Essence: une baisse "immédiate" de 6 cents

Par Gabriel Vedrenne

Publié le 28 août 2012 à 12h24 Mis à jour le 28 août 2012 à 13h21

Une pompe à essence, à Nice. © REUTERS

URGENT - La baisse des prix va s'appliquer dans les 24 heures, a annoncé le ministre de l'Economie.

"Les lignes ont bougé", dixit le ministre de l'Economie. Très attendu sur le dossier des prix des carburants, Pierre Moscovici a abattu ses cartes mardi en milieu de journée. A l'issue de sa réunion avec les industriels du secteur pétroliers, il a fait une annonce en trois chiffres, dont l'un est le plus emblématique : Bercy espère une baisse allant jusqu'à 6 centimes par litre.

• "Jusqu'à 6 centimes" de baisse. Le ministre de l'Economie a promis que"les prix baisseront jusqu'à 6 centimes à la pompe (pendant les trois prochains mois, ndlr). C'est un effort substantiel". "Concrètement, c'est un euro et demi de moins" pour un plein de 25 litres, a-t-il souligné.

Une baisse applicable dans les 24 heures. "Cette décision sera applicable dans les 24 heures et donc les prix à la pompe vont baisser maintenant", a-t-il souligné, avant de préciser que cette baisse des prix est applicable pour trois mois. Ensuite, Bercy va "mettre en place un mécanisme plus pérenne" que "les consommateurs appellent de leurs voeux".

Un effort de 300 millions d'euros. Pour réaliser cette baisse des tarifs, l'effort financier va être partagé à parts égales entre l'Etat et les entreprises : 3 centimes pour les pétroliers et 3 centimes pour l'Etat. L'Etat va renoncer à 300 millions d'euros, tandis que les industriels vont faire baisser les prix d'au moins un centimes d'euro par litre. Total a ainsi annoncé une baisse de ses prix de 2 centimes par litre et 3 centimes sur les autoroutes. Jean-Louis Schilansky, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip) a, lui, expliqué que la baisse de la part des entreprises serait supérieure à un centime d'euro par litre.

Une promesse de campagne, beaucoup d'attente

© REUTERS

François Hollande avait promis pendant la campagne présidentielle de bloquer les prix des carburants pendant trois mois, une promesse mise entre parenthèses au lendemain de son élection en raison d'une baisse des prix du pétrole et du carburants à la pompe, repartis depuis à la hausse.

Cette diminution des prix à la pompe est un peu plus étoffée que la fourchette de 2 à 4 centimes qui avait été évoquée la veille par le chef du gouvernement Jean-Marc Ayrault, mais il est peu probable qu'elle satisfasse les associations de consommateurs, alors que le gazole a atteint la semaine dernière un nouveau record, à près de 1,46 euro le litre.

"Nous sommes certains que ce ne sera pas suffisant et nous avons peur que cette légère baisse suscite beaucoup de désillusions", a lancé lundi Michel Fréchet, président de la Confédération générale du logement (CGL), tandis que l'association Familles rurales soulignait qu'en dessous de 10 centimes par litre, il n'y aurait "aucun impact" sur le pouvoir d'achat des ménages.

  • a a
35

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos économiques
  1. Hier

    Manuel Valls confirme une "mesure forte" pour les retraités

  2. Hier

    General Electric voudrait racheter Alstom

  3. Hier

    Économies : le détail des 50 milliards sur 3 ans

  4. Hier

    Plan de stabilité : "un bras d'honneur politiquement correct"

  5. Hier

    Déficit : le gouvernement table sur 3,8% en 2014, 3% en 2015

  6. Hier

    Combien d'euros en moins dans le portefeuille des retraités ?

  7. Hier

    Croissance : le Haut conseil des finances publiques plutôt optimiste

  8. Hier

    Suisse : bientôt un Smic à 3.240 euros ?

  9. Hier

    Economies : "Le dialogue avec le gouvernement continue" (Le Roux)

  10. Hier

    L'incompétence coûte cher aux entreprises françaises

  1. Hier

    Le château de Catherine Deneuve est en vente

  2. Hier

    Lepaon appelle les salariés à se "mobiliser"

  3. Hier

    Taxis : la fréquentation en baisse de 20% ?

  4. Hier

    Déficit : les trois scénarios alternatifs du PS à la méthode Valls

  5. Hier

    Xavier Beulin : les charges des agriculteurs "vont baisser de 3%"

  6. Hier

    Dosettes : Nespresso s'engage à modifier ses pratiques commerciales

  7. Hier

    Réduction des déficits : Montebourg veut des "contreparties" de Bruxelles

  8. Hier

    La Redoute supprime son "gros catalogue"

  9. Hier

    Reims : bonne nouvelle sur le front de l'emploi

  10. Hier

    La création d'entreprises en baisse en mars

  1. Hier

    PSA : en colère, ils offrent leurs primes aux Restos du Coeur

  2. Hier

    Smic : la proposition de Gattaz est "esclavagiste"

  3. Hier

    Angola : le projet à grande échelle de Total

  4. Hier

    3% de déficit : Sapin promet de les atteindre sans délai

  5. Hier

    Les eurodéputés votent l'union bancaire

  6. Hier

    Nantes : la fermeture de l'usine de la Seita confirmée

  7. Hier

    Smic : la proposition choc de Pierre Gattaz

  8. Hier

    La Société Générale condamnée à payer 2 millions d'euros

  9. Hier

    Ecotaxe : Royal veut faire payer les camions étrangers

  10. Hier

    Tarifs EDF : Pas de hausse avant le mois d'août

Europe 1 sur les réseaux sociaux
L'édito économique
Ce que vaut le programme de stabilité

Ce que vaut le programme de stabilité

On connaît désormais le contenu de ce fameux plan qui permettra à la France d'arriver à 3% de déficit. Nicolas Barré livre son analyse de ce programme au micro de Thomas Sotto.

Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues