L'exécutif prêt à nationaliser Florange

Par Sophie Amsili et Laure Dautriche avec agences

Publié le 28 novembre 2012 à 17h59 Mis à jour le 28 novembre 2012 à 22h28

L'exécutif prêt à nationaliser Florange

Arnaud Montebourg à l'Assemblée nationale © Max PPP

Arnaud Montebourg a confirmé aux syndicats qu'un repreneur voulait investir 400 millions.

L'info. A deux jours de la fin du délai pour trouver un repreneur aux hauts-fourneaux de Florange, les syndicats étaient reçus mercredi après-midi par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. Ce dernier leur a confirmé que l'Etat avait trouvé un repreneur prêt à investir 400 millions d'euros sur l'ensemble du site mosellan. Pour le moment, ArcelorMittal tient toujours à conserver la partie à froid et à ne vendre que les hauts-fourneaux. Mais si le groupe ne cède pas, l'Etat nationalisera temporairement le site.

La nationalisation si ... "Montebourg nous a assuré que si Mittal ne fait pas marche arrière, la nationalisation se fera", a déclaré Walter Broccoli, représentant FO des salariés.

Un coup de pouce "GDF" ? D'après les syndicats, l'Etat vendrait 1% de GDF Suez pour financer l'opération. Ce qu'a démenti Arnaud Montebourg peu après dans un communiqué : "la cession de titres GDF Suez n'est pas à l'étude". Mais, précise le ministre, "une éventuelle prise de contrôle publique temporaire du site de Florange aurait un impact nul sur les finances publiques si le gouvernement décidait de financer l'opération par la cession de participations de l'Etat".

Un repreneur à 400 millions. Après la nationalisation temporaire, dans un deuxième temps, le site serait formellement repris par un autre groupe. "Nous sommes prêts car nous avons un repreneur, qui est un aciériste, un industriel, qui n'est pas un financier, qui par ailleurs souhaite investir son argent personnel et, excusez du peu, est disposé à investir jusqu'à près de 400 millions d'euros dans cette installation pour la rénover", a affirmé Arnaud Montebourg mercredi après-midi devant les députés. Le ministre a confirmé ce chiffre aux syndicats. Si l'identité du repreneur potentiel n'a pas été révélée, "a priori, c'est quelqu'un qui aurait une certaine cohérence sur l'approvisionnement minier, en amont et en aval", selon Philippe Verbeke, responsable CGT. "C'est une opération qui peut tenir la route", a-t-il ajouté.

La balle dans le camp de Mittal. Arnaud Montebourg attend des "propositions" du groupe avant la fin de la semaine. Ensuite, "la décision est entre les mains de Monsieur le président de la République et de Monsieur le Premier ministre, je ne doute pas qu'ils prendront les bonnes décisions après les réponses de Mittal."

>> Les salariés d'ArcelorMittal à leur arrivée au ministère de Redressement productif avant de rencontrer Arnaud Montebourg :

L'exécutif prêt à nationaliser Florange

© Europe 1/ Laure Dautriche

Les salariés veulent y croire. Au milieu du bras de fer, des salariés ont manifesté devant l'Assemblée nationale et une dizaine de syndicalistes prévoient de camper devant le ministère du Redressement productif jusqu'à vendredi soir. Dans cette dernière ligne droite, les sidérurgistes veulent encore y croire. "Tout est prêt, (…) le budget pour reprendre possession de Florange est prêt, le projet industriel est prêt. Il ne manque plus que le feu vert de François Hollande", se félicite Edouard Martin, le représentant CFDT des salariés de Florange au micro d'Europe 1. Le syndicaliste se dit toutefois "déçu" que le président de la République ait affirmé mardi que les discussions devaient se poursuivre avec Lakshmi Mittal. "Négocier quoi ? La décision ne dépend plus que de [François Hollande]."

"Si on donne une perspective même pour quelques années, c'est toujours ça", confie de son côté Frédéric Weber, représentant CFDT des salariés de Florange au micro d'Europe 1. "S'il y a une reprise économique en 2014-2015, nous, on sera toujours présent et on pourra repartir. Si on est mort demain, on ne renaîtra pas de nos cendres après-demain."

  • a a
6

Et aussi

> Suivez l'info Europe 1 en continu sur , et réagissez sur

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos économiques
  1. Hier

    Xavier Beulin : les charges des agriculteurs "vont baisser de 3%"

  2. Hier

    Dosettes : Nespresso s'engage à modifier ses pratiques commerciales

  3. Hier

    Réduction des déficits : Montebourg veut des "contreparties" de Bruxelles

  4. Hier

    La Redoute supprime son "gros catalogue"

  5. Hier

    Reims : bonne nouvelle sur le front de l'emploi

  6. Hier

    La création d'entreprises en baisse en mars

  7. Hier

    PSA : en colère, ils offrent leurs primes aux Restos du Coeur

  8. Hier

    Smic : la proposition de Gattaz est "esclavagiste"

  9. Hier

    Angola : le projet à grande échelle de Total

  10. Hier

    3% de déficit : Sapin promet de les atteindre sans délai

  1. Hier

    Les eurodéputés votent l'union bancaire

  2. Hier

    Nantes : la fermeture de l'usine de la Seita confirmée

  3. Hier

    Smic : la proposition choc de Pierre Gattaz

  4. Hier

    La Société Générale condamnée à payer 2 millions d'euros

  5. Hier

    Ecotaxe : Royal veut faire payer les camions étrangers

  6. Hier

    Tarifs EDF : Pas de hausse avant le mois d'août

  7. Hier

    Alstom : 180 postes menacés en France

  8. Hier

    Quand l'Allemagne embauche, c'est toute l'Europe qui se précipite

  9. Hier

    Jeux en ligne : les paris sportifs ont la cote

  10. Hier

    Sapin : "3% en 2015, c'est notre stratégie budgétaire"

  1. Hier

    Nantes : l'usine de la Seita devrait fermer

  2. Hier

    Les banques ont supprimé 80.000 postes en 2013

  3. Hier

    La BCE envisage d'agir contre l'euro fort

  4. Hier

    SFR : Bouygues s'estime victime "d'anomalies"

  5. Hier

    Les chiffres de Pôle emploi labellisés

  6. Hier

    La Cour des comptes épingle l’endettement des hôpitaux

  7. Hier

    La Sécu a dépensé 1,4 milliard de moins que prévu en 2013

  8. Hier

    "Guerre des oursons" : Lindt reprend l’avantage

  9. Hier

    Electricité : la justice impose une hausse rétroactive des tarifs

  10. Hier

    FagorBrandt : feu vert espagnol à Cevital pour un rachat

  1. Hier

    Déficit : Sapin croit à "l'objectif des 3%"

  2. Hier

    Recul historique du travail à domicile

  3. Hier

    Lauvergeon : "Des bruits viennent de gens qui ne me veulent pas du bien"

  4. Hier

    La TVA fête ses 60 ans

  5. Hier

    Les 3 Suisses devraient supprimer 198 postes

  6. Hier

    Travail dominical : les magasins de bricolage resteront bien ouverts

  7. Hier

    Dette : Barnier ne veut pas "un nouveau sursis" de Bruxelles

  8. Hier

    Alcool : nous buvons "moins mais mieux"

  9. Hier

    FNSEA : Xavier Beulin réélu sans surprise

  10. Hier

    Siphons à chantilly : attention danger !

  1. Hier

    50 milliards d'économies : le texte en conseil des ministres le 23 avril

  2. Hier

    Toyota : 110.000 voitures rappelées en France

  3. Hier

    Pour Noyer (BCE), Valls fait une "erreur de diagnostic"

  4. Hier

    La loi sur la transition énergétique sera présentée "avant l'été"

  5. Hier

    Rythmes scolaires : ce que prévoit Valls

  6. Hier

    Valls : coup de pouce pour les plus modestes

  7. Hier

    Valls précise les 50 milliards d'économies

  8. Hier

    Emploi : Valls promet une baisse du coût du travail

  9. Hier

    Valls veut "redonner confiance aux Français"

  10. Hier

    Valls : "Réduire la fracture numérique"

Europe 1 sur les réseaux sociaux
L'édito économique
La fin de la Chine low-cost?

La fin de la Chine low-cost?

Une grève paralyse depuis le début de la semaine le fournisseur Chinois de Nike et d'Adidas, montrant à quel point "l'usine du monde" commence à devenir fragile.

Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues