Petroplus : aucune offre retenue en l'état

Par Thomas Morel avec agences

Publié le 6 février 2013 à 16h38 Mis à jour le 6 février 2013 à 18h29

Le gouvernement au chevet de Petroplus

© MAX PPP

Les administrateurs judiciaires donnent aux candidats jusqu'au 16 avril pour étoffer leur dossier.

Douche froide pour les salariés de Petroplus. Alors que l'avenir de la raffinerie de Petit-Couronne semblait assuré mardi soir, après le dépôt de cinq offres dont deux étaient jugées "sérieuses et financées" par Arnaud Montebourg, les administrateurs judiciaires n'ont finalement retenu aucun des dossiers proposés, selon les syndicats. Motif : les offres seraient incomplètes. "Les offres qui ont été déposées hier demandent à être finalisées", a expliqué mercredi le ministre du redressement productif, dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

>> A LIRE AUSSI : Cinq offres de reprise pour petroplus

• Délai supplémentaire. Dans l'entourage du ministre du Redressement productif, on affirme que le fait que ces offres n'aient pas été considérées recevables est "absolument normal" dans la mesure où elles sont conditionnées à l'octroi d'un délai supplémentaire pour les finaliser. Afin de ne pas sceller définitivement le sort de Petit-Couronne, les administrateurs judiciaires ont toutefois accordé un délai supplémentaire aux candidats à la reprise. Ces derniers ont désormais jusqu'au 16 avril pour améliorer leur dossier.Arnaud Montebourg doit d'ailleurs recevoir vendredi l'un de ces repreneurs potentiels. Ces deux mois supplémentaires sont cependant la dernière chance de la raffinerie : c'est la date retenue par le tribunal de commerce pour sa mise en liquidation.

Vers un plan social. Pour les salariés de la raffinerie, cette annonce est lourde de conséquences : à en croire Laurent Patinier, délégué CFDT du site, une procédure de consultation en vue d'un plan social a été lancée mercredi. 470 personnes travaillent à Petit-Couronne. Procédure qui devrait commencer très vite, puisque la première réunion sur ce plan devrait se tenir vendredi.

Le repreneur égyptien dément avoir fait une offre. Les cinq manifestations d'intérêt ont été déposées par les sociétés Terrae (suisse), Murzuk Oil (libyenne), FJ Energy Group (nigériane), Damanapol International (française) et Arabiyya Lel Istithmaraa (égyptienne). La direction de cette dernière a cependant démenti mercredi avoir déposé une offre, préférant évoquer un simple "projet à l'étude". Une sixième société, NetOil, a par ailleurs confirmé son offre précédente, qui avait déjà été rejetée par le tribunal, mentionnent les administrateurs.

  • a a
2

Et aussi

> Suivez l'info Europe 1 en continu sur , et réagissez sur

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos économiques
  1. Hier

    Xavier Beulin : les charges des agriculteurs "vont baisser de 3%"

  2. Hier

    Dosettes : Nespresso s'engage à modifier ses pratiques commerciales

  3. Hier

    Réduction des déficits : Montebourg veut des "contreparties" de Bruxelles

  4. Hier

    La Redoute supprime son "gros catalogue"

  5. Hier

    Reims : bonne nouvelle sur le front de l'emploi

  6. Hier

    La création d'entreprises en baisse en mars

  7. Hier

    PSA : en colère, ils offrent leurs primes aux Restos du Coeur

  8. Hier

    Smic : la proposition de Gattaz est "esclavagiste"

  9. Hier

    Angola : le projet à grande échelle de Total

  10. Hier

    3% de déficit : Sapin promet de les atteindre sans délai

  1. Hier

    Les eurodéputés votent l'union bancaire

  2. Hier

    Nantes : la fermeture de l'usine de la Seita confirmée

  3. Hier

    Smic : la proposition choc de Pierre Gattaz

  4. Hier

    La Société Générale condamnée à payer 2 millions d'euros

  5. Hier

    Ecotaxe : Royal veut faire payer les camions étrangers

  6. Hier

    Tarifs EDF : Pas de hausse avant le mois d'août

  7. Hier

    Alstom : 180 postes menacés en France

  8. Hier

    Quand l'Allemagne embauche, c'est toute l'Europe qui se précipite

  9. Hier

    Jeux en ligne : les paris sportifs ont la cote

  10. Hier

    Sapin : "3% en 2015, c'est notre stratégie budgétaire"

  1. Hier

    Nantes : l'usine de la Seita devrait fermer

  2. Hier

    Les banques ont supprimé 80.000 postes en 2013

  3. Hier

    La BCE envisage d'agir contre l'euro fort

  4. Hier

    SFR : Bouygues s'estime victime "d'anomalies"

  5. Hier

    Les chiffres de Pôle emploi labellisés

  6. Hier

    La Cour des comptes épingle l’endettement des hôpitaux

  7. Hier

    La Sécu a dépensé 1,4 milliard de moins que prévu en 2013

  8. Hier

    "Guerre des oursons" : Lindt reprend l’avantage

  9. Hier

    Electricité : la justice impose une hausse rétroactive des tarifs

  10. Hier

    FagorBrandt : feu vert espagnol à Cevital pour un rachat

  1. Hier

    Déficit : Sapin croit à "l'objectif des 3%"

  2. Hier

    Recul historique du travail à domicile

  3. Hier

    Lauvergeon : "Des bruits viennent de gens qui ne me veulent pas du bien"

  4. Hier

    La TVA fête ses 60 ans

  5. Hier

    Les 3 Suisses devraient supprimer 198 postes

  6. Hier

    Travail dominical : les magasins de bricolage resteront bien ouverts

  7. Hier

    Dette : Barnier ne veut pas "un nouveau sursis" de Bruxelles

  8. Hier

    Alcool : nous buvons "moins mais mieux"

  9. Hier

    FNSEA : Xavier Beulin réélu sans surprise

  10. Hier

    Siphons à chantilly : attention danger !

  1. Hier

    50 milliards d'économies : le texte en conseil des ministres le 23 avril

  2. Hier

    Toyota : 110.000 voitures rappelées en France

  3. Hier

    Pour Noyer (BCE), Valls fait une "erreur de diagnostic"

  4. Hier

    La loi sur la transition énergétique sera présentée "avant l'été"

  5. Hier

    Rythmes scolaires : ce que prévoit Valls

  6. Hier

    Valls : coup de pouce pour les plus modestes

  7. Hier

    Valls précise les 50 milliards d'économies

  8. Hier

    Emploi : Valls promet une baisse du coût du travail

  9. Hier

    Valls veut "redonner confiance aux Français"

  10. Hier

    Valls : "Réduire la fracture numérique"

Europe 1 sur les réseaux sociaux
L'édito économique
La fin de la Chine low-cost?

La fin de la Chine low-cost?

Une grève paralyse depuis le début de la semaine le fournisseur Chinois de Nike et d'Adidas, montrant à quel point "l'usine du monde" commence à devenir fragile.

Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues