Le vrai prix de la galette des rois

Par Plana Radenovic

Publié le 10 janvier 2011 à 18h08 Mis à jour le 10 janvier 2011 à 18h08

Le prix de la galette des rois fait le grand écart, entre les grandes enseignes et les artisans.

Le prix de la galette des rois fait le grand écart, entre les grandes enseignes et les artisans. © Maxppp

Gâteau incontournable de chaque début d’année, combien coûte-t-elle vraiment ?

Les Français mangent plus de 30 millions de galettes par an. Avec la bûche de Noël, le pactole est assuré pour les fabricants, qui font, selon la Confédération nationale de la pâtisserie, autour de 10% de leur chiffre d’affaire annuel avec le seul mets des rois mages. Les quelque 25.500 boulangers-pâtissiers de France en profitent-ils pour gonfler les prix ? Europe1.fr a enquêté.

Des œufs, de la farine, du beurre, du sucre et de la poudre d’amandes. Pour toutes les galettes des rois, la composition est sensiblement la même. Mais le coût du traditionnel gâteau de l’Epiphanie, lui, peut varier de 4 euros jusqu'à une trentaine d’euros pour les plus onéreuses.

Combien ça coûte ?

Voici quelques exemples de prix de galettes. A Carrefour, six personnes peuvent tirer les rois pour 2,40 €. Un peu plus cher chez Picard, où les six parts sont à 4,95 €. Dans les boulangeries, le porte-monnaie fait tout de suite grise mine, avec une différence notable entre Paris et la province. A la pâtisserie du Beffroi, à Lille, il faut débourser 9,50 € pour une galette de quatre personnes. A Paris, chez "Du Pain et des Idées", une boulangerie de standing équivalent, la même galette coûte 18 €. La différence est bien sûr due à sa commercialisation en grande surface ou à la boulangerie, à sa fabrication artisanale ou en usine. Mais un tel écart se justifie-t-il ?

Le supermarché paye 1,50 € sa galette

Du côté des grandes surfaces, la question du prix de revient de la galette semble quelque peu taboue. Aucune enseigne n’était en mesure de nous répondre à ce sujet. Même son de cloche du côté de leurs fournisseurs. La Fédération des entreprises de boulangerie et pâtisserie françaises, qui regroupe des fournisseurs de supermarchés, entre autres, se révèle "incapable" de donner le prix de revient d’une galette. Mais le syndicat donne quand même une information générale : si une galette est vendue 5 €, c’est qu’elle en coûte deux à quatre fois moins. Une marge moindre, par rapport aux artisans boulangers, qui s’explique par le fait que les hypermarchés vendent plus en volume.

Sous couvert d’anonymat, un fournisseur nous donne un indice sur la marge des supermarchés. Cette entreprise de taille moyenne nous informe qu’il vend une galette de 500 grammes, soit pour 4 à 6 personnes, sans fève, "un peu moins d’1,50 €" aux grandes enseignes, pour leur rayon pâtisserie. Les gâteaux sont vendus crus et surgelés, les supermarchés les cuisent en magasin.

5 euros pour les ingrédients

Le prix de la galette est un sujet polémique pour les boulangers-pâtissiers aussi, accusés de profiter du côté immanquable du rendez-vous. Prenons l’exemple d’une galette pour 4 personnes, à 25 euros. Le coût des ingrédients représente "autour de 20%" du prix total, selon Jacques Mabille, président de la Chambre professionnelle des artisans boulangers-pâtissiers de Paris. Donc, environ 5 euros pour une galette à 25 €. Avec une variable notable : le coût des amandes, indispensables pour la frangipane, qui fluctue en fonction du marché.

A cela il faut ajouter, précise Jacques Mabille, le loyer, "10% du chiffre d’affaires à Paris". Donc 2,50€ de notre galette de 25€. Et les charges, dont les salaires des employés, "entre 40 et 50% du prix de la galette". Ainsi, si on additionne ces trois chiffres, une galette des rois coûterait au boulanger parisien 20 euros maximum. La marge serait alors de 5 €. Pour en tout, "une demi-heure de fabrication", cuisson comprise, informe Jacques Mabille.

Une marge "plus importante" sur les galettes

Jacques Mabille concède néanmoins que sur la galette des rois, la marge est "légèrement plus importante" que sur le reste des pâtisseries, type éclair au chocolat ou mille-feuilles. Les supermarchés, eux, ne dopent pas plus leur marge sur les galettes que sur d’autres produits.

Cependant, pas de panique. Même dans les boulangeries ou pâtisseries, 2011 ne sera pas l’année de la flambée du prix de la galette. "Tout ce que je peux vous dire, c’est que la plupart des prix n’ont pas bougé, ou alors ils ont très peu augmenté par rapport à 2010", rassure Jacques Mabille.

  • a a
5

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos économiques
  1. Hier

    Xavier Beulin : les charges des agriculteurs "vont baisser de 3%"

  2. Hier

    Dosettes : Nespresso s'engage à modifier ses pratiques commerciales

  3. Hier

    Réduction des déficits : Montebourg veut des "contreparties" de Bruxelles

  4. Hier

    La Redoute supprime son "gros catalogue"

  5. Hier

    Reims : bonne nouvelle sur le front de l'emploi

  6. Hier

    La création d'entreprises en baisse en mars

  7. Hier

    PSA : en colère, ils offrent leurs primes aux Restos du Coeur

  8. Hier

    Smic : la proposition de Gattaz est "esclavagiste"

  9. Hier

    Angola : le projet à grande échelle de Total

  10. Hier

    3% de déficit : Sapin promet de les atteindre sans délai

  1. Hier

    Les eurodéputés votent l'union bancaire

  2. Hier

    Nantes : la fermeture de l'usine de la Seita confirmée

  3. Hier

    Smic : la proposition choc de Pierre Gattaz

  4. Hier

    La Société Générale condamnée à payer 2 millions d'euros

  5. Hier

    Ecotaxe : Royal veut faire payer les camions étrangers

  6. Hier

    Tarifs EDF : Pas de hausse avant le mois d'août

  7. Hier

    Alstom : 180 postes menacés en France

  8. Hier

    Quand l'Allemagne embauche, c'est toute l'Europe qui se précipite

  9. Hier

    Jeux en ligne : les paris sportifs ont la cote

  10. Hier

    Sapin : "3% en 2015, c'est notre stratégie budgétaire"

  1. Hier

    Nantes : l'usine de la Seita devrait fermer

  2. Hier

    Les banques ont supprimé 80.000 postes en 2013

  3. Hier

    La BCE envisage d'agir contre l'euro fort

  4. Hier

    SFR : Bouygues s'estime victime "d'anomalies"

  5. Hier

    Les chiffres de Pôle emploi labellisés

  6. Hier

    La Cour des comptes épingle l’endettement des hôpitaux

  7. Hier

    La Sécu a dépensé 1,4 milliard de moins que prévu en 2013

  8. Hier

    "Guerre des oursons" : Lindt reprend l’avantage

  9. Hier

    Electricité : la justice impose une hausse rétroactive des tarifs

  10. Hier

    FagorBrandt : feu vert espagnol à Cevital pour un rachat

  1. Hier

    Déficit : Sapin croit à "l'objectif des 3%"

  2. Hier

    Recul historique du travail à domicile

  3. Hier

    Lauvergeon : "Des bruits viennent de gens qui ne me veulent pas du bien"

  4. Hier

    La TVA fête ses 60 ans

  5. Hier

    Les 3 Suisses devraient supprimer 198 postes

  6. Hier

    Travail dominical : les magasins de bricolage resteront bien ouverts

  7. Hier

    Dette : Barnier ne veut pas "un nouveau sursis" de Bruxelles

  8. Hier

    Alcool : nous buvons "moins mais mieux"

  9. Hier

    FNSEA : Xavier Beulin réélu sans surprise

  10. Hier

    Siphons à chantilly : attention danger !

  1. Hier

    50 milliards d'économies : le texte en conseil des ministres le 23 avril

  2. Hier

    Toyota : 110.000 voitures rappelées en France

  3. Hier

    Pour Noyer (BCE), Valls fait une "erreur de diagnostic"

  4. Hier

    La loi sur la transition énergétique sera présentée "avant l'été"

  5. Hier

    Rythmes scolaires : ce que prévoit Valls

  6. Hier

    Valls : coup de pouce pour les plus modestes

  7. Hier

    Valls précise les 50 milliards d'économies

  8. Hier

    Emploi : Valls promet une baisse du coût du travail

  9. Hier

    Valls veut "redonner confiance aux Français"

  10. Hier

    Valls : "Réduire la fracture numérique"

Europe 1 sur les réseaux sociaux
L'édito économique
La fin de la Chine low-cost?

La fin de la Chine low-cost?

Une grève paralyse depuis le début de la semaine le fournisseur Chinois de Nike et d'Adidas, montrant à quel point "l'usine du monde" commence à devenir fragile.

Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues