La Chine peut-elle affaiblir le vin français ?

Par Gaétan Supertino

Publié le 5 juin 2013 à 16h08 Mis à jour le 6 juin 2013 à 13h55

La Chine peut-elle affaiblir le vin français ?

Les acteurs du Bordelais, vin privilégié des Chinois, ont dit mercredi prendre au "sérieux" un risque de rétorsion commerciale sur les vins de l'Union européenne importés par la Chine, marché au "potentiel gigantesque", même s'ils estiment qu'on est "encore loin" de sanctions tarifaires. © Reuters

Pékin menace l'UE de sanctions anti-dumping. Faut-il les redouter ? Réponse en cinq points.

L'annonce. "Les menaces de la Chine sur le vin sont gênantes et font très peur. Elles doivent être prises au sérieux". À l'instar d'Alain Sichel, président de l'Union des maisons de Bordeaux, interrogé mercredi sur Europe1, les producteurs viticoles français sont sur le qui-vive. La "menace" dont il est question ? L'annonce faîte par Pékin de l'ouverture en Chine d'une "enquête anti-dumping" sur les vins européens importés dans l'empire du Milieu. Une initiative annoncée en réponse à la décision de Bruxelles de taxer les panneaux solaires chinois aux frontières de l'Union européenne.

>> LIRE : pourquoi Pékin s'en prend au vin

L'enjeu. Le ministère français du Commerce extérieur a immédiatement fustigé la décision de la Chine, la jugeant "exagéré et condamnable". Et François Hollande a demandé une "réunion" des vingt-sept Etats membres de l'Union européenne (UE) pour dégager "une solidarité de point de vue" sur la question. Et pour cause : la France a gros à perdre. Le montant annuel des exportations de vins et spiritueux vers la Chine dépasse en effet 1 milliard d'euros. Et le premier exportateur européen vers l'empire du Milieu est la France, avec 140 millions de litres de vin vendus en 2012, pour un montant de 788 millions de dollars (603 millions d'euros), selon les douanes chinoises.

>>> Mais que risquent réellement les producteurs français ? Peuvent-ils vraiment être condamnés pour "dumping" ? La Chine a-t-elle tous les droits ? On vous explique en cinq questions.

L'UE dépose un recours auprès de l'OMC contre l'Argentine

C'est quoi cette "enquête anti-dumping"? Le "dumping" est un procédé commercial illégal, en vertu des règles de l'OMC dont sont membres la Chine et l'UE. En clair, il y a "dumping" lorsqu'un pays exporte des produits sans respecter les règles de la libre concurrence, en baissant les prix en dessous des prix du marché (lorsque les entreprises vendent à perte par exemple) ou en accordant trop de subventions publiques à l'exportation de ses entreprises. La justice chinoise va bientôt envoyer des questionnaires à tous les acteurs du marché du vin (producteurs européens et chinois, négociants, vendeurs, autorités publiques etc.) et, selon le résultat, pourra condamner ou non l'Europe pour "dumping", à moins que celle-ci ne fasse appel devant l'OMC. "Nous avons observé une hausse rapide des importations vinicoles de l'UE ces dernières années et nous entreprendrons cette enquête conformément à la loi", s'est justifiée Pékin.

Que se passera-t-il si le "dumping" est avéré? Le gouvernement chinois pourra décider de relever ses taxes sur l'importation de vin européen (elles s'élèvent déjà à 48%). Or, une hausse des droits de douanes auraient de lourdes conséquences pour les producteurs du Vieux-continent. "En Chine les taxes sont déjà très élevées. Les augmenter entrainerait des dégâts très importants sur nos exportations. Il est absolument essentiel d'évoluer sereinement dans ce dossier", a prévenu Alain Sichel sur Europe1.

318 grands crus volés... retrouvés par hasard

© MAXPPP

Les producteurs européens font-ils vraiment du "dumping"? C'est en tout cas l'avis de l'Association chinoise de l'industrie des boissons alcoolisées, qui a récemment fustigé les subventions de l'UE. "Presque chaque producteur de vin chinois a subi l'impact de l'Union européenne", a ainsi dénoncé Wang Zuming, un responsable de l'association. Mais "la production chinoise est encore limitée. On peut douter de leur expertise en matière de dumping", tempère pour sa part l'économiste spécialiste de l'Asie, Claude Meyer, contacté par Europe1.fr. "Du dumping, dans les vins de Bordeaux en tout cas, il n'y en a pas", estime également Alain Sichel, de l'Union des maisons de Bordeaux.

Les producteurs Français perçoivent certes 300 millions d'euros par an de subvention, dont 280 de l'UE. Mais la Commission européenne a démenti fermement toute subvention spécifique pour les exportations. Il reviendra donc à la Chine de décider si cela est de nature à entraver la concurrence avec ses producteurs locaux. "Ils vont se glisser dans la brèche des subventions et feront ce qu'ils veulent de toute façon. S'ils décident des sanctions et augmentent les taxes, on ne pourra pas les en empêcher. Ils trancheront de manière unilatérale", prédit pour sa part Olivier Poels, journaliste à la Revue des vins de France, interrogé par Europe1.fr.

Quel recours pour l'UE ? Si Pékin adopte des sanctions "anti-dumping" contre les vins européens, l'Union européenne pourra toujours faire appel devant l'OMC. Ce sera alors à l'Organe de règlement des différends (ORD) de décider s'il y eu ou non "dumping", et d'exiger de la Chine qu'elle réduise ses taxes. "Mais le jugement peut prendre des mois, voire des années", estime l'économiste Claude Meyer.

Comment trouver un job d'été à l'étranger ?

© Reuters

Pékin osera-t-il surtaxer le vin ? La question divise les experts. "Chacun montre ses muscles et son pouvoir de rétorsion. L'UE taxe les panneaux solaires chinois et la Chine menace le vin. Et elle a déjà voté des sanctions par le passé, sur d'autres produits. En général, elle ne se prive pas de mettre ses menaces à exécution ", analyse Claude Meyer. "Cela apparaît comme une menace de guerre commerciale", craint également Tao Jingzhou, associé du cabinet juridique Dechert LLP China. "Le conflit est assurément en train de dégénérer", renchérit Yao Wei, une économiste basée à Hong Kong pour la Société Générale.

D'autres observateurs se montrent toutefois plus confiants. "Je ne suis pas inquiet outre mesure. Je ne sais pas si les Chinois vont sacrifier leur vin préféré (le Bordeaux ndlr) pour une histoire de panneaux solaires", estime ainsi Pierre Lurton, producteur de Saint-Emilion. "Même si le vin était surtaxé, je ne pense pas que ça arrêterait les investissements chinois, ni même les ventes de vin en Chine car la classe moyenne est énorme et a les moyens", tranche également Karin Maxwell, de l'agence immobilière Maxwell-Storrie-Baynes, spécialisée dans la vente de vignobles.

  • a a
10

Et aussi

> Suivez l'info Europe 1 en continu sur , et réagissez sur

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos économiques
  1. 06h45

    General Electric voudrait racheter Alstom

  2. Hier

    Économies : le détail des 50 milliards sur 3 ans

  3. Hier

    Plan de stabilité : "un bras d'honneur politiquement correct"

  4. Hier

    Déficit : le gouvernement table sur 3,8% en 2014, 3% en 2015

  5. Hier

    Combien d'euros en moins dans le portefeuille des retraités ?

  6. Hier

    Croissance : le Haut conseil des finances publiques plutôt optimiste

  7. Hier

    Suisse : bientôt un Smic à 3.240 euros ?

  8. Hier

    Economies : "Le dialogue avec le gouvernement continue" (Le Roux)

  9. Hier

    L'incompétence coûte cher aux entreprises françaises

  10. Hier

    Le château de Catherine Deneuve est en vente

  1. Hier

    Lepaon appelle les salariés à se "mobiliser"

  2. Hier

    Taxis : la fréquentation en baisse de 20% ?

  3. Hier

    Déficit : les trois scénarios alternatifs du PS à la méthode Valls

  4. Hier

    Xavier Beulin : les charges des agriculteurs "vont baisser de 3%"

  5. Hier

    Dosettes : Nespresso s'engage à modifier ses pratiques commerciales

  6. Hier

    Réduction des déficits : Montebourg veut des "contreparties" de Bruxelles

  7. Hier

    La Redoute supprime son "gros catalogue"

  8. Hier

    Reims : bonne nouvelle sur le front de l'emploi

  9. Hier

    La création d'entreprises en baisse en mars

  10. Hier

    PSA : en colère, ils offrent leurs primes aux Restos du Coeur

  1. Hier

    Smic : la proposition de Gattaz est "esclavagiste"

  2. Hier

    Angola : le projet à grande échelle de Total

  3. Hier

    3% de déficit : Sapin promet de les atteindre sans délai

  4. Hier

    Les eurodéputés votent l'union bancaire

  5. Hier

    Nantes : la fermeture de l'usine de la Seita confirmée

  6. Hier

    Smic : la proposition choc de Pierre Gattaz

  7. Hier

    La Société Générale condamnée à payer 2 millions d'euros

  8. Hier

    Ecotaxe : Royal veut faire payer les camions étrangers

  9. Hier

    Tarifs EDF : Pas de hausse avant le mois d'août

  10. Hier

    Alstom : 180 postes menacés en France

  1. Hier

    Quand l'Allemagne embauche, c'est toute l'Europe qui se précipite

  2. Hier

    Jeux en ligne : les paris sportifs ont la cote

  3. Hier

    Sapin : "3% en 2015, c'est notre stratégie budgétaire"

  4. Hier

    Nantes : l'usine de la Seita devrait fermer

  5. Hier

    Les banques ont supprimé 80.000 postes en 2013

  6. Hier

    La BCE envisage d'agir contre l'euro fort

  7. Hier

    SFR : Bouygues s'estime victime "d'anomalies"

  8. Hier

    Les chiffres de Pôle emploi labellisés

  9. Hier

    La Cour des comptes épingle l’endettement des hôpitaux

  10. Hier

    La Sécu a dépensé 1,4 milliard de moins que prévu en 2013

  1. Hier

    "Guerre des oursons" : Lindt reprend l’avantage

  2. Hier

    Electricité : la justice impose une hausse rétroactive des tarifs

  3. Hier

    FagorBrandt : feu vert espagnol à Cevital pour un rachat

  4. Hier

    Déficit : Sapin croit à "l'objectif des 3%"

  5. Hier

    Recul historique du travail à domicile

  6. Hier

    Lauvergeon : "Des bruits viennent de gens qui ne me veulent pas du bien"

  7. Hier

    La TVA fête ses 60 ans

  8. Hier

    Les 3 Suisses devraient supprimer 198 postes

  9. Hier

    Travail dominical : les magasins de bricolage resteront bien ouverts

  10. Hier

    Dette : Barnier ne veut pas "un nouveau sursis" de Bruxelles

L'actu économique
Europe 1 sur les réseaux sociaux
L'édito économique
Des fonctionnaires toujours plus nombreux  

Des fonctionnaires toujours plus nombreux

D'après l'Insee, le nombre d'agents des services publics et administratifs a continué de grimper en France, en 2012, malgré l'annonce des suppressions de postes.

Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues