• International 31/07/2014 - 15:18

    Gaza : un responsable de l'ONU éclate en sanglots

    • Réagir

    L'INFO. "Il y a des moments où les larmes disent plus que des mots", s'explique Chris Gunness. Ce porte-parole de l'UNRWA, l'agence chargée des réfugiés palestiniens pour l'ONU, a fondu en larmes après une interview avec Al-Jazeera, la chaîne qatarie, a repéré Francetv info. Une attaque qui touche une école de l'ONU. Ce représentant de l'ONU s'exprimait sur une frappe israélienne qui a touché une école administrée par l'UNRWA dans le camp de Jabaliya. Au moins 16 personnes qui avaient trouvé refuge dans le bâtiment sont mortes dans cette attaque.>> LIRE AUSSI - L'ONU dénonce l'attaque d'une école"Les droits des Palestiniens, même des enfants, sont totalement bafoués. C'est épouvantable", déclare-t-il en duplex. Chris Gunness termine son interview, retenant visiblement ses larmes. A peine est-il remercié par le présentateur qu'il fond en larmes, tandis que la caméra s'écarte de lui. Une autre personne arrive pour le consoler.Sur son compte Twitter, Chris Gunness assume totalement. Engagé pour la cause des Palestiniens - l'UNRWA a actuellement près de 200.000 Palestiniens à charge dans 86 abris dans la bande de Gaza -, il estime que "ses larmes sont insignifiantes comparées à celles des habitants de Gaza".There r times when tears speak more eloquently than words. Mine pale into insignificance compared with #Gaza's RT http://t.co/JdS0AMTto1— Chris Gunness (@ChrisGunness) 31 Juillet 2014

  • Multisports 31/07/2014 - 14:14

    Une affaire de dopage dans l'athlétisme français ?

    • Réagir

    Garde à vue prolongée. Le contrôle positif en juin dernier de Quentin Bigot, spécialiste du lancer du marteau, est-il en train de devenir une plus ample affaire de dopage dans l'athlétisme français ? Le manager national des lancers à la Fédération française d'athlétisme (FFA), Raphaël Piolanti, a en effet été placé en garde à vue mardi, une garde à vue qui a été prolongée jusqu'à mercredi. Agé de 46 ans, l'ancien champion de France du lancer de marteau et entraîneur de cette discipline à Amnéville, en Moselle, est mis en cause "pour avoir contribué au dopage de plusieurs sportifs, deux ou trois, dont Quentin Bigot".Champion d'Europe Juniors 2011 du marteau, Bigot a été contrôlé positif à un stéroïde anabolisant fin juin lors des Championnats d'Europe d'athlétisme par équipes à Brunswick, en Allemagne. Selon le procureur de la République adjoint de Metz, Gilles Bourdier, il est encore "difficile" de mesurer le rôle de Piolanti dans cette affaire.Une affaire qui tombe mal. Outre Bigot, deux autres lanceurs entraînés à Amnéville par Piolanti et deux autres sportifs de son entourage ont été entendus et perquisitionnés par les gendarmes ces derniers jours. Et leurs auditions "tendent globalement à confirmer qu'il y a un problème autour de M. Piolanti". Les produits dopants incriminés, à base de testostérone, étaient destinés à accroître la masse musculaire et à réduire la masse graisseuse. "Un grand nombre de ces produits peuvent avoir un usage médical légal et il est possible de s'en procurer en doses réduites de façon légale", a précisé le procureur adjoint. Cette affaire de dopage tombe mal alors que débutent, le 12 août prochain, les championnats d'Europe, à Zurich, en Suisse.>> LIRE AUSSI : Athlé : Lemaitre rêve d'un nouveau triplé

  • Economie 31/07/2014 - 13:45

    Auto : faute de repreneur, les actifs de Mia sont mis aux enchères

    • Réagir

    L'info. Aucune offre de reprise n'a été retenue jeudi par le tribunal de commerce de Niort pour le fabricant français de voitures électriques Mia, placé en liquidation judiciaire en mars dernier, et dont les actifs seront mis aux enchères, a-t-on appris auprès de la juridiction. Le juge-commissaire a décidé de "ne pas retenir les offres qui lui ont été soumises" et de "faire vendre aux enchères les actifs de l'entreprise", a-t-on précisé au greffe du tribunal, dans une annonce qui sonne le glas des minces espoirs de sauvegarde de l'emploi pour une partie des 200 ex-salariés licenciés en mars.>> A LIRE AUSSI - Auto: Mia Electric en redressement judiciaireFin de l'espoir pour les salariés. La décision du tribunal de commerce, même si elle était pressentie de source proche du dossier, "est très symbolique: la marque Mia est morte", a-t-on réagi de source syndicale. "Mais du point de vue social, c'était joué bien avant", a ajouté Alfredo Dias Couto, représentant CFDT et élu au CE. Une décision funeste pour l'emploi était pressentie depuis que la justice, mi-mai, avait remis à plat la liquidation judiciaire de Mia Electric (Cerizay, Deux-Sèvres), considérant qu'il s'agit d'une cession d'actifs et non d'activité, un contexte moins favorable pour l'emploi.>> A LIRE AUSSI - La Mia officiellement lancéeUn dossier emblématique pour Royal. Avant cette décision de mi-mai, trois offres fermes étaient pendantes, dont une contenait un engagement à reprendre 76 emplois. Depuis, les offres avaient évolué, mais l'une au moins, Mia Generation, se proposait de "relancer la construction du véhicule, mais en mode start up" avec pour cible une voiture électrique à 10.000 euros visant le grand public, selon son président Gwenaël Cottais. Le dossier de Mia était un dossier emblématique pour la région Poitou-Charentes, qui a bénéficié du soutien appuyé de l'ancienne présidente de la région et actuelle ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, qui a appelé a plusieurs reprises à accélérer la révolution de la voiture électrique. La région Poitou-Charente détient 12% des parts de Mia Electric. La vente aux enchères des actifs de Mia devrait avoir lieu en septembre.

  • France 31/07/2014 - 13:21

    Crash du MH17 : les experts internationaux sont arrivés sur le site

    • Réagir

    Les experts néerlandais et australiens sont arrivés jeudi sur le site du crash du Boeing de la Malaysia Airlines dans l'Est de l'Ukraine, où ils étaient empêchés de se rendre depuis dimanche par les combats, a annoncé l'OSCE. "Les observateurs de la mission de l'OSCE ont atteint le site du crash du MH17 pour la première fois en près d'une semaine, accompagnés de quatre experts néerlandais et australiens", a indiqué l’organisation sur Twitter, ajoutant qu'ils avaient employé un itinéraire différent des jours précédents.>> LIRE AUSSI - Crash en Ukraine : l'enquête confirme "une forte explosion" OSCE SMM monitors reach #MH17 crash site for 1st time in almost week, accompanied by 4 Dutch, Australian experts. Used new route to access— СММ ОБСЄ в Україні (@OSCE_SMM) 31 Juillet 2014 L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe est chargée de faciliter le travail des enquêteurs du crash du Boeing malaisien, abattu par un missile en zone contrôlée par les séparatistes, qui a fait 298 morts le 17 juillet. "Pour l'instant, il ne s'agit que d'un travail de reconnaissance, afin que les recherche puissent commencer le plus vite possible lors de la prochaine visite", a précisé le ministre de la justice néerlandais dans un communiqué.Les experts médico-légaux et policiers néerlandais et australiens qui voulaient se rendre sur le site du crash MH17 en début de semaine avaient à nouveau rebroussé chemin pour des raisons de sécurité. Des "explosions" ont été entendues à proximité, avait alors indiqué le ministère néerlandais de la Sécurité et de la Justice.>> LIRE AUSSI - MH17 : les experts font (encore) demi-tour

  • France 31/07/2014 - 13:14

    Crash au Mali : une famille dépose une plainte contre X

    • Réagir

    La famille de Véronique Gineste, décédée avec son époux et ses trois enfants à bord du vol de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasée au Mali, a porté plainte contre X pour homicides involontaires, a-t-on appris jeudi auprès de leur avocat. La famille, domiciliée à Saint-Pourçain-sur-Sioule, a déposé plainte lundi contre X pour des faits d'homicides involontaires à la gendarmerie de cette petite commune de l'Allier.>> LIRE AUSSI - Air Algérie : "une question de jours" pour faire parler les boîtes noires (BEA) "Les parents et frère de Véronique Gineste entendent se constituer partie civile pour avoir accès au dossier. C'est une démarche naturelle quand une information judiciaire est ouverte. Ils veulent savoir ce qui s'est réellement passé et font confiance à la justice française pour cela", a déclaré leur avocat Me Gilles-Jean Portejoie. Il a confirmé mercredi après-midi cette démarche aux deux juges d'instruction du Tribunal de Grande Instance de Paris désignés pour enquêter sur le crash, depuis que le parquet de Paris a ouvert mardi une information judiciaire pour "homicides involontaires par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement".>> LIRE AUSSI - Air Algérie : des petits débris sur le site du crash Originaires de Sainte-Feyre dans la Creuse, Bertrand et Véronique Gineste ont péri dans l'avion d'Air Algérie avec leurs trois enfants, un collégien et deux jumeaux, nés en 2000 et 1995. Le père, un pharmacien de Guéret, était membre de Guéret-Zitenga, une association de développement au Burkina Faso. Selon Me Portejoie, il avait effectué un voyage au Burkina Faso avec son épouse et ses enfants "dans le cadre de ses activités associatives".

  • France 31/07/2014 - 13:00

    Ebola : un risque d'épidémie en France faible

    • Réagir

    Le risque d'arrivée en France du virus Ebola est faible, mais une "extrême vigilance" s'impose, déclare jeudi la ministre de la Santé Marisol Touraine dans une interview accordée au Parisien.>> LIRE AUSSI - Ebola : l'épidémie est "hors de contrôle" Les autorités françaises ont déjà établi des recommandations aux voyageurs qui se rendent dans les pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie et le dispositif de veille sanitaire a été mis en alerte, mais aucune restriction de voyage n'a été prise, indique-t-elle. "A l'heure actuelle, le risque d'importation du virus en Europe et en France est faible. Aucun cas importé n'a d'ailleurs été signalé à ce jour", déclare Marisol Touraine dans cet entretien. "Pour autant, une extrême vigilance s'impose face à cette maladie à la fois très grave et très contagieuse, qui progresse en Afrique", ajoute-t-elle. Si le virus était importé en France, la France aurait "les moyens de faire face", estime la ministre de la Santé.>> LIRE AUSSI - Ebola : "Il peut y avoir des cas isolés en Europe" L'épidémie de fièvre Ebola qui touche actuellement l'Afrique de l'Ouest est la plus grave jamais enregistrée, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Elle a déjà tué 672 personnes au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone, selon les derniers chiffres de l'OMS. Un cinquième de ces cas mortels ont été recensés au Liberia, qui a annoncé mercredi qu'il fermait ses écoles et envisageait de placer en quarantaine certaines communautés. De son côté, la Sierra Leone a décrété jeudi l'état d'urgence "pour permettre de prendre des mesures plus fermes face à l'épidémie d'Ebola", sur une période de 60 à 90 jours, éventuellement reconductible. "Ebola est une réalité, et nous devons arrêter sa propagation. Il y a eu plus de 130 survivants de cette maladie", a plaidé le président Ernest Bai Koroma.

  • Multisports 31/07/2014 - 12:28

    Dopage : Steeve Guénot dans le collimateur

    • Réagir

    Un champion olympique français qui a maille à partir avec les autorités antidopage, c'est rare. C'est pourtant ce qui arrive actuellement à Steeve Guénot, sacré champion olympique de lutte gréco-romaine chez les moins de 66 kg à Pékin, en 2008. Le cadet de la fratire Guénot, également médaillé de bronze lors des JO de Londres, a en effet commis trois infractions aux règles de localisation."Négligence administrative". A l'évocation du dossier, la Fédération française de lutte (FFL) a parlé de "négligence administrative". Guénot a une première fois omis de donner les informations obligatoires sur sa localisation, un manquement valant avertissement. Ensuite, toujours selon la FFL, il aurait été absent de son domicile lors de deux contrôles inopinés, très tôt le matin, à une heure où il aurait dû être présent selon les informations communiquées précédemment. Ces deux manquements, ou "no show", ajoutés au premier avertissement, sont passibles d'une suspension de deux ans en vertu du code mondial antidopage.>> LIRE AUSSI : Teddy Tamgho suspendu un anPas de Jeux de Rio 2016 ? La Fédération "espère" également que "notre double médaillé, qui traverse des moments difficiles avec une blessure longue à soigner, saura faire face, surmonter ces nouvelles contraintes et rester mobilisé dans la perspective des JO de Rio en 2016". Mais voir le lutteur de l'US Métro, âgé de 28 ans, participer à ses troisièmes Jeux olympiques dans deux ans tient aujourd'hui de la gageure. En effet, même en cas de peine réduite - à un an en cas de circonstances atténuantes -, Guénot pourrait manquer les sélections olympiques qui auront lieu au cours de la saison 2015.

  • International 31/07/2014 - 12:23

    Se mettre le feu, le nouveau "jeu" à la mode

    • Réagir

    L’INFO. On avait connu le phénomène "necknomination", ce jeu débile consistant à se filmer en train de boire le plus possible. On a trouvé encore pire. Aux Etats-Unis, sous le hashtag FireChallenge, des adolescents se filment et publient sur les réseaux sociaux des vidéos où on les voit se… mettre le feu. Une mode qui a pris de l'ampleur ces derniers jours, passant d'une centaine de mention à 1500 pour la dernière semaine de juillet, explique The Daily Dot. Et cela va en augmentant. Un jeu extrêmement risqué, comme en témoigne les photos de brûlures postées un peu partout. (function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/en_US/all.js#xfbml=1"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk'));Post by Dree Almalikk.Un jeune homme de 15 ans s'est ainsi brûlé au second degré, dans le Kentucky. Le principe est simple : un "complice" enduit le corps de son ami avec du liquide inflammable, puis sort son briquet. Le résultat est aussi impressionnant que stupide :

  • Consommation 31/07/2014 - 12:06

    La viande "étoilée" en supermarché, c'est pour bientôt

    • Réagir

    Macreuse, tendron, flanchet, rond de gîte, aiguillette baronne… vous prenez un air dubitatif quand vous lisez ces mots sur les étiquetages de viande ? Bonne nouvelle, ils devraient disparaître des moyennes et grandes surfaces à partir de décembre, sur décision du ministère de l'Économie. Un arrêté du Journal Officiel publié mercredi présente un nouveau type d'étiquetage avec des étoiles.De une à trois étoiles. Dans ce nouvel étiquetage prévu pour les viandes de bœuf, de veau et d'ovins, le nom de la pièce pourra toujours apparaître mais ne sera plus obligatoire. Il comportera en revanche une, deux ou trois étoiles, selon la qualité de la viande. Ainsi, un rond de tranche, pièce de la cuisse du bœuf, sera classé trois étoiles, c'est-à-dire la qualité maximale. Un rond de gîte noix, lui, recevra une étoile "pour le potentiel de qualité moins élevé". Deux autres informations devront figurer sur l'étiquette : un terme générique tel "rôti" ou "steack" qui est en général familier au consommateur et une recommandation du mode de cuisson."Plus simple et plus compréhensible". Pour le ministère de l'Économie, la raison de ce nouvel étiquetage est simple, il s'agit de faire "plus simple et plus compréhensible". Les noms des pièces de viande sont en effet "peu connus" des consommateurs. >> LIRE AUSSI - Comment bien choisir son poulet ? "Une plus grande satisfaction de ses achats".L'Interbev, l'association interprofessionnelle du bétail et des viandes, se réjouit de la décision. Dans un communiqué, elle explique l'origine de la démarche : "Un simple constat : les consommateurs passent beaucoup plus de temps dans le rayon boucherie libre-service que dans les autres rayons. L'explication tient, en grande partie, à la méconnaissance des différents morceaux de viande". Il précise que ce sont surtout "les jeunes consommateurs qui connaissent moins bien l'offre que leurs aînés". Selon l'Interbev, grâce au nouvel étiquetage, le consommateur "devrait tirer une plus grande satisfaction de ses achats".>> LIRE AUSSI - Ce que nous mangeons n'est pas assez contrôléEt les plats préparés ? Si l'UFC-Que choisir se réjouit de l'arrêté ministériel, l'association de défense des consommateurs reste sur sa faim. Son chargé de mission alimentation, Olivier Andrault, rappelle qu' "il y a encore beaucoup à faire pour les produits préparés où l'étiquetage se limite au type de viande utilisé (viande de bœuf…), sans mention du morceau ou de l'origine".Pour autant, la France, pourtant touchée par le scandale de la viande équine utilisée par Spanghero dans ses lasagnes, n'a pas inclu les plats préparés dans son arrêté. La viande fraîche n'est pas non plus concernée car elle a déjà des règles d'étiquetage très précises.>> LIRE AUSSI - Plats au poisson : qu'y a-t-il vraiment dans notre assiette ?

  • Multisports 31/07/2014 - 11:59

    Athlé : Lemaitre rêve d'un nouveau triplé

    • Réagir

    Christophe Lemaitre entend bien être au rendez-vous des prochains championnats d'Europe, qui auront lieu du 12 au 17 août prochains à Zurich, en Suisse. Mercredi, le sprinteur savoyard a remporté le 100 m du meeting de Castres avec, à la clé, son meilleur chrono de la saison en 10"13. "Maintenant, il faut se battre pour réussir les objectifs, refaire le triplé" à Zurich, a insisté le tout frais quadruple champion de France du 100 m. "Ce sont des objectifs élevés mais j'ai travaillé tout l'hiver pour ça, donc espérons que tout le travail que j'ai fait va porter ses fruits."Le triplé de Barcelone en 2010. Malgré son jeune âge - 24 ans -, Lemaitre est déjà un habitué des championnats d'Europe, qu'il disputera pour la troisième fois. Champion d'Europe du 100 m à Helsinki il y a deux ans, il entend surtout rééditer la performance de 2010 quand, à 20 ans à peine, il avait signé le triplé 100, 200 et 4x100 m à Barcelone. En dépit du chrono réalisé mercredi, modeste pour lui (son record de France est de 9"92), Lemaitre reste confiant : "c'est pas mal, surtout que j'ai fait, après le meeting de Monaco, une semaine et demie, deux semaines de gros travail. C'est sûr que je n'étais pas vraiment à 100%."Depuis sa médaille mondiale à Daegu, en 2001 (3" en 19"80 sur 200 m), Lemaitre tarde à retrouver de sa superbe. Zurich lui offre un beau défi alors que la concurrence promet d'être féroce, entre son compatriote Jimmy Vicaut, meilleur performeur européen de la saison (9"95) mais de retour de blessure, et les sprinteurs britanniques.>> LIRE AUSSI : Lemaitre retrouve son titre sur 100 m