Comment défendre le droit à l’IVG ?

Par Anne Le Gall, Damien Brunon et Gabriel Vedrenne

Publié le 7 novembre 2013 à 06h37 Mis à jour le 7 novembre 2013 à 08h40

Près d'une femme sur trois a bénéficié d'un avortement en France.

Près d'une femme sur trois a bénéficié d'un avortement en France. © MAX PPP

EXCLU E1 - Un rapport préconise notamment de supprimer le délai de réflexion alors que les femmes ont déjà souvent fait leur choix.

L’INFO. Défendre le droit à l’IVG, voilà ce que propose le rapport du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh), qu'Europe 1 a pu consulter en exclusivité. Il faut dire que le manque de structures et les discours anti-avortement de certains lobbys menacent ce droit acquis en 1975. Le rapport qui doit être rendu jeudi à Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des femmes, invite ainsi le gouvernement à moderniser une législation qui a peu évolué depuis la loi Veil. L’objectif : protéger un droit dont près d’une femme sur trois bénéficie au cours de sa vie.

Le contexte : Bénéficier d'une IVG, un parcours du combattant. Le droit à l’IVG est un acquis menacé chaque jour en France. 130 établissements de santé pratiquant l’avortement ont fermé ces dix dernières années et l’évolution démographique du personnel médical, notamment le manque de vocation en gynécologie, éloignent les femmes de ce droit. Enfin, si l’acte en lui même est totalement remboursé, les frais médicaux annexes ne le sont pas. Près de la moitié des recommandations du Conseil sont donc destinées à améliorer l’accès à l’IVG.

>> Ecoutez l'interview de Marie-Laure Brival, gynécologue-obstétricienne, chef de service à la Maternité des Lilas :

>> Ce que le rapport préconise. Le rapport balaie donc toutes les problématiques, de la formation des praticiens à la situation précaire des centres d'IVG en passant par l’anonymat et la gratuité des procédures. En voici les principales propositions :

66 médecins installés dans les grandes villes françaises facturent leur consultation jusqu'à 5 fois le tarif conventionnel.

© MAXPPP

Idée n°1 : supprimer la clause de conscience. Cette disposition permet aux médecins de refuser une IVG au nom de leurs valeurs mais "depuis 2001 et l'évolution de la loi augmentant le délai d'interruption de grossesse, beaucoup de médecins ont invoqué cette clause de conscience pour ne pas appliquer la loi", a regretté Marie-Laure Brival, gynécologue obstétricienne et chef de service à la maternité des Lilas, en Seine-Saint-Denis, jeudi matin sur Europe 1. Cette clause de conscience, qui s'applique pour tous les actes médicaux, n'est pourtant inscrite dans la loi que dans le cas de l'IVG, souligne celle qui est aussi membre de l'association nationale des centres d'interruption de grossesse. Le rapport propose donc de supprimer cette singularité, même si les médecins pourront toujours invoquer cette clause.

"Ce bébé, c'était sacré pour moi"

© MAXPPP

Idée n°2 : En 1975, Simone Veil, à l’origine de la loi, avait réussi à convaincre les plus sceptiques en ajoutant un délai de réflexion. Dès lors, lorsqu’une femme voulait se faire avorter, elle devait passer par deux rendez-vous dans un délai de sept jours. Le rapport préconise de supprimer cette période de réflexion. “Les acteurs de terrain observent que les femmes ont réfléchi préalablement à la première consultation et que leur choix est dans la plus grande majorité des cas déjà affirmé”, détaille le Conseil. Ce que confirme Marie-Laure Brival : "ce délai de réflexion n'a pas beaucoup de sens en pratique. Pour nous professionnels qui avons une grande habitude de cette problématique, les femmes, quand elles téléphonent pour prendre un rendez-vous dans un centre d'IVG, ont déjà pris leur décision pour 95 à 98% d'entre elles". "Ce sont des personnes autonomes, responsables", souligne-t-elle, dénonçant à demi-mot que les femmes sont encore considérées par certains comme des individus aux limites de la minorité.

Idée n°3 : Remplacer quelques mots du Code de la santé, c’est une autre proposition du Conseil. Jusque là, le droit n’ouvrait en principe la porte de l’IVG qu’aux femmes “dans une situation de détresse”. La réalité étant bien différente désormais, le rapport propose d’évoquer les “femmes qui ne souhaite(nt) pas poursuivre une grossesse”.

Idée n°4 : Il est aussi proposé que l’IVG soit introduite dans les programmes d’études de médecine dès les premières années.

Idée n°5 : Un moratoire sur la fermeture des centres pratiquant l’IVG pourrait être mis en place. L'objectif est de garantir un accès rapide et de proximité à l'IVG, où qu'on se trouve en France. Or le rapport pointe notamment le cas de femmes "obligées de faire 150 kilomètres" et refusées pour cause de files d'attente trop importantes, en raison notamment d'une concentration des centres proposant de pratiquer l'IVG.

Comment défendre le droit à l’IVG ?

© DR

Une idée déjà réalisée : créer un site d'information. Suite aux recommandations du précédent rapport de l'HCEfh, le gouvernement a déjà lancé un site internet dédié à cette question : ivg.gouv.fr. Il s'agit d'une réponse à toute la propagande anti IVG qui pullule en ligne. "Il faut absolument combattre un certain nombre de choses qui ont beaucoup cours sur les sites anti-IVG : c'est les conséquences psychologiques d'une interruption de grossesse", confirme la chef de service à la Maternité des Lilas. "C'est un serpent de mer qu'on ressort régulièrement et qui n'a pas lieu d'être. (...) Il y a des situations, comme n'importe quelle autre situation de vie, où la question du choix reste difficile, qu'il s'agisse de l'IVG ou d'un autre acte de la vie."

  • a a
6

Et aussi

> Suivez l'info Europe 1 en continu sur , et réagissez sur

6 Commentaires

  1. Par minusbb à 20:00 le 07/11/2013

    tolerance

    s''il y a une chose que vous vous etes juré de ne jamais faire, il parait juste d'accepter que les autres se soient juré de ne jamais faire ... une IVG par exemple Avez vous vu un bébé en miettes? Pas fier quand c'est vous qui l'avez réduit à cet état!AJ médecin

  2. Par Vivi45 à 14:01 le 07/11/2013

    Ce n 'est pas par plaisir

    qu'une femme prend cette décision, va se soumettre à ces questions et épreuves Chaque cas est particulier et personnel, arrêtez de juger dans le vague, la fécondité de la France n'est pas en cause et les questions religieuses ne doivent préoccuper que ceux qui y croient

  3. Par FOCAL67 à 12:46 le 07/11/2013

    Pas peur de la contradiction

    Pour justifier l'abandon du délai de réflexion, le Dr Brival indique que les femmes sont matures, informées, décidées. Certes. Mais alors pourquoi craindre "la propagande anti IVG qui pullule en ligne", qui ne peut donc avoir d'impact vu les qualités susmentionnées. Et de conclure "Il y a des situations où la question du choix reste difficile". Ce qui paradoxalement justifie le délai de réflexion!

Tous les commentaires

En ce moment sur Europe 1

Le flash
  1. 08h36

    Didier François : "on a fait des jeux d’échecs avec des boîtes de fromage"

  2. 08h23

    Didier François : "il fallait y aller, c’est indiscutable"

  3. 08h06

    Didier François : "4 jours sans manger et sans boire"

  4. 07h48

    Didier François : "je retrouve ma radio, mon métier"

  5. 07h03

    Enlèvement à Nancy : les parents mis en examen et écroués

  6. 06h43

    Un avion de Malaysia Airlines atterrit d'urgence

  7. 06h42

    Bielsa à l'OM, ça va se faire "dans les prochains jours"

  8. 06h13

    Naufrage du ferry: la présidente de Corée accuse l'équipage

  9. 00h11

    Foot : Messi maintient le Barça en vie

  10. Hier

    Ligue 1 : OM-Lille, vraiment nul

  1. Hier

    Valenciennes : des incidents après le match

  2. Hier

    Basket-NBA : les Spurs bien lancés

  3. Hier

    Faut-il continuer à envoyer des journalistes en Syrie ?

  4. Hier

    Ligue 1 : Lorient, de 1-4 à 4-4 en 5 minutes

  5. Hier

    Ligue 1 : Valenciennes implose contre Nantes

  6. Hier

    Foot : l'AC Ajaccio relégué en Ligue 2

  7. Hier

    Présidentielle en Afghanistan : Abdullah en tête au premier tour

  8. Hier

    Boxe : mort de Rubin "Hurricane" Carter

  9. Hier

    La capsule Dragon s’est amarrée à la Station spatiale internationale

  10. Hier

    Algérie : le concurrent Ali Benflis affirme avoir gagné

  1. Hier

    Tennis : Wawrinka domine Federer

  2. Hier

    Cyclisme-Amstel : Gilbert comme chez lui

  3. Hier

    Edouard Elias : "Tout ce que j'attends, c'est reprendre un appareil photo"

  4. Hier

    VIDÉO - Le but fantastique de Berbatov

  5. Hier

    Tarn : les locaux d'une société de vente de reptiles partent en fumée

  6. Hier

    Angleterre : Liverpool creuse l’écart

  7. Hier

    Hamilton et Mercedes en balade à Shanghai

  8. Hier

    La paix au centre de la messe de Pâques du pape François

  9. Hier

    Ukraine : fusillade dans l’est du pays

  10. Hier

    L'un des réacteurs de Fessenheim redémarre

  1. Hier

    Algérie : onze militaires tués en Kabylie

  2. Hier

    Syrie : Laurent Fabius parle d'indications récentes d'attaques chimiques

  3. Hier

    Laurent Fabius confirme que des geôliers parlaient français

  4. Hier

    Hollande : "L’État ne paie pas de rançons"

  5. Hier

    Hollande : "un jour de joie pour la France"

  6. Hier

    Les journalistes libérés à l'heure des retrouvailles

  7. Hier

    Didier François : "Faut pas pleurer. Je suis en pleine forme, moi"

  8. Hier

    Les journalistes ex-otages ont atterri à Evreux

  9. Hier

    Légion d'honneur : Me Kiejman et Renaud Lavillenie

  10. Hier

    Cambadélis : le PS "touché mais pas coulé"

  1. Hier

    Les ex-otages français sont en route pour la France

  2. Hier

    Foot : la Coupe de la Ligue pour le PSG

  3. Hier

    Valérie, soeur de Didier François : "On y pensait en se réveillant"

  4. Hier

    Fabien Namias livre les derniers échanges avec Didier François

  5. Hier

    Naufrage en Corée du Sud : les premiers corps retrouvés

  6. Hier

    Incident à Fessenheim : la centrale à l'arrêt

  7. Hier

    Les otages en Syrie de retour en France dimanche matin

  8. Hier

    Retour des otages : pour Florence Aubenas, "chacun fait comme il peut"

  9. Hier

    Un Français sur deux pour le gel des prestations sociales

  10. Hier

    Tennis/Monaco : Federer en finale

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues