Tilly-Sabco est-elle vraiment en danger ?

Par Damien Brunon et Pascal Berthelot

Publié le 1 novembre 2013 à 12h31 Mis à jour le 1 novembre 2013 à 12h31

Tilly-Sabco a annoncé la suppression de son activité export pour début 2014.

Tilly-Sabco a annoncé la suppression de son activité export pour début 2014. © Maxppp

DECRYPTAGE - L’entreprise bretonne dit craindre pour son avenir, Marylise Lebranchu s’interroge sur le timing de l’annonce.

L’INFO. Nouvelle déclaration fracassante pour l’agroalimentaire en Bretagne : le volailler Tilly-Sabco a annoncé jeudi l’arrêt de ses activités d’exportation en janvier 2014. L’entreprise dit craindre la disparition de 1.000 emplois. “Je ne comprend pas les déclarations de l’entreprise compte tenu de tout ce qui a déjà été proposé”, s’est étonnée la ministre et élue bretonne Marylise Lebranchu vendredi au micro d’Europe 1. L’annonce de Tilly-Sacbo a en effet de quoi surprendre, tant sur la forme que sur le fond. Europe1.fr décortique cette opération de communication inhabituelle.

L’entreprise n’est pas directement en danger

Si Tilly-Sabco dit craindre pour son avenir, il faut néanmoins noter que le volailler breton n’est pas directement en danger à l’heure actuelle. Aucune procédure de liquidation judiciaire n’a par exemple été prise à son encontre.

337 et non pas 1.000 emplois menacés

900 emplois supprimés dans les abattoirs Gad à Lampaul-Guimiliau : le chômage fait peur ces derniers temps en Bretagne. Tilly-Sabco annonce la potentielle disparition de 1.000 emplois dans la région. Elle n’emploie pourtant directement que 337 personnes en CDI pour son activité export.

Un communication inhabituelle...

Ce qui a beaucoup étonné les employés de Tilly-Sabco, c’est le fait que leur employeur n’a pas évoqué l’arrêt de la filière export avec eux avant de prévenir les médias. Ils l’ont tous appris grâce aux informations. L’entreprise a donc délibérément préféré communiquer sur ses difficultés, méthode étrange pour une entreprise en danger.

… Et très précoce

L’activité export de l’entreprise s’arrêtera le 4 janvier 2014, a annoncé le volailler breton, soit dans un peu plus de deux mois. Que la décision ait été prise il y a longtemps ou pas, il y avait une multitude de dates potentielles pour faire cette annonce. Or, elle intervient à deux jours d’une manifestation de grande ampleur pour l’agroalimentaire breton à Quimper.

Des négociations sont en cours

Depuis la suppression de l’aide européenne à l’exportation des volailles, le gouvernement tente de trouver des solutions pour rendre à nouveau compétitive la filière bretonne. L’annonce de l’entreprise semble donc s’apparenter à un coup de pression de la part de l’entreprise bretonne pour obtenir de nouvelles aides de l’Etat.

  • a a
4

Et aussi

> Suivez l'info Europe 1 en continu sur , et réagissez sur

4 Commentaires

  1. Par stockoption à 16:50 le 01/11/2013

    timing?

    on peut également s'interroger sur le timing de la libération des otages français, en pleine crise bretonne, une sorte de bouffée d'oxygène qui tombe a pic

  2. Par arzou à 15:48 le 01/11/2013

    la solution

    il faudrait baisser tout les salaires,ouvriers,et blouses,blanche,trente pour cent de baisse,de salaires,dans les bureaux,et vingt pour cent chez le salarier ouvrier,ça va sauver les emploies,moins de salaires à payer égale moins de charges sociales à payer,ils peuvent s,en sortir largement en pratiquant comme cela,les aides de l,Europe c,est terminé,cela,il faut compter que sur sois même.

  3. Par antiFH59 à 14:13 le 01/11/2013

    agacement de la ministre,

    sur le timing : elle eut sans doute préféré que cela se fasse sous Sarko, mais hélas , tout va de mal en pis et c'est de moins en moins la faute des "autres".

Tous les commentaires

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos économiques
  1. 12h35

    Manuel Valls confirme une "mesure forte" pour les retraités

  2. 06h45

    General Electric voudrait racheter Alstom

  3. Hier

    Économies : le détail des 50 milliards sur 3 ans

  4. Hier

    Plan de stabilité : "un bras d'honneur politiquement correct"

  5. Hier

    Déficit : le gouvernement table sur 3,8% en 2014, 3% en 2015

  6. Hier

    Combien d'euros en moins dans le portefeuille des retraités ?

  7. Hier

    Croissance : le Haut conseil des finances publiques plutôt optimiste

  8. Hier

    Suisse : bientôt un Smic à 3.240 euros ?

  9. Hier

    Economies : "Le dialogue avec le gouvernement continue" (Le Roux)

  10. Hier

    L'incompétence coûte cher aux entreprises françaises

  1. Hier

    Le château de Catherine Deneuve est en vente

  2. Hier

    Lepaon appelle les salariés à se "mobiliser"

  3. Hier

    Taxis : la fréquentation en baisse de 20% ?

  4. Hier

    Déficit : les trois scénarios alternatifs du PS à la méthode Valls

  5. Hier

    Xavier Beulin : les charges des agriculteurs "vont baisser de 3%"

  6. Hier

    Dosettes : Nespresso s'engage à modifier ses pratiques commerciales

  7. Hier

    Réduction des déficits : Montebourg veut des "contreparties" de Bruxelles

  8. Hier

    La Redoute supprime son "gros catalogue"

  9. Hier

    Reims : bonne nouvelle sur le front de l'emploi

  10. Hier

    La création d'entreprises en baisse en mars

  1. Hier

    PSA : en colère, ils offrent leurs primes aux Restos du Coeur

  2. Hier

    Smic : la proposition de Gattaz est "esclavagiste"

  3. Hier

    Angola : le projet à grande échelle de Total

  4. Hier

    3% de déficit : Sapin promet de les atteindre sans délai

  5. Hier

    Les eurodéputés votent l'union bancaire

  6. Hier

    Nantes : la fermeture de l'usine de la Seita confirmée

  7. Hier

    Smic : la proposition choc de Pierre Gattaz

  8. Hier

    La Société Générale condamnée à payer 2 millions d'euros

  9. Hier

    Ecotaxe : Royal veut faire payer les camions étrangers

  10. Hier

    Tarifs EDF : Pas de hausse avant le mois d'août

L'actu économique
General Electric voudrait racheter Alstom

Pourquoi General Electric aurait intérêt à racheter Alstom ?

BONNE AFFAIRE - Outre l’intérêt économique que représente l’entreprise française outre-Atlantique, cette dernière serait un allié de poids sur le marché ferroviaire américain.

Europe 1 sur les réseaux sociaux
L'édito économique
Ce que vaut le programme de stabilité

Ce que vaut le programme de stabilité

On connaît désormais le contenu de ce fameux plan qui permettra à la France d'arriver à 3% de déficit. Nicolas Barré livre son analyse de ce programme au micro de Thomas Sotto.

Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues