Prostate : un homme sur trois traité pour rien

Par Sophie Amsili et Anne Le Gall

Publié le 23 avril 2013 à 12h06 Mis à jour le 23 avril 2013 à 14h44

Trop de prévention

Des médecins bretons mettent en garde contre l'excès de dépistage du cancer de la prostate.

Trop de cancers non agressifs sont opérés ou irradiés, dénonce le Pr François Desgrandchamps.

Le chiffre. En France, un tiers des hommes atteints d'un cancer de la prostate sont surtraités, selon une analyse publiée par la Revue du Praticien, un mensuel destiné aux médecins généralistes, et relayée par le site Pourquoi Docteur.

"Beaucoup n'ont de cancer que le nom". A la suite d'un examen, lorsque des cellules cancéreuses sont détectées, beaucoup d'hommes sont orientés, parfois à leur demande, vers la chirurgie, des rayons ou une chimiothérapie. Or, le dépistage a fait des progrès depuis dix ans et on est aujourd'hui capable d'identifier des cancers de la prostate non agressifs dont l'évolution sera lente.

Ainsi, parmi les patients traités, "beaucoup d'entre eux n'ont de cancer que le nom", affirme au micro d'Europe 1 le professeur François Desgrandchamps qui dirige le service d'urologie de l'hôpital Saint-Louis à Paris qui a coordonné l'analyse. "Ce sont en fait des formes de vieillissement de la prostate qui peuvent être simplement surveillées." D'où des statistiques "édifiantes", selon le professeur : un quart des hommes âgés de 50 ans et 80% des hommes de 80 ans présentent un foyer de cancer de la prostate non agressif. Pour ce type de cancer, "c'est une honte de le traiter parce qu'il ne va pas évoluer", condamne le Pr Desgrandchamps.

Des séquelles. Or, ces traitements ne sont pas anodins. Au-delà des effets psychologiques, les séquelles physiques peuvent être importantes : un homme opéré sur dix est incontinent et un sur trois est impuissant. Après une radiothérapie, ils sont même deux tiers à souffrir d'impuissance.

Pourquoi un tel zèle ? La première raison est liée à la peur associée au mot "cancer", estime le professeur. "Dans la tête des praticiens comme des patients, cancer = mort = traitement, sinon risque mortel", explique le Pr Desgrandchamps. "C'est l'équation habituelle. Là, ce n'est pas le cas : il n'y a pas un mais des cancers de la prostate et certains ne sont pas graves."

Une deuxième raison est plus économique : la tarification à l'activité et les classements des hôpitaux qui s'appuient sur le nombre d'actes médicaux réalisés poussent les praticiens à traiter plus que nécessaire. Plus taboue, cette raison ne peut être ignorée même si elle est concerne une minorité de médecins.

  • a a
2

Et aussi

> Suivez l'info Europe 1 en continu sur , et réagissez sur

En ce moment sur Europe 1

Le flash
  1. 10h53

    Dupraz : "on peut battre le PSG à l'apéro"

  2. 10h41

    Les proches de Rodrigues Leal en colère

  3. 09h54

    Cyril Hanouna arrête Nouvelle Star

  4. 09h49

    Moyes viré, l'action de Manchester prend 6%

  5. 09h35

    Comment activer votre nouveau profil Twitter ?

  6. 09h35

    Combien d'euros en moins dans le portefeuille des retraités ?

  7. 09h13

    Audiences : Anne Sinclair passionne sur France 2

  8. 08h48

    Wauquiez : "il faut une Europe à plusieurs vitesses"

  9. 08h25

    Une lettre arrive 45 ans plus tard à la nouvelle adresse

  10. 08h24

    L'opération de com' ratée de la police de New York

  1. 08h03

    Les résidences privées pour seniors, "un système mafieux"

  2. 08h01

    Teddy Riner papa d'un petit garçon

  3. 07h42

    Il se déguise en pompier pour voler leur camion

  4. 07h04

    Croissance : le Haut conseil des finances publiques plutôt optimiste

  5. 06h56

    Pourquoi le paresseux n'a-t-il pas l'estomac en vrac ?

  6. 06h36

    Rio : violentes émeutes après la mort d'un habitant

  7. 06h19

    La Fonction publique employait 5,5 millions de personnes fin 2012

  8. Hier

    Stromae : être aux Guignols et à Grévin, c'est "bizarre"

  9. Hier

    Chelsea n'a pas craqué face à l'Atletico

  10. Hier

    Le monstre du Loch Ness repéré par Apple ?

  1. Hier

    Enfant laissé en discothèque : la mère sous contrôle judiciaire

  2. Hier

    Avez-vous déjà renoncé à changer de lunettes à cause du prix ?

  3. Hier

    La mort de l'otage Gilberto Rodrigues Leal ne restera pas "impunie"

  4. Hier

    Aquilino Morelle visé par une enquête préliminaire

  5. Hier

    Suisse : bientôt un Smic à 3.240 euros ?

  6. Hier

    SOS Racisme porte plainte après un article du Progrès

  7. Hier

    La nuit, Catherine Deneuve regarde "Mad Men"

  8. Hier

    Affaire Kulik: Willy Bardon est sorti de prison

  9. Hier

    Boxe : le frère cadet Klitschko sur le ring

  10. Hier

    Cahuzac : "le prix de la vérité était trop lourd"

  1. Hier

    NBA : Popovich meilleur entraîneur de la saison

  2. Hier

    Bygmalion : Bastien Millot mis en examen pour "favoritisme"

  3. Hier

    Ukraine : "l'opération anti-terroriste" va reprendre

  4. Hier

    Tarantino : The Hateful Eight pourrait finalement voir le jour

  5. Hier

    Cyclisme : le clergé organise son championnat

  6. Hier

    Oscar Pistorius n'a pas pris de cours de théâtre

  7. Hier

    Airbnb supprime 2.000 annonces à New York

  8. Hier

    Leonardo Di Caprio dans la peau de Steve Jobs au cinéma ?

  9. Hier

    Economies : "Le dialogue avec le gouvernement continue" (Le Roux)

  10. Hier

    L'incompétence coûte cher aux entreprises françaises

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues