce 1er tour sont difficiles et annoncent un deuxième tour particulièrement ardu", a reconnu dimanche soir François Bayrou.

Le leader centriste a obtenu 23,63% des suffrages exprimés dans la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques. Il arrive loin derrière la candidate socialiste Nathalie Chabanne (34,90%) et devance de peu l'UMP, Eric Saubatte (21,71%) qui, compte-tenu de la forte participation (62,80% de votants), pourra se maintenir au deuxième tour. L'UMP a annoncé dimanche soir qu'elle proposera à ses instances le maintien de son candidat à Pau. La décision sera entérinée lundi lors d'un bureau politique.

"Pas accepté ma décision" de voter Hollande

C'est le pire des scénarios pour le patron du MoDem dont l'avenir sur les bancs de l'Assemblée nationale semble de plus en plus compromis. En effet, selon le dernier sondage de Ifop et dans l'hypothèse d'une triangulaire, il recueillerait 33% des suffrages, contre 43% pour Nathalie Chabanne et 24% pour le candidat UMP.

"Les raisons de ce résultat sont très claires", a détaillé un François Bayrou, très solennel. "Une partie importante de mon électorat traditionnel n'a pas compris, pas accepté ma décision de voter François Hollande au deuxième tour de la présidentielle (...) et les électeurs socialistes ont eux considéré que ce choix ne changeait rien", a-t-il résumé, en constatant "combien il était difficile de tendre la main".


Se prononcer "en conscience"

Pas question pour l'ex-candidat à la présidentielle de "renoncer", a-t-il ajouté, montrant ainsi sa volonté de poursuivre son combat contre la bipolarisation. "Nous allons livrer ce deuxième tour avec tout notre engagement et sans rien lâcher parce que nous savons son enjeu : qu'il y ait à l'Assemblée des voix libres", a-t-il lancé en appelant ses électeurs à se prononcer "en conscience" et "en pensant à l'avenir".

Politiquement, un échec aux législatives affaiblirait considérablement la position du président du MoDem qui perdrait non seulement une tribune mais également la légitimité que confère un suffrage national. En cas de défaite, il ne serait plus que conseiller municipal de Pau.

Des centristes de droite menacés

Cet échec pourrait également conduire à un éclatement du MoDem, divisé entre partisans d'une alliance avec la majorité PS, indépendants, et ceux qui voudraient participer à un groupe centriste avec les "frères ennemis" du centre-droit. Au sein des partis centristes, le MoDem qui présentait 400 candidats sous le label du "Centre pour la France" était crédité dimanche de 1,5% des voix. Un effondrement par rapport à son score de 2007 (7,61%).

Le Nouveau centre d'Hervé Morin, qui comptait 24 députés sortants et 2 apparentés, a présenté 83 candidats dont 15 députés sortants. L'ancien ministre de la Défense est arrivé dimanche en ballottage favorable (38,40%) dans l'Eure.

Pour exister, encore faudrait-il que le MoDem ait des élus et puisse trouver un accord avec les centristes de droite qui lui sont hostiles. Ces derniers sont également divisés et comptent aussi des personnalités menacées. Parmi celles-ci, le numéro 2 du Parti radical, Laurent Hénart, était dimanche en ballottage défavorable (34,5% contre 38% au PS).

>>> Les dernières informations sur ce premier tour des élections législatives,cliquez-ici.

>>> Les résultats de votre circonscription,cliquez-ici.

  • a a
6

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. 14h02

    Les eurosceptiques anglais rejettent la main tendue du FN

  2. Hier

    Légion d'honneur : Me Kiejman et Renaud Lavillenie

  3. Hier

    Cambadélis : le PS "touché mais pas coulé"

  4. Hier

    Hollande "souhaite un plein succès" à Bouteflika

  5. Hier

    Valérie Fourneyron est sortie de l'hôpital

  6. Hier

    Hollande déclare n'avoir "aucune raison d'être candidat" si le chômage ne baisse pas

  7. Hier

    Hollande : Aquilino Morelle a "pris la seule décision qui convienne"

  8. Hier

    Présidence de Lille Métropole : Castelain succède à Aubry

  1. Hier

    Aquilino Morelle annonce sa démission

  2. Hier

    Non, Morelle n’avait pas demandé l’autorisation à l’Igas

  3. Hier

    EELV "ne votera pas en l'état" le plan d'économies de Valls

  4. Hier

    La visite de Hollande en Auvergne, "c'est râpé"

  5. Hier

    "Affaire Morelle" : Cambadélis monte au créneau

  6. Hier

    "A. Morelle doit démissionner", tweete un député PS

  7. Hier

    Le PS va lever sa tutelle sur les fédérations des Bouches-du-Rhône et du Pas-de-Calais

  8. Hier

    Jean-Marie Le Pen : en 2002, "nous n'étions pas prêts"

  1. Hier

    Liens avec les labos : la réponse d'Aquilino Morelle

  2. Hier

    Pour Valandrey, Trierweiler a été "humiliée"

  3. Hier

    RSA : Cambadélis demande "un petit coup de pouce"

  4. Hier

    Cambadélis : "Valls a pris le taureau par les cornes"

  5. Hier

    Cohn-Bendit : "Je laisse la place aux générations montantes"

  6. Hier

    Voynet nommée à l'Igas, Bartolone voit rouge

  7. Hier

    Catherine Deneuve tacle Sophie Marceau et défend Hollande

  8. Hier

    En fait, Noël Mamère va cumuler

  1. Hier

    Gérard Collomb réélu président du Grand Lyon

  2. Hier

    Bruno Le Roux tente d'étouffer la fronde des députés PS

  3. Hier

    Une partie du PS "atterrée" par les annonces de Valls

  4. Hier

    Les vibrants adieux de Cohn-Bendit au Parlement européen

  5. Hier

    Tarifs d’EDF : Royal laisse les experts sceptiques

  6. Hier

    Salaires des fonctionnaires : Valls confirme "le gel du point d'indice"

  7. Hier

    Valls : pas de remise en cause "du Smic"

  8. Hier

    Valls détaille son plan d'économies de 50 milliards

  1. Hier

    Bayrou sur le "Smic jeunes" : "Nous avons le devoir de dire non"

  2. Hier

    Bayrou : "les débuts de Valls sont réussis"

  3. Hier

    Oui, les animaux sont "doués de sensibilité"

  4. Hier

    Mariton : sur Valls, l'UMP a fait "une erreur d'appréciation"

  5. Hier

    Cambadélis officiellement élu premier secrétaire du PS

  6. Hier

    Cambadélis propose des "Etats généraux des socialistes"

  7. Hier

    Le microparti de Marine Le Pen dans le viseur de la justice

  8. Hier

    Didier Guillaume élu patron des sénateurs PS

  1. Hier

    Valérie Fourneyron hospitalisée pour un "syndrome méningé"

  2. Hier

    Un regroupement Haute-Normandie-Picardie ?

  3. Hier

    Laguiole : pour le maire, "on marche sur la tête"

  4. Hier

    Jean-Vincent Placé porte plainte pour diffamation

  5. Hier

    FN : Le Pen et Coûteaux, c'est fini

  6. Hier

    Affaire Gayet : Sophie Marceau traite Hollande de "goujat"

  7. Hier

    David Assouline ne veut plus être le porte-parole du PS

  8. Hier

    Manuel Valls en visite à Berlin

  1. Hier

    Bosser pour Ayrault, ça rapportait combien ?

  2. Hier

    Mélenchon : Hollande et Valls "comme deux olives dans un pressoir"

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement